CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpital de Thetford Mines.

«On n’était jamais monté plus haut qu’une cinquantaine de patients hospitalisés lors de la première vague, on a été touché avec une soixantaine de patients au maximum dans la dernière vague. En ce moment, avec des chiffres qui frisent les 100 hospitalisations, c’est la première fois en 22 mois que l’on connaît une telle situation […] Ça prend de la place et du personnel, on se retrouve dans la situation où on doit annuler des cas électifs (non urgents) ou de chirurgies électives afin de concentrer nos efforts sur cette clientèle COVID», a illustré le Dr Jean Lapointe, urgentologue et directeur adjoint des services professionnels au CISSS-CA.

Selon le Dr Lapointe, c’est l’impact des rassemblements du temps des Fêtes qui est constaté dans les hôpitaux de la région en ce moment. Bien que le variant Omicron soit moins morbide que le variant Delta, ce nouveau variant est 4,5 fois plus contagieux, ce qui fait en sorte qu’au prorata du nombre de cas, les hospitalisations sont plus nombreuses, a expliqué le professionnel de la santé.

Déjà, avant le début de cette nouvelle vague, le personnel du réseau de la santé était épuisé. Et la tension que les employés doivent porter sur leurs épaules depuis 22 mois se fait sentir, observe le Dr Lapointe. Certains ont quitté le navire tandis que d’autres travaillent d’arrache-pied en plus de faire du temps supplémentaire obligatoire. «Le moral n’est pas au top» et plusieurs sont en retrait préventif en raison de symptômes s’apparentant à la COVID. En date du 6 janvier, c’était 910 employés du réseau de la santé en Chaudière-Appalaches qui étaient en retrait préventif.

Une petite marge de manœuvre

Afin de répondre à la grande demande occasionnée par les cas de COVID-19 dans les hôpitaux de la région, plusieurs services ont été suspendus. «On a certaines marges de manœuvre, mais elles rétrécissent de plus en plus. On est rendu à la phase 3 de 4 au niveau du délestage. On a annulé des chirurgies (non urgentes), on roule à 50 % dans nos blocs opératoires et on a rapatrié du personnel qui était déployé dans nos cliniques externes, ce qui entraînera l’annulation de rendez-vous», a expliqué le Dr Jean Lapointe.

Si le CISSS-CA venait qu’à enclencher la phase 4, seulement les urgences seront traitées et certaines chirurgies pour des cas de cancer seront effectuées, le reste des effectifs devra se concentrer sur les hospitalisations engendrées par la COVID-19. Ces chirurgies et rendez-vous reportés s’ajouteront donc à la longue liste d’attente qui s’allonge depuis le début de la pandémie.

«On avait déjà une liste d’attente qui était épouvantablement longue en raison des 22 mois de pandémie. En réalité, la liste va continuer d’augmenter et après la vague d’Omicron, on va avoir à rattraper le retard qu’on a pris, on en a pour des mois et des mois, voire des années», a déploré l’urgentologue.

Utiliser les services adéquatement

Le Dr Lapointe invite la population de la région a bien utilisé les ressources du réseau de la santé offertes et de visiter l’urgence qu’en dernier recours. En effet, ce dernier propose aux personnes d’appeler leur médecin de famille, s’ils doivent consulter un docteur de façon non urgente. Cependant, il rappelle également qu’en cas d’urgence, il ne faut pas hésiter à se présenter à l’hôpital.

À ses yeux, la vaccination demeure la meilleure solution pour venir en aide au réseau de la santé. «Notre plus belle arme pour faire face à cette vague-là, c’est encore la vaccination et il y a des places de disponibles pour se faire vacciner en Chaudière-Appalaches, prenez-les! En étant vacciné, on peut contracter la maladie, oui, mais de façon beaucoup moins sévère», a-t-il conclu.

Les plus lus

La «Grande Dame de la Barricade» s’éteint

Figure de proue et copropriétaire du légendaire Bar La Barricade, Johanne Carrier nous a malheureusement quittés à l’âge de 63 ans, le 24 avril dernier. Personnage iconique du Vieux-Lévis, la dame de la mythique institution vieille de bientôt 50 ans située sur la côte du Passage laissera une empreinte indélébile dans le cœur de tous ceux qu’elle a croisés.

Une figure économique connue candidate du PCQ à Lévis

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a dévoilé, le 19 mai, la candidate qui représentera ses couleurs dans la circonscription de Lévis à la prochaine élection provinciale prévue à l’automne prochain. Ainsi, l’ancienne conseillère municipale et femme d’affaires lévisienne, Karine Laflamme, tentera d’obtenir la confiance des Lévisiens.

Première réussie pour Country Storm

Tenue du 5 au 7 mai à Saint-Étienne-de-Lauzon, la première édition de Country Storm a été couronnée de succès.

La boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes

Nouveau projet développé par Mon Quartier de Lévis, la boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes pour la première fois. Dès le 3 juin, les visiteurs du Vieux-Lévis pourront s’arrêter au 78, côte du Passage afin de découvrir les entrepreneurs retenus qui donneront vie à ce commerce d’un nouveau genre.

Aménagement : Lévis présente un nouveau schéma «porteur d’avenir»

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que le président de la commission consultative d’urbanisme et d’aménagement et conseiller municipal du district Saint-Jean, Guy Dumoulin, ont dévoilé, le 29 avril, les détails entourant le Schéma d’aménagement et de développement de Lévis révisé. Dans le projet de schéma révisé adopté par le conseil municipal le 25 avril, l’administration Lehouillier ve...

Offrir un bouquet de fleurs pour faire connaître une mission

Fleuriste McNeil a décidé cette année de se rallier derrière la cause de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL) et vendra le Bouquet du Littoral à l’occasion de la fête des Mères afin d’amasser des fonds pour l’organisme qui accompagne les malades en fin de vie.

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Un homme s’extirpe des flammes à Pintendre

Une maison a été la proie des flammes sur le chemin des Sables, à Pintendre, dans la nuit de samedi à dimanche. Un homme qui se trouvait à l’intérieur a été grièvement blessé en s’échappant du domicile.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.