CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Charlotte (nom fictif) est l’une des Québécoises qui peut profiter de l’exemption de porter le masque dans les lieux publics, en raison de sa condition médicale. Depuis juillet 2020, ce droit s’est transformé en chemin de croix pour la Lévisienne qui fait face à plusieurs refus dans des commerces de la région.

Souffrant de troubles anxieux et d’épilepsie, Charlotte a rapidement contacté son médecin de famille afin d’obtenir un billet médical pour justifier l’exemption au port du masque obligatoire, en juillet 2020. Rappelons que les personnes exemptées de cette obligation pour une raison médicale n’ont pas à présenter d’attestation médicale aux commerçants.

Davantage rassurée d’avoir en main un billet médical, Charlotte croyait donc qu’elle n’allait pas avoir de difficultés à faire accepter son droit de ne pas porter de masque. C’est toutefois tout le contraire qui s’est produit.

À plusieurs reprises, elle s’est vue refuser l’accès à des restaurants en raison de sa demande de ne pas porter de masque. Même que dans une épicerie de la région, elle a dû quitter le commerce après que le gérant l’a autorisé à y accéder sans masque, son équipe éprouvant finalement un malaise.

«Je ne suis pas une complotiste, je suis doublement vaccinée et je fais toujours très attention. J’ai l’impression de payer pour des gens qui n’ont pas de condition médicale permettant de profiter de l’exemption prévue dans le décret gouvernemental. On dirait que le gouvernement a tellement fait peur aux commerçants (quant aux conséquences applicables si le port du masque n’était pas respecté) qu’ils ne veulent prendre aucun risque», a déploré Charlotte, lors d’une entrevue avec le Journal le 26 octobre.

Le parcours du combattant

Traumatisée par ces nombreux refus, la Lévisienne multiplie désormais les démarches afin de s’assurer que son droit de ne pas porter le masque en raison de sa condition médicale soit respecté avant qu’elle ne se déplace dans les commerces. En ce qui a trait aux restaurants, elle appelle désormais au siège social des chaînes où elle désire aller manger afin de s’assurer que les dirigeants rappellent à leurs employés les détails du décret gouvernemental portant sur les exemptions.

«Depuis que j’ai dû quitter l’épicerie en raison de mon refus de porter le masque, je n’ai pas osé y retourner. Je ressens de plus en plus de la colère et du stress face à la situation. Je suis tanné de voir mon chum devoir aller faire l’épicerie parce que je ne peux pas profiter de mon droit à ne pas porter le masque. J’aimerais le délester de cette tâche. J’aimerais également que les gens aient davantage d’ouverture. Il y a des gens qui ne portent pas le masque dans des commerces ou des institutions pour de bonnes raisons. Mais quand on voit une personne sans masque, on pense aussitôt que c’est une personne réfractaire aux mesures sanitaires», a soutenu Charlotte.

Appel à l’ouverture

Invité à réagir à la situation de Charlotte, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a tenu à rappeler que des citoyens pouvaient profiter d’une exemption dans certains cas médicaux.

«Une personne n’a pas à nommer la condition qui l’empêche de porter un masque. Elle n’est pas obligée de présenter un billet de son médecin. Ce n’est pas aux exploitants des lieux de déterminer si l’exemption est légitime ou non. L’exploitant devrait permettre l’accès aux lieux en rappelant les autres mesures comme le lavage des mains et la distanciation de deux mètres. Nous invitons les exploitants à faire preuve d’ouverture auprès des personnes ne pouvant ou étant dans l’incapacité de porter un masque pour des raisons médicales», a déclaré Marjorie Larouche, l’une des porte-paroles du MSSS.

Du même souffle, Mme Larouche a aussi souligné que le ministère recommande aux personnes qui ne peuvent pas porter le couvre-visage à cause d’une condition médicale et aux personnes qui refusent de porter un couvre-visage de limiter leurs déplacements et d’éviter les lieux publics intérieurs ou partiellement couverts et les transports en commun afin de réduire les risques.

Les plus lus

Un visage bien connu de la Traverse disparaît

Bien connu des usagers de la traverse Québec-Lévis et des visiteurs réguliers du Vieux-Lévis et du secteur de la Traverse, Marcel Aubin est décédé le 21 juillet dernier à l'âge de 85 ans.

La situation ne s’améliore pas à l’urgence de l’Hôtel-Dieu

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

La microbrasserie L’Ironie du 13 inaugure ses installations

La microbrasserie lévisienne, L’Ironie du 13, a inauguré ses locaux, le 14 juillet dernier, et est prête à recevoir sa clientèle dans ses installations en plein cœur du parc industriel de Saint-Romuald. Les cinq copropriétaires ont obtenu leur permis de brasseur le 17 juin dernier et déjà sept bières brassées entièrement à Lévis figurent au menu.

Sensibiliser les jeunes au transport actif

Kinésiologue et passionné de cyclisme, Jean-Gabriel Turgeon a créé le programme Vert une vie active, dont l’objectif est d’initier les participants au vélo et de les sensibiliser à l’environnement. À Lévis, les jeunes du Camp de jour Rive-Sud et du Patro vont profiter de cette initiative.

Chronique historique - La quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis

Des documents enfouis dans les dédales administratifs contiennent des informations parfois surprenantes sur des éléments de l’histoire des localités. À preuve, un rapport du ministère de l’Agriculture du Canada, daté du 31 octobre 1901, nous brosse une esquisse historique intéressante de la quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis.

Objectif 300 000 $

C’est en présence de plusieurs élus, de membres de la communauté de Saint-Nicolas et de plusieurs de ses bénévoles que le Service d’entraide de Bernière-Saint-Nicolas (SEBSN) a lancé une campagne de financement, le 1er juin dernier. Tenue sous la présidence d’honneur de Jacques Demers, président-directeur général des Productions horticoles Demers, l’initiative, dont le coup d’envoi a été donné aux...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 juillet 2022

Les membres du Chœur du Cégep de Lévis remercient chaleureusement les généreux donateurs et les spectateurs du concert-bénéfice pour l’Ukraine, tenu sous la direction de Carole Legaré. Un montant de 4 500 $ a été remis à la Fondation Canada-Ukraine. Au moins 450 personnes ont assisté à cet événement mémorable.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 juillet 2022

L’entreprise lévisienne Transit a offert au Comptoir alimentaire Le Grenier un ordinateur portable d’une valeur de 1 400 $. Rappelons que Transit est en activité depuis 1971 et est la plus importante entreprise de distribution de pièces automobiles dans l’est du Canada. Sur la première photo, de gauche à droite, on peut voir Rachel Leblanc, directrice des ressources humaines chez Transit, Stéphane...

Projet immobilier à Saint-Lambert : la municipalité rassure les citoyens

Une assemblée publique de consultation sur le projet de résolution 145-22 a eu lieu le 19 juillet au Centre municipal de Saint-Lambert. Lors de cet événement, les porte-parole de la municipalité ont tenu à répondre à plusieurs questions qu'avaient les citoyens.

Violence conjugale : une nouvelle ressource déployée au SPVL

Comme les autres corps de police à travers la province, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a récemment pu profiter d’une aide financière du ministère de la Sécurité publique du Québec pour concrétiser un projet pour lutter contre la violence conjugale et prévenir les féminicides. Le corps policier lévisien a désormais son agent pivot en violence conjugale afin d’atteindre ces objecti...