CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Le 8 juillet, 55 patients se retrouvaient sur une civière à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis, alors qu’elle a une capacité habituelle de 37 civières. Actuellement, le taux d’occupation de l’urgence est donc de près de 150 %, des statistiques qui sont normalement vues à l’hiver plutôt qu’en plein mois de juillet.

Selon Liliane Bernier, directrice des soins infirmiers au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), c’est en raison des effets pervers de la pandémie que l’urgence de l’Hôtel-Dieu enregistre des taux d’occupation jamais vus en été.

«En cours de journée, l’achalandage est normal. Mais plusieurs patients doivent demeurer à l’urgence pour notamment passer des tests supplémentaires, ce qui fait augmenter notre taux d’occupation. C’est une situation constatée dans l’ensemble du réseau de la santé au Québec. Chez nous, plusieurs aînés ont attendu jusqu’à tout récemment pour se présenter à l’urgence parce qu’ils avaient peur de contracter la COVID-19 à l’hôpital. Actuellement, 50 % des gens qui se retrouvent sur des civières à l’urgence sont par la suite hospitalisés», a illustré Mme Bernier, lors d’une entrevue téléphonique le 8 juillet.

Notons que lors de la dernière année, le CISSS-CA a constaté une diminution de 18 000 visites à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis comparativement à l’année précédente (avant la pandémie).

Amener des ressources

Cette importante hausse du taux d’occupation survient cependant à un bien mauvais moment alors que plusieurs employés de l’établissement lévisien sont en vacances, après des mois marqués par la lutte contre la pandémie.

Ainsi, les infirmières qui sont toujours sur le plancher de l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis doivent effectuer du temps supplémentaire, volontaire dans la majorité des cas selon Liliane Bernier, pour suppléer au manque d’effectifs. Pour éviter le recours aux heures supplémentaires, le CISSS-CA planche actuellement sur d’autres mesures afin de dépêcher des employés supplémentaires à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

«On regarde pour des réassignations, mais on est limité à ce niveau puisque les infirmières de l’urgence ont des compétences spécifiques qui leur permettent de travailler à cet endroit. On travaille sur des embauches et de la formation à l’interne pour trouver des ressources supplémentaires. Également, s’il y a des baisses d’activité dans d’autres services du CISSS, comme dans les cliniques de dépistage de la COVID-19, on peut réassigner des infirmières qui y œuvraient», a expliqué Mme Bernier.

Toutefois, le CISSS-CA n’envisage pas de rouvrir l’urgence du Centre Paul-Gilbert de Charny, comme certains intervenants du réseau de la santé régional le réclament. «Les personnes qui vont normalement à l’urgence de Paul-Gilbert représentent une clientèle ambulatoire. Si une personne qui se rend à Paul-Gilbert doit se retrouver sur une civière, elle va être transférée à l’Hôtel-Dieu de Lévis», a argué la directrice des soins infirmiers de l’organisation.

Vers une amélioration?

Si l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement sous pression, certains signaux positifs donnent espoir à Liliane Bernier de voir la situation s’améliorer au cours des prochains jours.

«Depuis 24 heures, on enregistre une baisse du taux d’occupation. Je n’ai pas de baguette magique, mais j’espère que cette tendance à la baisse se poursuivra pour qu’on retrouve un taux d’occupation comme ceux qu’on enregistre normalement en été», a partagé Mme Bernier.

Notons finalement que la directrice des soins infirmiers du CISSS-CA a tenu à rappeler que malgré l’important taux d’occupation à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis, les personnes qui souffrent d’un important problème de santé nécessitant les soins d’un urgentologue doivent se présenter à l’urgence de l’établissement. Pour tout autre problème de santé, les gens de la région peuvent consulter un omnipraticien ou téléphoner au 811.

Les plus lus

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention urgente.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

Soins de santé dans la région : une situation alarmante

Avec un système de la santé déjà fatigué avant même la pandémie de COVID-19, le syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches craint arriver à un point de non-retour dans le prochain mois. Selon l’organisation syndicale, les hôpitaux de Lévis, Montmagny, Saint-Georges et Thetford Mines pourraient se retrouver en bris de service après le 15 octobre prochain, date où le personnel soig...

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Le port du masque élargi dans les MRC de Bellechasse et de La Nouvelle-Beauce

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé le 7 octobre, à la suite d'une recommandation formulée par les autorités de santé publique, qu'à partir du 11 octobre, le port du masque d'intervention sera obligatoire pour tous les résidents des résidences privées pour aînés (RPA) ainsi que pour tous les élèves des établissements scolaires du primaire et du secondaire des MRC de Bellecha...

Pénurie d’infirmières : Québec prêt à investir 1 G$ dans une «petite révolution»

En compagnie de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté, le 23 septembre, le plan gouvernemental pour s’attaquer à la pénurie d’infirmières que vit la province Québec prévoit investir jusqu’à 1 G$ pour inciter des milliers d’infirmières à travailler de nouveau da...

Une dernière année en distinction pour un cadet lévisien

À 18 ans, Tomas Lacroix est depuis 5 ans membre du corps des Cadets royaux de l’armée canadienne 2820 des Chutes-de-la-Chaudière. L’adjudant-maître Lacroix a eu la chance d’amorcer sa dernière année dans le corps avec une distinction prestigieuse alors qu’il a été nommé cadet de l’armée le plus exceptionnel du Canada pour 2021 et récipiendaire de l’épée commémorative du lieutenant-général Walsh pa...

COVID-19 : trois décès enregistrés dans le sud de la région

Dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié lundi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que trois résidents du sud de la région ont récemment perdu leur combat contre la COVID-19.