CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN RADIO CANADA

Après quatre mois de pandémie et des dépenses importantes réalisées par le gouvernement fédéral pour mettre en place des mesures d'aide d'urgence, le ministre des Finances Bill Morneau a fait le point sur la situation des finances au Canada et présenté un bilan économique.

Pas moins de 212 G$ en mesures d’aide directe pour soutenir les Canadiens et les entreprises du pays ont été versés par le gouvernement de Justin Trudeau afin de faire face à la pandémie de la COVID-19. Le ministre des Finances Bill Morneau a présenté un portrait économique du Canada à la chambre des communes, ce 8 juillet, avec l’objectif de donner «une idée de notre économie telle qu’elle est à l’heure actuelle». 

C’est finalement un déficit record de 343 G$ qu’atteindra le pays cette année. Un montant jamais vu au Canada.

Fin avril, un rapport du directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, prédisait un déficit dépassant les 250 G$. Et la dernière projection réalisée avant qu’éclate la crise sanitaire, en décembre 2019, prévoyait alors un déficit de 28,1 G$ pour l’année 2020-2021. 

La dette fédérale s’élèvera à 1 200 G$ d’ici mars prochain, contre 765 G$ en mars 2020. Selon les projections, elle atteindra 49,1 % du produit intérieur brut (PIB), alors que ce ratio était de 31,1 % en 2019-2020.

Mais le ministre des Finances, tout comme le premier ministre Justin Trudeau un peu plus tôt, ont insisté sur les taux d’intérêts à long terme actuellement bas et un ratio de la dette nationale par rapport au PIB qui placerait le Canada dans une meilleure posture que d’autres pays du G7. De plus, la part des frais liés à la dette dans le PIB n’augmenteront pas. 

Alors que le Canada connaît le «pire ralentissement de son économie depuis la Grande dépression», observe Bill Morneau, il affirme que les impacts économiques et sur les Canadiens auraient été «bien plus graves» sans l’intervention du gouvernement. Et de faire valoir que le fédéral a financé 9 dollars sur 10 des aides, contre un dollar au niveau des provinces. 

«Notre économie se redressera plus tôt que si nous n’avions rien fait. Sans la PCU, un grand nombre de Canadiens n’auraient pas été en mesure de payer leurs dépenses du quotidien.»

Les coûts des mesures d’aide

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a coûté 73,1 G$ au trésor fédéral et la subvention salariale 82,3 G$. 

Cette dernière a bénéficié à 3 millions de travailleurs, a précisé le ministre, tandis que plus de 8 millions de Canadiens ont déjà reçu la PCU. Les deux programmes avaient été prolongés par Ottawa, de 16 à 24 semaines pour la PCU et de 12 à 24 semaines pour la subvention salariale, tous deux jusqu’à la fin du mois d’août. 

Quant aux mesures de soutien aux entreprises, elles ont coûté 21,3 G$.

Par ailleurs, les aides indirectes aux entreprises, via des programmes de crédit, et au secteur agricole consenties par Ottawa représentent plus de 85 G$.

«On pouvait laisser les Canadiens se débrouiller et espérer que ça allait se régler rapidement, ou on pouvait les aider. On a choisi d’appuyer les Canadiens, a fait valoir Justin Trudeau lors de son point de presse donné plus tôt le même jour, qui a défendu un plan «ambitieux». 

Le premier ministre croit que «le coût de l’inaction aurait été beaucoup plus élevé pour les milieux de la santé et de l’économie». Avant d’ajouter, «ce n’est pas le temps de se serrer la ceinture» afin de «jeter les bases pour une relance économique» en supportant les «plus vulnérables et les entreprises». 

«Augmenter les impôts ou couper des services serait la pire chose à faire, estime-t-il. On doit créer des emplois et de la croissance économique et c’est exactement ce qu’on va faire.»

Bill Morneau a dressé cet état de situation, alors que le gouvernement Trudeau devait présenter son budget de l’année 2020 le 30 mars, ce qui n’a jamais eu lieu en raison de la mise sur pause du pays après les deux premières semaines du mois. 

Le gouvernement n’est pas allé au-delà de mars 2021 dans ses projections puisqu’il est «impossible de faire des prévisions exactes» en raison des nombreuses incertitudes économiques qui persistent et de la crise toujours en cours. 

 

Les plus lus

Gilles Lehouillier réagit à la candidature de Stephan Dupont

En marge du conseil municipal du 25 janvier, le maire de Lévis a réagi à l’annonce d’un candidat indépendant dans le district de Pintendre. Gilles Lehouillier a également commenté la situation pandémique actuelle sur le territoire lévisien.

La Ville s’entend avec la SPA Beauce-Etchemin

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a officialisé l’entente entre la municipalité et la Société protectrice des animaux (SPA) Beauce-Etchemin concernant la gestion animalière lors d’une conférence de presse, le 11 février dernier. Cette entente qui s’estime à 3,4 M$ s’étirera du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2026.

Fermeture d'une partie du chemin du Fleuve : la Ville fait marche arrière

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 10 février, que des modifications au concept d'aménagement du nouveau parc de la Pointe-Benson, à Saint-Romuald, seront apportés. Ces dernières permettront de laisser le chemin du Fleuve ouvert à la circulation automobile.

Boulevard Jean-Garon : les entrepreneurs pas chauds à l'idée

Par voie de communiqué, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a dévoilé, le 23 février, les résultats d'un sondage mené plus tôt ce mois-ci auprès des dirigeants d'entreprises situées sur la route du Président-Kennedy afin de connaître leur opinion sur la possibilité d'un changement de nom de l'artère. 78 % des répondants ont alors manifesté leur opposition à tout changement de nom.

Stephan Dupont veut devenir le conseiller municipal de Pintendre

L'animateur de radio au FM93, Stephan Dupont, a annoncé. le 24 janvier, qu'il sera candidat aux prochaines élections municipales à Lévis. Le 7 novembre prochain, il désire obtenir la confiance des résidents de Pintendre afin de devenir le conseiller municipal de ce quartier.

Conseil en bref : Lévis devrait faire affaire avec la SPA Beauce-Etchemins

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux se sont rassemblés de façon virtuelle lors d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 8 février dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

Vers un relâchement des mesures sanitaires?

En compagnie du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, et le ministre de la Santé, Christian Dubé, le premier ministre du Québec, François Legault, a fait le point sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, le 26 janvier. À cette occasion, M. Legault a profité de l'occasion pour indiquer qu'il devrait annoncer la semaine prochaine un relâchement des mesures s...

Chaudière-Appalaches restera en zone rouge

Même si la propagation de la COVID-19 ralentit en Chaudière-Appalaches, la région demeurera en zone rouge au moins jusqu’à la fin de la semaine de relâche. C’est ce qu’a confirmé le premier ministre du Québec, François Legault, à l’occasion de son point de presse du 16 février sur l’état de la situation au Québec.

Stephan Dupont se lance en politique pour Pintendre

Stephan Dupont, animateur de radio au FM93, a annoncé sur sa page Facebook qu’il se présentera aux prochaines élections municipales à Lévis dans le district Pintendre, le 24 janvier. Il souhaite rajeunir son quartier et le revitaliser, lui qui croit que Pintendre est laissé à l’abandon depuis plusieurs années.

RL critique la Ville pour l’entretien de ses infrastructures récréatives

À la suite de la situation rapportée par le Journal concernant l’équipe de bénévoles qui déneigeait le parc des Chutes-de-la-Chaudière, Repensons Lévis (RL) en a profité pour critiquer l’administration municipale quant à l’entretien de ses infrastructures récréatives durant les quatre saisons.