CRÉDIT : JOSYANNE PRESCOTT

C’est lors d’un point de presse, le vendredi 17 septembre, que le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, était au Chantier Davie pour dévoiler les propositions du parti dans l’objectif d’assurer des contrats et des emplois à long terme à l’organisation, mais aussi à l’industrie maritime québécoise.

«C’est presque rendu un pèlerinage annuel près des chantiers de la Davie. On doit avoir développé une affection particulière pour l’institution et le manque de considération qu’elle reçoit du gouvernement canadien qu’il soit conservateur ou libéral», commence le chef du parti lors de son allocution.

Avec ses propositions, le Bloc québécois vise à assurer des contrats ainsi que des emplois à long terme pour le Chantier Davie et de faire reconnaître son expertise.

«Des trois joueurs de l’industrie de construction navale majeure au Canada, le seul qui respecte ses échéanciers, c’est la Davie. Le seul qui respecte le budget c’est la Davie, souligne Yves-François Blanchet. Pour faire la comparaison, la Davie est en deçà de 10 % des contrats et possède 50 % de la capacité de constructions navales sur le territoire canadien. Ce n’est pas rien et pourtant la Davie est loin d’avoir sa part», affirme le chef bloquiste.

Propositions du parti

Le parti croit que la pratique gouvernementale devrait être changée, bien que selon eux, le problème provienne des conservateurs.

Ils proposent que huit contrats de brise-glace, «essentiel sur la voie maritime du fleuve Saint-Laurent», soient  accordés à l’entreprise lévisienne, appuyant que déjà deux contrats aient été confiés à Seaspan de Vancouver et que ceux-ci ne respectent pas les échéances.

Yves-François Blanchet estime également que davantage de mandats d’entretien de navires et que la construction d’un second pétrolier ravitailleur soient accordés à la Davie.

«On se rappelle du succès de l’Astérix (NDLR : navire ravitailleur temporaire pour la Marine royale canadienne). Il y a une espèce de volonté de ne pas le confier à la Davie, qui en est pourtant pleinement capable, la construction du meilleur ami d’Astérix, notoirement Obélix», soutient le chef du parti.

Ensuite, la construction d’un troisième traversier fédéral, qui serait déjà jugé nécessaire, pourrait être mandatée au chantier de construction navale ainsi que la moitié des 12 navires de combat de surface qu’ils restent à attribuer, selon le Bloc québécois.

Enfin, «favoriser le cabotage, revoir la fiscalité et resserrer au niveau fédéral la réglementation de l’industrie maritime dans l’utilisation des pavillons de complaisance qui sont une calamité» serait nécessaire selon M. Blanchet.

Il ajoute que la reconnaissance des 900 fournisseurs qui, selon le chef, seraient amplement capables de fournir les autres chantiers alors qu’ils ont «déjà de la misère à surmonter leurs propres défis d’échéance et de budget ne serait peut-être pas une mauvaise affaire».

Les membres du Bloc croient que ce serait cet ensemble de mesure qui permettrait à la Davie de prendre sa place dans le milieu de la construction maritime et d’y être respecté.

«Un ensemble de mesures qui combinées vont faire en sorte qu’on va sortir de cette obstination inquiétante, des gouvernements fédéraux, qui se succèdent constamment au détriment de la Davie. Comme si l’intention dans les coulisses de lobbys à Ottawa était d’étouffer la Davie au bénéfice des autres», expose-t-il.

Part au Québec aussi

«Le Québec paie pour ces navires-là. Le Québec veut sa part de la construction de ces navires-là et le plus beau c’est que même tout l’ensemble du Canada va profiter d’une expertise québécoise, du respect des échéances, du respect des budgets et de la qualité et de l’innovation de ce qui sera produit au Québec», a renchéri M. Blanchet.

Le chef affirme que la bataille n’est pas complétée et que le Bloc québécois continue de la mener.

«Dans ce contexte-là, les seules personnes qui vont au front pour aider la Davie, c’est le Bloc québécois et si le Bloc québécois n’avait pas été là, bien que les contrats obtenus dans les deux dernières années sont bien insuffisants, ça aurait été encore pire et la Davie serait dans un état encore plus précaire de même que ses travailleurs», a déclaré Yves-François Blanchet.

Vers des surprises lundi?

Dans un autre ordre d’idées, le chef a évalué les chances de son parti dans la région lors du jour du scrutin, lundi.

S’il ne croit pas que le Bloc attire une vague d’électeurs derrière lui en Chaudière-Appalaches, il estime que ses candidats pourrait créer des surprises.

«Je crois à susciter une réflexion. Tant et aussi longtemps que le Bloc québécois, dans l’ensemble de circonscriptions avec la qualité de ses candidates et candidats, réussit à susciter une réflexion comme on l’a fait en 2019, on peut créer des surprises.»

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Un troisième mandat consécutif pour Gilles Lehouillier

Comme en 2013 et en 2017, les Lévisiens ont fait confiance à Gilles Lehouillier afin qu’il dirige les destinées de la Ville de Lévis. Ses concitoyens lui ont confié un troisième mandat consécutif à titre de maire de Lévis avec une large majorité, à l’issue des élections municipales le 7 novembre.

Un conseil municipal houleux à Beaumont

La séance ordinaire du conseil municipal de Beaumont du 15 novembre aura été marquée par les disputes. Vestiges du fort de Beaumont, comité consultatif d’urbanisme, raccordement du secteur Orléans au réseau d’aqueduc et d’égout et enquête sur une conseillère municipale ont attisé les tensions lors de la réunion des élus beaumontois.

Transport en commun : LF10 promet de rendre permanente la tarification sociale

Par voie de communiqué, Lévis Force 10 et sa candidate dans le district Bienville, la conseillère municipale sortante Amélie Landry, ont dévoilé les engagements de la formation politique au niveau communautaire. Si le parti obtient de nouveau le pouvoir le 7 novembre prochain, il s'engage notamment à rendre permanente la tarification sociale à la Société de transport de Lévis (STLévis).

LF10 dépose son cadre financier

Lors de sa dernière conférence de presse avant le jour du scrutin dimanche, le maire sortant de Lévis et chef de Lévis Force 10 (LF10), Gilles Lehouillier, et son équipe de candidats aux postes de conseillers ont déposé, le 5 novembre, le cadre financier de leur plateforme électorale. Comme avec ses engagements électoraux, la formation politique entend miser sur la continuité si elle obtient de no...

Repensons Lévis fier de ses engagements et de sa campagne

Le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, accompagné de plusieurs candidats de son parti au poste de conseiller municipal, a fait le bilan de sa campagne électorale et a tenu à inviter les citoyens à sortir voter le 7 novembre prochain.

François Paradis salue l’implication de Lévisiens

Lors d’une cérémonie à la chapelle du Patro de Lévis, le député de Lévis et président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a honoré, le 18 novembre, des Lévisiens et des Lévisiennes qui ont brillé au cours des dernières années. Pour ce faire, l’élu provincial a remis la Médaille de l’Assemblée nationale à cinq citoyens ou organismes de sa circonscription.

Saint-David : Cantin s'en prend à ses adversaires

Par voie de communiqué, le candidat indépendant au poste de conseiller dans le district Saint-David, David Cantin, a critiqué, le 1er novembre, les positions défendues par ses adversaires, Serge Côté (Lévis Force 10) et Sylvain Gagnon (Repensons Lévis), en ce qui a trait à leurs promesses sur les infrastructures récréatives et le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire vers l'ouest.

Changement et continuité dans le Grand Lévis

Le 7 novembre, les électeurs de Saint-Anselme et de Saint-Michel-de-Bellechasse ont également été appelés aux urnes afin de déterminer plusieurs membres des prochains conseils municipaux de ces municipalités bellechassoises.

Repensons Lévis veut améliorer les infrastructures récréatives existantes

Par voie de communiqué, le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de ce parti, Elhadji Mamadou Diarra, a dévoilé, le 1er novembre, les engagements de sa formation politique en ce qui a trait aux infrastructures récréatives. M. Diarra a notamment partagé son souhait de «rattraper le retard causé par l’immobilisme de l’administration sortante» par rapport aux infrastructures sportives ...