Thomas Kleiber et David V. Boivin ont créé un jardin à leur image, où fleurs et légumes se côtoient avec harmonie.

L’un vient de Suisse, l’autre est né au Québec. L’amour a réuni David V. Boivin et Thomas Kleiber, malgré la distance qui les séparait. Ensemble, ils ont décidé de s’enraciner dans la Belle province et y cultivent leur jardin.

S’installer dans un nouveau pays, «ça déracine, complètement». En décembre dernier, Thomas Kleiber arrive de la Suisse pour rejoindre son conjoint et s’installe à Lévis. 

Dans l’esprit du couple, l’idée germe alors d’un projet commun : recréer un jardin, comme celui aménagé par Thomas dans son pays d’origine. Loin de tout ce que qu’il connaît, le nouvel arrivant veut retrouver certaines de ses habitudes pour se sentir chez lui. 

À l’avant de la maison des parents de David, où ils se sont installés le temps que Thomas termine le processus d’immigration «long et laborieux avec beaucoup de paperasse», ils ont planté fleurs, légumes et fines herbes. Les rosiers côtoient les haricots et les oignons, les tournesols couronnent le persil, le basilic et la menthe. 

Une quarantaine de variétés

Beau et «mignon», voilà comment ils ont imaginé leur jardin. Productif aussi, avec une quarantaine de variétés de végétaux qui poussent dans les plates-bandes. Ils ont choisi des fleurs que les papillons et la reine des pollinisateurs adorent, aussi pour rappeler leur importance.  

«L’abeille, tout ce qu’elle veut, c’est une fleur. C’est ce qui va donner les belles tomates. C’est ce qui fait que la fleur va donner un fruit, sinon elle va mourir et puis on aura rien en bout de ligne», illustrent-ils, conscients que «ce n’est pas tout le monde qui fait le lien entre la nourriture à l’épicerie, dans l’assiette et le rôle des insectes».

Cet espace, Thomas et David l’ont conçu à la manière suisse, mais avec des plantes québécoises qui rappellent les végétaux helvètes, puisque les fleurs d’ici ressemblent, à cause du rude climat hivernal, à celles des montagnes. 

«Notre petit bonheur à nous»

«Les gens ne pensent pas à cette possibilité de mélanger les fleurs et les légumes. Ils font le jardin comme ça s’est toujours fait, remarque Thomas. C’est une chance de pouvoir se laisser inspirer par d’autres pays.» 

Dans cet éden de verdure, Thomas est en terrain connu. Il jardine comme il avait l’habitude de le faire dans son pays d’origine. Et s’enracine dans le sol québécois en même temps que son potager pousse et grandit. «C’est notre petit bonheur à nous», confient-ils.

Ce jardin leur rappelle celui où ils ont tenu une seconde cérémonie en Suisse en juillet 2016, après s’être mariés au Québec au mois de janvier de la même année. Tous deux se sont rencontrés en 2015. Quand les premiers échanges de message ont laissé place à d’interminables conversations, David et Thomas réalisent qu’il se passe quelque chose entre eux. 

David commence par rendre visite à Thomas à Zurich, puis décide d’y poursuivre ses études. «J’ai décidé que j’étais la personne qui allait faire le geste de déménager pour donner une chance à la relation, car j’étais plus flexible», raconte-t-il. Il est accepté en sciences environnementales à l’université où, il s’inscrit à la maîtrise. 

C’est finalement au Québec que le couple décide de poursuivre son idylle. Puisque David a déjà vécu un changement de pays pendant un an et demi, Thomas bénéficie de son expérience dans son processus d’adaptation, afin de réagir plus rapidement aux difficultés. Même s’il était venu en visite au Québec, pour lui, tout est nouveau. 

«C’est fatiguant d’être dans un autre pays, car tout est différent. Même les petites choses comme faire des achats, c’est plus compliqué», reconnaît-il. Lui qui a immigré croit que les efforts et l’énergie que ça demande sont sous-estimés. «On considère presque l’immigration comme un voyage, mais c’est tellement différent.» 

Pour immigrer, bien se connaître est un atout. «Certaines personnalités vont avoir un meilleur lâcher-prise, être plus flexibles, partage David. Savoir quelles habitudes et quels éléments de notre vie on veut garder qui sont essentiels. Savoir la routine qui nous rend solide. Tu découvres en te déracinant, ce qui te rendait solide avant et que tu ignorais, ou que tu prenais pour acquis». 

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : des organismes s’opposent à la zone récréotouristique

Les dirigeants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière (APCC) ont uni leur voix, le 4 février, pour s’opposer à la modification envisagée au schéma d’aménagement du parc des Chutes-de-la-Chaudière.