Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, désire que Québec réponde favorablement aux demandes du conseil. CRÉDIT : ARCHIVES

Quelques jours après le dévoilement du projet de tramway à Québec dont ne fait pas partie la Rive-Sud, le conseil municipal de Lévis a adopté, en séance extraordinaire, une résolution pour dévoiler officiellement ses demandes au gouvernement du Québec. Entre autres, la Ville espère assurer le leadership de l’interconnexion entre les réseaux de transport collectif de Lévis et de Québec, élément absent jusqu’à maintenant du projet de tramway.

Plaidant notamment que la congestion routière affecte quotidiennement la qualité de vie des Lévisiens et rappelant que la municipalité a déposé en juin son projet de transport collectif structurant, les échevins ont demandé trois choses au gouvernement provincial, grâce à leur résolution. 

D’abord, les conseillers réclament que Québec confirme le financement du projet de transport collectif structurant de la Ville de Lévis et des études reliées. La première phase de ce plan, misant sur des voies réservées, l’ajout et la synchronisation des feux de circulation ainsi que l’optimisation des stations d’arrêt, coûterait près de 80 M$. 

Notons que les investissements nécessaires pour transformer la route des Rivières (116) en boulevard urbain, désiré par la Ville de Lévis dans le cadre du projet, ne sont pas inclus dans cette somme.

Priorité : interconnexion

Ensuite, ils désirent que le gouvernement provincial confie à la municipalité le leadership pour la réalisation des études sur l’interconnexion entre le réseau de tramway et celui de la Société de transport de Lévis (STLévis). Enfin, le conseil municipal veut s’assurer que la Ville aura l’accès à l’ensemble des études déjà réalisées ou en cours sur cette possibilité d’interconnexion.

«Nous avons toujours dit qu’il était essentiel d’inclure l’interconnexion entre les deux rives à un projet de transport collectif structurant majeur pour la région. C’est pourquoi nous demandons maintenant au gouvernement du Québec de s’engager à financer les études nécessaires pour assurer l’interconnexion entre les deux rives», a ajouté le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, tout en chiffrant cette demande à plusieurs millions de dollars.

De plus, le premier citoyen a rappelé qu’il s’attendait à ce que le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral financent en entier le projet de transport collectif structurant, comme ils l’ont fait pour Québec.

«Pour la première phase, notre projet est chiffré. Nous nous attendons à ce que le gouvernement du Québec nous indique clairement dans les prochaines semaines, si possible, que le transport collectif à Lévis soit financé à 100 %. […] Il faut dire qu’en dehors de Québec, il y a d’autres villes qui existent», a soutenu M. Lehouillier.

Ouverture du gouvernement

Bon prince, le maire de Lévis a toutefois confirmé que le gouvernement provincial avait tendu l’oreille aux demandes de la ville. D’ailleurs, selon Le Soleil, le premier magistrat a déjà reçu un écho plus que favorable. En effet, le quotidien de Québec a dévoilé lundi que le premier magistrat a obtenu, mercredi dernier, des garanties de la part du président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand.

Le ministre libéral a accepté les demandes de la Ville de Lévis visant à financer les études et les améliorations à son réseau de transport en commun. Même que la subvention a été bonifiée pour identifier la meilleure interconnexion avec le réseau de tramway de Québec. Mais malgré ces bonnes nouvelles, Gilles Lehouillier refuse de s’emballer.

«Dans le prochain budget provincial, nous voulons qu’un chiffre apparaisse […] Pourquoi la sortie aujourd’hui? Souvenez-vous de l’épisode du viaduc de Saint-Rédempteur. Jusqu’à la dernière minute, pas juste des députés, des ministres m’ont dit que nous allions avoir notre 10 M$. Au moment où l’on se parle, je n’ai aucune confirmation alors que Régis Labeaume (maire de Québec) a en poche 3 G$. C’est ça la différence. C’est parfait, mais annoncez-le rapidement», a conclu Gilles Lehouillier.

 

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.