CRÉDIT : ÉDITIONS CRESCENDO

L’auteur lévisien William Roy-Paquet a publié son premier roman intitulé Daimôn. Ce thriller frôlant l’horreur et le style policier propose au lecteur de suivre les péripéties d’un enquêteur du service de police de Montréal qui se fait entraîner dans une affaire réunissant rituel, magie noire et démonologie qui dépasse rapidement son champ d’expertise.

Depuis toujours, William Roy-Paquet a un besoin de créer. Cette passion créatrice s’est dévoilée avec différents médiums et s’est arrêtée l’automne dernier sur l’écriture.

«J’ai toujours eu un grand élan artistique et cherché un médium pour le canaliser. J’avais plus été porté vers le dessin et la peinture. Par la suite, j’ai essayé la musique et j’ai écrit pendant plusieurs années sous divers genres musicaux, mais je n’avais jamais fait de l’écriture littéraire.»

Ce qui devait au départ être une écriture de plaisance, c’est rapidement transformé en besoin créateur. Il passait donc la majorité de son temps libre devant l’écran à avancer son histoire ou à réfléchir à ce qui adviendrait de ses personnages.

«L’automne passé, j’avais vraiment envie de créer et ma conjointe m’a proposé d’écrire. Je me suis surpris à vraiment beaucoup embarquer dans l’exercice. J’étais obnubilé par la chose jusqu’à que j’écrive le livre au complet.»

N’ayant jamais pratiqué l’écriture littéraire auparavant, William Roy-Paquet a décidé de travailler sous une formule évolutive. «J’ai vu ça comme un work in progress. Je suis parti avec une idée vraiment générale et plus ça avançait, plus ça se peaufinait. Parfois, j’avais des idées jusqu’au chapitre cinq par exemple. Ensuite, je m’arrêtais et je réfléchissais où je voulais amener l’histoire.»

La symbolique

L’auteur considère que c’est un roman qui vise principalement les personnes ouvertes et désireuses d’apprendre. Il va beaucoup dans l’explication et touche au symbolisme.

«La notion de symbole je trouve ça passionnant et je voulais en mettre dans mon livre. Puis essayer d’expliquer ma propre compréhension de certains de ces symboles.»

Daimôn, le titre du roman, est la racine étymologique provenant de la Grèce antique du mot démon. «Ça rapporte à tout ce qui est au-delà de l’être humain et de son mental. Ça rapporte à la divinité et le monde divin.»

Bien que le symbolisme soit une passion chez l’auteur, il souhaite aborder le sujet dans son récit pour «jeter la lumière sur des mots et apporter le lecteur à la réflexion. On aborde un peu l’oppression des femmes, la notion de bien et de mal, les émotions».

Dans un autre ordre d’idées, l’auteur travaille présentement sur d’autres projets et il serait bien possible de voir de prochaines réalisations.

Il est possible de se procurer le roman Daimôn, de William Roy-Paquet, sur le site Web des Éditions Crescendo au www.editions-crescendo.com/boutique/p/daimon.

Les plus lus

Un court-métrage à saveur lévisienne tourné au Myanmar

Tout droit sortie du Myanmar, Business Woman, l’histoire d’une quête spirituelle, sera présenté en avant-première le 11 octobre prochain au cinéma Lido à Lévis. Le court-métrage de près d’une trentaine de minutes a été réalisé par la réalisatrice et fondatrice de la boîte de productions lévisienne Boîte d’allumettes, Frédérique Alain.

Regard artistique sur le tunnel Québec-Lévis

Regart, centre d’artistes en art actuel, présente l’exposition la Commission des liens jusqu’au 24 octobre prochain. Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais agissent à titre de commissaires dans cette exposition qui prend la forme d’une commission d’enquête à la fois sérieuse, mais aussi humoristique

Le festival du conte Jos Violon renaît «majeur et vacciné»

Le Festival international du conte Jos Violon de la Maison natale de Louis Fréchette est de retour cette année après une pause inattendue d’un an. Puisque le festival en est à sa 18e édition, les amateurs de contes et légendes seront transportés en octobre à l’époque de leurs 18 ans, l’événement se déroulant sous la thématique Majeur et vacciné, pour vrai!.

Voyageons dans le temps lors des Journées de la culture

Pour sa 25e édition, les Journées de la culture invitent les citoyens et citoyennes à voyager dans le temps. Nouveautés, entretiens, captations en direct ou en différé, une multitude d’activités seront offertes gratuitement les 24, 25 et 26 septembre.

Cultur’Art fête ses 15 ans

Le Rallye Cultur’art de Lévis fête, en 2021, ses 15 ans d’existence. Les 16 et 17 octobre prochains, les amateurs d’art pourront faire la visite des ateliers de près d’une trentaine d’artistes lévisiens.

Des œuvres de Daniel Bonneau exposées dans Charlevoix

Le rêve de Daniel Bonneau s’est enfin concrétisé. Jusqu’à la mi-novembre, le Musée de Charlevoix dédie l’une de ses expositions aux œuvres de l’artiste animalier de Saint-Anselme.

La musique retentit de nouveau à l’Espace symphonique de Lévis

Les 25 et 26 septembre prochain, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSLévis) a repris ses activités après une année d’arrêt, dans le cadre des Journées de la culture. L’ensemble en a profité pour rendre hommage aux travailleurs de la santé.

L’Anglicane propose trois productions théâtrales cet automne

Les pièces Oleanna, Omi Mouna et Dans la tête de Proust habiteront L’Anglicane pour les prochains mois. Dans le cadre de sa série théâtrale, Diffusion culturelle invite les habitués comme les nouveaux publics à voir ces pièces qui abordent les enjeux et thématiques du monde contemporain.

La commission des liens, une exposition sur le troisième lien

Dans le cadre de sa programmation sur la décroissance, Regart, centre d’artistes en art actuel, présentera l’exposition de Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais intitulée La commission des liens jusqu’au 24 octobre.

Dominique Croteau Habib exposée à l’ECQNS

L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas (ECQSN) présentera jusqu’au 24 octobre prochain, Créatures intérieurs, une exposition solo de l’artiste Dominique Croteau Habib.