Jonathan Tanguay et Carl Lavoie, ainsi que Lysa Bergeron (absente de la photo), sont derrière le collectif d’idées Repensons Lévis.� CRÉDIT : AUDE MALARET

Ils sont dans la vingtaine, possèdent déjà une expérience politique et veulent contribuer au développement de leur ville. Jonathan Tanguay, Carl Lavoie et Lysa Bergeron ont créé Repensons Lévis, un groupe de réflexion qui veut influencer les décideurs municipaux et proposer de nouvelles initiatives.

Intéresser les gens à la politique locale, susciter la participation citoyenne et proposer des projets alternatifs, c’est l’objectif de la nouvelle entité Repensons Lévis lancée par trois jeunes habitants du territoire. «Comment, en 2020, on peut contribuer au développement de notre ville?» se demandent les instigateurs du projet, Jonathan Tanguay, Carl Lavoie et Lysa Bergeron.

À mi-chemin entre le «laboratoire d’idées» et l’organisation politique, le collectif compte investir les réseaux sociaux à la rencontre des citoyens. Repensons Lévis prévoit développer des moyens de communication, complémentaires «aux canaux officiels» qui existent déjà, et exploiter le plein potentiel de la sphère numérique afin que «les gens puissent partager leur opinion sur des débats ou des enjeux qui les touchent». 

«Il n’y a pas autant de participation citoyenne, du moins dans ma génération, que ce que je pense que les gens devraient avoir. J’ai toujours défendu cette idée de participer. Aujourd’hui, le projet qu’on développe vise directement ça, intéresser les gens à leur sphère municipale», explique Carl Lavoie.

Leur constat est simple : le taux de participation aux élections municipales a chuté à      36,5 % en 2017. En 2013, seulement 46,4 % des électeurs avaient voté. Des chiffres «alarmants» pour Jonathan Tanguay, qui souligne par ailleurs que 10 des 15 conseillers municipaux ont été élus par acclamation. «On entend peut parler de politique municipale autour de la table de cuisine», illustre-t-il. 

 «L’idée, c’est d’entamer un dialogue de toutes les manières possibles, à l’aide d’outils différents de ceux de la Ville, avec le citoyen, l’entreprise, le milieu socio-communautaire pour écouter leurs besoins et leurs priorités. Reconnecter les citoyens à la vie municipale, c’est là-dessus qu’on doit travailler», insiste Jonathan Tanguay. 

Si Repensons Lévis existe actuellement sous la forme d’un collectif d’idées, l’évolution vers une force politique n’est pas exclue par ses fondateurs. «On a un véhicule qui commence à avancer tranquillement et qui va pouvoir prendre sa vitesse de croisière avant d’arriver en 2021.»

Des implications précoces

Du haut de ses 25 ans, Jonathan Tanguay, qui travaille dans un cabinet conseil en philanthropie,  en a passé 24 à Lévis. «J’ai habité à Charny, Lauzon, dans le Vieux-Lévis et maintenant je suis à Pintendre. Et, j’ai passé un an à Ottawa comme adjoint parlementaire», précise-t-il. Organisateur politique, il a fait ses armes auprès de plusieurs candidats fédéraux du Parti libéral du Canada lors de leur campagne électorale. Aujourd’hui, il s’implique également au sein du conseil d’administration de la Fondation pour l’éducation de l’École Pointe-Lévy.

Originaire d’Ottawa et installé à Lévis depuis deux ans, Carl Lavoie, qui est conseiller en entreprise, a développé son goût pour la politique en s’impliquant auprès d’organisations telles que le Regroupement étudiant des facultés d’administration de l’est du Canada, dont il a été président, et la Conférence régionale des élus de l’Outaouais.

Quant à Lysa Bergeron, qui n’était pas présente lors de l’entrevue avec le Journal pour des raisons de santé, elle s’est récemment installée à Saint-Romuald et suit une maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval, après un baccalauréat en biologie médicale. À 20 ans, la jeune femme s’est présentée dans sa ville d’origine Notre-Dame-du-Mont Carmel contre le maire sortant. «Elle a perdu, mais ça lui a permis de vivre une expérience de proximité dans un contexte municipal», souligne Jonathan Tanguay.

D’autres participants au projet seront présentés dans les prochaines semaines sur les différentes pages Internet de Repensons Lévis, indiquent les instigateurs du projet pour qui il est primordial de s’entourer d’une équipe. Afin de rassembler des sympathisants, l’organisation s’est dotée d’une page repensonslevis.quebec et elle est présente sur Facebook, Twitter et Instagram.

Faire entendre de nouvelles voix

 Estimant que chaque citoyen de Lévis vit une réalité différente, le groupe de réflexion veut «pouvoir discuter d’autres choses qui ne sont habituellement pas amenées par l’administration municipale», indique Carl Lavoie.

Les deux Lévisiens croient que «le climat ne favorise pas forcément les nouvelles idées. À partir du moment où on a une administration municipale qui n’est pas challengée, on n’a pas les conditions gagnantes pour évoluer». «Ni critiqueurs ni revanchards», disent-ils, les membres de Repensons Lévis veulent sortir du rôle d’opposant. «Tout ce qui est opposition est souvent comparé à de l’obstruction. On le voit plus comme une tentative de participation et de développement de la municipalité.»

Et d’ajouter : «ce qui nous intéresse, ce sont les commentaires constructifs et positifs. On n’est pas là pour s’opposer systématiquement à l’administration municipale et à ses décisions. On veut tous le bien de notre ville. Mais, on se demande comment faire en sorte d’entendre plus de groupes s’exprimer, des groupes qui s’expriment moins souvent».

Alors que la municipalité en pleine croissance se trouve à un point décisif de son développement, observent-ils, Repensons Lévis misera sur les outils pour favoriser le développement durable à long terme, la coopération et l’innovation afin de faire souffler un vent nouveau sur la ville . 

«Le but de toute administration municipale, c’est d’améliorer la qualité de vie des citoyens et de contribuer à son essor économique. Ensuite, quels seront les moyens ou les actions prises, on se garde quelques cartes dans notre jeu qui seront dévoilées au fur et à mesure.» Repensons Lévis organisera un lancement officiel au cours de l’été et présentera ses activités à venir ainsi que sa programmation.

Les plus lus

Des bars tiki flottants faits à Lévis

Le Lévisien Dany Rodrigue a lancé à la mi-mars son entreprise Tiki Québec. Celui qui exerçait le métier de consultant en génie civil a profité d’une pause de travail occasionnée par la pandémie pour se mettre à l’ouvrage et développer une idée d’entreprise qu’il avait derrière la tête depuis l’année dernière.

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Le tronçon de la peur

Des résidents de Saint-Nicolas se mobilisent afin que la Ville de Lévis et le ministère des Transports du Québec (MTQ) mettent en place des infrastructures sur la route Marie-Victorin (route 132) afin d’assurer la sécurité des piétons et des cyclistes dans le secteur du village. Plusieurs parents craignent qu’un drame survienne bientôt en raison de la configuration actuelle de cette portion de la ...

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.