Le président de la CSDN, Jérôme Demers. CRÉDIT : COURTOISIE

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé la proposition de son organisation pour réformer la gouvernance des commissions scolaires au Québec.

En raison de l’échéancier très serré avant le début de la session d’automne à l’Assemblée nationale où le projet de loi visant le remplacement des commissions scolaires par des centres de services scolaires (CSS) doit être déposé, la CSDN a opté pour une démarche différente que celle auparavant envisagée, la tenue d’une consultation publique avant la production d’un mémoire.

Deux comités, l’un formé de commissaires et d’un parent et l’autre de cadres de la commission scolaire, ont travaillé sur une présentation proposant une réforme des gouvernances administrative et pédagogique des commissions scolaires. Lors de leur réflexion, les deux comités devaient tenir compte de cinq éléments : l’élève, l’organisation, les compétences, la proximité des milieux et le traitement équitable pour tous.

Plus de pouvoir aux parents, au milieu et au personnel

En ce qui a trait à la gouvernance administrative, la CSDN propose un «renversement de la pyramide» pour que les parents, la communauté et le personnel de la commission scolaire soient davantage impliqués dans le processus décisionnel. D’abord, les comités d’établissement (CE) prendraient les décisions importantes, qui n’auraient pas d’impact pour les autres écoles, pour chacune de leur école respective.

Chacun des CE serait composé de 50 % de parents, de 25 % de membres du personnel et de 25 % de membres de la communauté, des candidats qui seraient finalement choisis par les parents et les membres du personnel. Chacun des membres du CE serait élu pour un mandat de deux ans et pour être éligible à siéger, le membre devrait recevoir une formation du ministère de l’Éducation.

Ensuite, un conseil d’administration et le comité de répartition des ressources (CRR) pourraient prendre des décisions à l’échelle du nouveau CSS. Ne pouvant présentement que faire des recommandations au conseil des commissaires, le CRR, un comité qui serait composé de cadres du CSS et de représentants de direction d’école, prendrait désormais des décisions en ce qui a trait à la répartition des ressources à travers le CSS.

Quant à lui, le conseil d’administration se limiterait aux décisions administratives et serait le «gardien de l’équité». Composée de 16 membres, cette instance serait constituée à 50 % de parents, de 25 % de représentants du personnel et de 25 % de représentants de la communauté. Comme dans les CE, ils seraient élus pour des mandats de deux ans et devraient également suivre une formation du ministère. Contrairement à la situation actuelle au conseil des commissaires, tous les membres auraient le droit de vote.

Le conseil d’administration aurait un président, nommé par le ministère de l’Éducation. Il n’aurait pas de droit de vote, sauf pour briser une égalité. Seul membre du conseil d’administration rémunéré (les autres membres pourraient profiter d’un crédit d’impôt), il serait le porte-parole du CSS et le responsable des relations avec les politiciens du territoire et des organismes externes.

Les comités de parents et représentant les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA), uniquement composés de parents dans la réforme proposée par la CSDN, existeraient toujours et donneraient leur avis sur plusieurs sujets. 

«Dans notre projet, il y a toujours un échelon qui permet de ramener à l’ordre une autre composante de la gouvernance si elle pose des actions qui ne sont pas acceptables. Ce n’est pas dans un esprit de surveillance, mais qu’il y ait un mécanisme pour éviter que des crises durent longtemps», a expliqué M. Demers.

Une proposition qui retient l’attention

En ce qui a trait à la gouvernance pédagogique, la CSDN propose au gouvernement que les CSS misent sur son approche actuelle, le travail par réseaux.

«Dans le modèle que nous proposons avec des rencontres où l’on prend le temps de réfléchir et de planifier, l’établissement peut d’abord trouver de l’aide entre ses murs. Si ce n’est pas possible, il peut ensuite consulter les établissements voisins et par la suite le réseau d’écoles auquel il appartient. Par exemple, on peut avoir toutes les écoles primaires qui offrent le programme d’anglais intensif, mais s’il n’y en a pas au secondaire, on n’aide pas l’enfant», a imagé le président de la CSDN.

Si Québec présentera bientôt son projet de loi pour abolir les commissions scolaires francophones, Jérôme Demers estime que l’équipe du ministre de l’Éducation a prêté une oreille attentive aux propositions de son organisation.

«Nous avons vraiment une belle écoute lors de deux rencontres. Nous avons été consultés au même titre que d’autres organisations. Je suis très content du travail que nous avons effectué. Est-ce qu’il y aura des suites? Je l’ignore pour le moment», a-t-il conclu.

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

COVID-19 : six mythes sur le masque

Tour à tour louangé ou désavoué, le port du masque semble, ces dernières semaines, avoir finalement gagné ses lettres de noblesse dans la majorité des pays qui ont enclenché leur déconfinement. Mais la teneur exacte de son efficacité reste difficile à établir. Le Détecteur de rumeurs survole six mythes sur le masque.

Des annonces pour la saison estivale à Lévis

Le maire de Lévis a annoncé plusieurs mesures pour les activités d’été, ce matin. 118 installations sportives extérieures vont rouvrir à partir de la semaine prochaine et 80 % de la demande en camp de jour sera comblée. Cet été, je parcours Lévis présentera aussi deux nouveaux parcours.

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, samedi, que deux autres résidents de la région, deux Lévisiens, ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h15

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Un nouveau cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Dans les 24 dernières heures, le Québec a recensé 68 nouveaux cas de COVID-19, dont un en Chaudière-Appalaches, à Lévis. De plus, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé que le port du masque serait obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet.