Les gravures ont été réalisées à partir de motifs captés par la technique du cyanotype. CRÉDIT : AUDE MALARET

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Nous ne contrôlons pas le soleil est l’aboutissement d’un processus mené par Marie-Claude Drolet. Sur la route entre Québec et Lunenburg en Nouvelle-Écosse, l’artiste a capté les silhouettes d’éléments naturels et artificiels en utilisant un procédé photographique ancien, le cyanotype. 

Sur une surface photosensible, on applique un mélange très réactif aux rayons ultraviolets. L’exposition au soleil permet alors d’y faire apparaître le tracé de ce qui a servi à la couvrir. La technique a permis à l’artiste de faire rapidement une récolte d’éléments expérimentale. Elle a même développé ses images dans un cours d’eau à proximité du lieu des captations. 

Réflexion sur le déplacement, l’œuvre parle de «l’attention qu’on porte au milieu qui nous entoure», explique Marie-Claude Drolet. «C’est une façon de prendre le temps d’être sur place et de sonder les éléments qu’on ne voit pas au premier coup d’œil. De comprendre son milieu aussi.»

L’artiste a ensuite transposé ces motifs captés en plein-air en gravure sur bois pour en faire une série abstraite, répétitive, mais dissemblable. Les hasards de l’estampe font que chacune est différente selon l’encre et la pression exercée. 

Une œuvre organique

Sur les impressions, l’artiste est intervenue au crayon de couleur pour «retracer les espaces libres» dans un dégradé de couleurs dispersé sur l’ensemble des œuvres. De ces ajouts colorés sont apparus «de nouveaux réseaux et de nouvelles compositions», dont «on sent l’aspect naturel» à travers les éléments graphiques et organiques.  

Toutes ensemble réunies, sous la forme d’un grand rideau qui occupe entièrement l’espace de la petite galerie, les œuvres évoquent des cartographies imaginaires. L’expérimentation de Marie-Claude Drolet a d’ailleurs été pensée spécifiquement pour l’espace de la vitrine, dont elle a utilisé les caractéristiques architecturales.

Originaire de Saguenay, Marie-Claude Drolet vit et travaille à Québec. Après des études en arts visuels à l’UQAC, elle a poursuivi en sculpture à la Maison des métiers d’art de Québec. Elle a présenté son travail dans le cadre de d’expositions individuelles et collectives dans la province et à l’étranger. 

Le 16 juin, une capsule sonore sera mise en ligne sur le site Web du centre d’artistes en art actuel. Dans l’enregistrement, l’artiste parlera de l’œuvre et de sa démarche artistique.

Marie-Claude Drolet sera présente le 26 juin de midi à 17h pour rencontrer, à distance bien sûr, les visiteurs lors d’un finissage progressif. L’installation sera ensuite démontée. 

Les plus lus

Un grand nom à la tête de Diffusion culturelle de Lévis

Par voie de communiqué, la présidente du conseil d’administration de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), Marie-Hélène Guité, a annoncé l’arrivée de Jacques Leblanc, figure du milieu théâtral bien connue dans la région de Québec, au poste de directeur général et artistique dès le 12 juillet prochain.

Chokola : la quête des racines

À la fin de sa première année de cégep, Phara Thibault a rédigé un texte qui a été salué par ses pairs. Lauréate du concours d’écriture dramatique Égrégore, Chokola, la première pièce de la jeune Lévisienne de 20 ans, doit déjà être jouée dans des festivals et théâtres.

Un collectif à saveur lévisienne

C’est le 24 mai dernier qu’un collectif d’auteurs a publié le livre Ce jour-là. Ce sont exactement 70 auteurs et 103 histoires qui composent l’ouvrage. Principalement à saveurs lévisienne et bellechassoise, l’ouvrage réunit 30 personnes originaires de Lévis, 20 de Bellechasse et 20 autres d’un peu partout au Québec, dont de la Beauce, la Côte-de-Beaupré, Québec et Montréal.

Diane Blanchette tire sa révérence

Pendant ses 23 années à Diffusion culturelle de Lévis, dont 12 à la direction de l’organisme, Diane Blanchette s’est dédiée corps et âme à créer des rencontres uniques entre les artistes et les publics avec passion, audace et une immense conviction dans les bienfaits des arts vivants.

Métyvié revient sur la pandémie en caricatures

Le célèbre caricaturiste lévisien Métyvié, surnom de Serge Métivier, a récemment fait un retour dans les librairies après une longue absence. Avec À vos masques! Sortez!, le résident de Saint-Jean-Chrysostome propose aux amateurs québécois de caricatures une petite histoire humoristique de la pandémie.

Un été riche en culture à L’Anglicane

C’est avec l’arrivée du beau temps et l’allègement des mesures sanitaires que L’Anglicane de Lévis dévoile sa programmation estivale qui accueillera Laurence Jalbert, porte-parole du Réseau des organisations de spectacles de l’est du Québec (ROSEQ).

L’Anglicane reçoit le Trio Fibonacci

Le Trio Fibonacci sera présent à l’Anglicane ce samedi 5 juin avec un programme de musique minimaliste.

Briser l’isolement à l’aide de la musique

En collaboration avec l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), l’Orchestre sym-phonique de Lévis (OSLévis) a mis sur pied un projet de cinq capsules vidéo pour aider à briser l’isolement et présenter l’impact positif de la musique : La musique qui fait du bien.

Théâtre d’été : deux comédies plutôt qu’une au VBP

Pour une 17e année, le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald offrira du théâtre d’été. Cette année, ce ne sera pas une comédie, mais deux qui seront proposées par les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec des cohortes 2020 et 2021.

Les aventures de Beaver le castor se poursuivent

Une troisième bande dessinée vient compléter la trilogie du duo lévisien Claude Jalbert et Steeve Cadorette. Intitulée Beaver et l’apocalypse, l’histoire sortira officiellement en juin prochain.