La Maison Rodolphe-Audette possède une vue imprenable sur la ville de Québec.

La décision du comité de démolition de la Ville de Lévis, prise le 3 juillet en séance publique, a mis fin aux espoirs des citoyens mobilisés pour la sauvegarde de la bâtisse plus que centenaire. La résidence de l’ancien dirigeant de la Banque nationale, qui lui a donné son nom, laissera place à un immeuble de condos.

Il aura fallu plus d’un an et demi, du dépôt de la demande en octobre 2016 jusqu’à mai 2018, au comité de démolition pour rendre sa décision, un délai qui s’explique par le caractère «exceptionnel» du dossier, indique le procès-verbal, dont le Journal a eu connaissance.

Car, le 6410 de la rue Saint-Laurent est «un bâtiment patrimonial d’exception, dont les attributs architecturaux, l’histoire ainsi que sa localisation particulière et stratégique sont tout à fait remarquables», a reconnu le comité.

Après avoir «étudié toutes les mesures possibles de sauvegarde de cet immeuble», il a finalement rendu sa décision à la lumière des expertises réalisées entre 2014 et 2017. Vétusté du bâtiment, coûts «prohibitifs» d’une restauration et échecs répétés des projets de sauvegarde sont mentionnés afin de justifier la décision.

«Il aura ainsi fallu dix ans pour que le propriétaire Jacques Laflamme arrive à ses fins : la démolition de cette maison patrimoniale fera place nette afin d’y implanter un projet de condominiums à haute densité permettant ainsi d’engranger un profit démesuré au détriment du patrimoine lévisien», a dénoncé le comité de mise en valeur de la Maison Rodolphe-Audette dans un communiquéà l’annonce de cette décision.

Une première demande en 2014

En mars 2014, une première demande avait débouché sur une décision favorable du comité de démolition, mais s’était soldée par un rejet lors de l’appel devant le conseil municipal en novembre. Parmi les documents annexés à la fiche de prise de décision, la lettre de demande de permis de démolition indiquait qu’en 2013, un projet, de trois condos situés dans la maison rénovée et de six condos dans un immeuble annexé à la résidence, avait été déposé. Mais en novembre, des entrepreneurs, qui n’avaient pu donner de garantie sur les travaux de rénovation, l’avaient déconseillé.

L’entreprise EMS, mandatée pour déterminer s’il serait possible de réhabiliter le bâtiment, avait observé dans le rapport sommaire de l’expertise, que le bâtiment était «dans un état d’abandon», et conclu à l’impossibilité de réhabiliter le bâtiment vétuste et non récupérable. «Nous sommes d’avis que la seule solution judicieuse à mettre en place suivant l’analyse de l’état du bâtiment est la démolition.»

Protéger les bâtiments patrimoniaux

Pourtant, dans un communiqué de la Ville daté de décembre 2014, il était écrit qu’«en raison de conclusions mitigées dans les rapports d’experts, le conseil municipal a décidé de rejeter la démolition de la Maison Rodolphe-Audette». Le maire Gilles Lehouillier avait alors déclaré : «Ce cas illustre bien le laisser-aller dans la protection de nos bâtiments patrimoniaux. Nous entendons donc tout mettre en œuvre pour en assurer leur protection. Dorénavant, la Ville de Lévis s’assurera de l’entretien d’une propriété ou d’un terrain à valeur patrimoniale par tout propriétaire qui s’en portera acquéreur.»

Le sort de la bâtisse avait même été abordé lors de l’élaboration du programme particulier d’urbanisme du Vieux-Lévis (PPU) de juillet 2017. «Les nouvelles vocations de certains bâtiments […], tels que la maison Rodolphe-Audette […] sont à déterminer» (p.44). Notant le site stratégique de la maison et ses attributs architecturaux, le PPU recommandait d’analyser l’état de vétusté, afin qu’une décision puisse être rendue par le comité de démolition, et que «le projet de remplacement reproduise le gabarit, la volumétrie et les attributs architecturaux du bâtiment» (p.62).

Une mobilisation continue

De son côté, le comité de mise en valeur de la Maison Rodolphe-Audette regrette aujourd’hui que l’engagement du maire ne se soit pas traduit par des actions concrètes. Depuis la première décision du comité de démolition en 2014, des citoyens se sont mobilisés pour sauver la maison en envoyant des dizaines de lettres d’opposition et en étant présents lors des séances publiques de la Ville. Le comité a proposé un projet d’éco-musée populaire dédié à l’interprétation de l’histoire et de la généalogie à Lévis et dans la région, déposé au conseil municipal en août 2017 et resté lettre morte.

«Au cours de toutes ces années, les citoyens ont largement manifesté leur intérêt en faveur de la Maison Rodolphe-Audette. […] La mobilisation exprimée lors de ce processus démontre donc de façon extrêmement claire cette adhésion et l’attachement des citoyens de Lévis à ce bâtiment en particulier», rappelle le comité de mise en valeur.

Les plus lus

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.

De Lévis à Vancouver en vélo tandem

Destination commune, c’est le projet de deux amoureux de vélo qui se sont lancé le défi de traverser le Canada. Tout au long de leur périple, Ella Sargent et Rémi Proteau animeront des activités pour promouvoir la pratique cycliste. L’équipage s’est lancé dans l’aventure le 30 mai dernier.

Un Lévisien rencontre ses héros

Une rencontre entre un citoyen lévisien, victime d’un incendie, et les pompiers qui lui ont sauvé la vie, a eu lieu ce matin à la caserne 1 sur le boulevard Guillaume-Couture. Une vague de témoignages émouvants a été partagée par les personnes impliquées lors de cette réunion qui a pris la forme d’un point de presse.