Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

D’aussi loin qu’il se souvienne, le monde de James Forest a toujours tourné autour de la musique. L’artiste ne se déplace jamais sans une guitare dans les bras ou sur le dos. La seule raison pour laquelle ce voyageur infatigable accepte de s’assoir, c’est pour jouer du piano. Il s’inspire d’ailleurs de ses périples afin de créer des mélodies qui transportent ceux qui les écoutent.

«J’aime la route et les voyages car ils sont comme la musique, ils me plongent dans le moment et ce qui l’habite, ils me connectent à l’essentiel. Ils m’ouvrent à la magie. Toutes les différentes cultures et traditions sont d’une si grande richesse, elles remettent mes repères en question régulièrement, ce qui me fait évoluer en tant qu’être humain», partage le musicien.

Ses chansons parlent de la complexité du quotidien et de la simplicité du moment présent, un paradoxe qui l’inspire. «J’aime être l’observateur, j’essaie de décrire mes visions et perceptions avec le plus de fluidité possible. Prendre le temps d’écouter notre petite voix intérieure est primordial. Mettre nos priorités à la bonne place et s’accorder au mouvement est une quête sans fin», remarque celui qui a composé quatre albums et un EP.

«La musique naît du silence»

La nature fait partie du quotidien de James Forest et le nourrit. «Tout les matins, j’essaie de prendre le temps de marcher dans les champs, ça me recentre et me balance. Les quatre éléments m’inspirent, me bercent et me parlent sans cesse. Sans l’union avec la nature, je serais probablement perdu. La musique naît de ce grand silence, de la beauté des grands espaces qui nous touchent profondément», poursuit-il.

À la fois doux et poignant, le son folk de James Forest s’accompagne de textes fragiles, romantiques et nostalgiques, sublimés par ses accords de guitare. «C’est un folk minimaliste et spaciale qui laisse beaucoup de place à l’improvisation et à la spontanéité du moment», présente le chanteur. Avec sa voix envoûtante et son charisme d’aventurier, James Forest rappelle l’essentiel de la vie, en toute simplicité et authenticité. 

C’est à un moment unique, prévient-il que peut s’attendre le public du Vieux Bureau de Poste (VBP). «Tous mes spectacles sont différents selon l’ambiance, les couleurs, la journée… Les gens vont oublier le temps qui court et déconnecter quelques instants pour se recentrer sur des choses qui font du bien et partager de la douceur.»

«Avec la musique, j’essaie de transmettre l’importance d’être ici et maintenant. Je ne me vois pas vraiment comme un entertainer, mais plutôt comme quelqu’un qui partage du vrai et de la douceur. J’espère que mon univers sonore propose l’intériorisation et calme le mental, c’est ce qui m’importe.»

Les billets sont en vente par téléphone au 418 839-1018 ou sur le site Web de la salle. La programmation complète est disponible sur le site vieuxbureaudeposte.com où vous pourrez écouter des extraits humoristiques et musicaux des artistes à l’affiche.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Le sapin de Léna

Comme chaque année, l'auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de Noël de sa création. Bonne lecture!

12 danseuses lévisiennes avec Les Grands Ballets

Lors de la présentation de Casse-Noisette au Grand Théâtre de Québec en décembre dernier, 12 élèves de l’école Élédanse étaient du spectacle.

Regard artistique bienveillant sur la petite enfance

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, le centre de la petite enfance (CPE) La Chiffonnelle (Mouvement Desjardins), a voulu mettre en lumière le nouveau programme éducatif des services de garde à la petite enfance.

Ses sculptures à Montréal

Le joueur de hockey vedette, Guy Carbonneau, a été intronisé au Temple de la renommée. Rosanne Pommerleau, sculptrice qui a récemment quitté Saint-Michel-de- Bellechasse pour s’installer à Saint-Gervais, a réalisé son portrait en bronze pour le musée des Canadiens. Guy Carbonneau est le troisième joueur sculpté par l’artiste en haut relief, après Rogatien Vachon et Mark Recchi.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Nadia Bélanger fait rimer blanc avec gourmand

Après le noir, l’artiste Nadia Bélanger vire au blanc. L’artiste revient à la Galerie d’Art des Deux-Ponts avec ses photographies culinaires, du 16 janvier au 29 février. Le visiteur est invité à redécouvrir l’art de la table d’un nouvel œil, celui de la photographe.