En juillet, 40 760 volumes ont été prêtés contre 88 411 en juillet 2019. CRÉDIT : ARCHIVES

Depuis la réouverture des bibliothèques de la Ville de Lévis, seules trois accueillent les lecteurs, Pierre-Georges-Roy, Francine-McKenzie et Anne-Marie-Filteau. Pourtant, les usagers sont nombreux à manifester leur impatience de voir leur bibliothèque de quartier accessible.

«La Ville de Lévis, dans l’ensemble de la pandémie, on l’a joué très défensif. Dès le départ, le maire a été formel : protection des citoyens et sécurité des employés. On aimait mieux être trop défensifs, et assurer la sécurité, qu’être trop proactifs. Alors, on y a été au compte-goutte», présente le directeur de la vie communautaire à la Ville de Lévis, René Tremblay.

C’est à partir du 29 mai dernier que les comptoirs de prêt pouvaient reprendre leurs activités grâce au feu vert de la Santé publique. La municipalité avait choisi la date du 25 juin pour la reprise des opérations de prêt sans contact. Depuis le 3 juillet, les rayons des bibliothèques sont, à nouveau, accessibles au public. 

37 000 livres à récupérer

Au moment de l’annonce du gouvernement qui autorisait uniquement la reprise du service de prêt dans les bibliothèques de la province, 37 000 livres en circulation étaient à récupérer par les dix bibliothèques du territoire lévisien.

«C’était une grosse source de préoccupation pour nous, explique René Tremblay. Comment allait-on récupérer ces livres? Où étaient-ils? Dans quelle bibliothèque allaient-ils revenir? Et, quelles allaient être les mesures de quarantaines?»

Le temps de régler cette question, la Ville a décidé de n’ouvrir ses comptoirs que le 25 juin pour le prêt sans contact. «Il y avait deux raisons : il fallait que les gens aient le temps de porter leurs emprunts dans les chutes à livre sur l’ensemble du territoire et qu’on les mette en quarantaine.»

Autre défi pour les bibliothèques, 17 000 personnes avaient réservé des livres. «Imaginez que vous avez réservé Le secret depuis mars. Votre bibliothèque d’attache est Pierre-Georges-Roy, mais votre livre est à Saint-Étienne. Alors, il fallait s’assurer de récupérer le livre dans la chute à livre où il était, le mettre en quarantaine et le porter à Pierre-George-Roy. Cette opération devait être complétée avant de rouvrir», ajoute-il.

Alors que seules trois bibliothèques sont ouvertes, Pierre-Georges-Roy, Francine-McKenzie et Anne-Marie-Filteau, les autres resteront fermées jusqu’à nouvel ordre, malgré l’impatience des lecteurs. En juillet, 40 760 volumes ont été prêtés contre 88 411 en juillet 2019, soit 46 % des prêts de l’an passé.

«À l’époque où on a pris cette décision, on a dit : tout d’abord, c’est la période estivale, deuxièmement, les gens sont extrêmement défensifs sur la consommation des services. Des centaines de personnes ont annulé leur inscription aux camps de jour, parce qu’ils n’étaient plus à l’aise d’y envoyer les enfants. Nos piscines sur réservation connaissent un succès mitigé, parce que les gens ont des réserves. Il y a encore beaucoup de craintes. On pensait que les trois bibliothèques ressources allaient faire le travail et satisfaire les membres.»

694 requêtes au service à la clientèle

«On a reçu entre le 16 mars et hier (le 6 août), 694 requêtes pour les bibliothèques. 90 % demandent : ‘‘Ma bibliothèque ouvre quand?’’», indique le directeur de la vie communautaire. L’an passé, sur la même période, le service à la clientèle de la Ville de Lévis avait reçu 79 requêtes en lien avec les bibliothèques.

«694, ça nous parle. C’est sûr que les gens veulent savoir ce qui va arriver avec leur bibliothèque», reconnaît René Tremblay, qui précise que le mécontentement est pris «très au sérieux». Ainsi, les données compilées des messages reçus par le service à la clientèle de la Ville seront transmis aux élus, afin qu’une réponse puisse être donnée aux usagers après la fête du Travail sur la date de réouverture et les bibliothèques concernées.

Toutefois, deux d’entre elles, la bibliothèque Saint-David et la bibliothèque Jean-Gosselin, ne rouvriront pas leurs portes avant la fin octobre voire novembre. «Pour respecter les mesures d’hygiène, notre service de police s’est installé dans deux centres communautaires où il y a deux bibliothèques. Elles ne pourront pas rouvrir tant que la police va être là», justifie-t-il. 

De la même façon, le Centre Raymond-Blais restera fermé cet automne. «On a communiqué avec chaque organisme pour essayer de trouver un lieu de remplacement et on est même ouverts à payer dans le privé, au Centre de congrès ou à l’Hôtel L’Oiselière. On veut maintenir les liens de partenariat avec les organismes communautaires.» 

Les plus lus

Incendie majeur à la Davie

Avec l'aide des sapeurs du chantier maritime, plusieurs équipes du Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) sont actuellement déployées au Chantier Davie, à Lauzon, afin de combattre un important brasier qui s'est déclaré ce matin dans l'un des entrepôts de l'entreprise.

De nouveaux locaux à la hauteur de la demande

L’inauguration des nouvelles installations du comptoir alimentaire le Grenier, situé au sous-sol de l’église Christ-Roi, a eu lieu en présence du président du conseil d’administration de l’organisation, Yvon Gosselin, des coprésidents d’honneur de la campagne de financement, René Bégin, président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis, et Gilles Lehouilier, maire sortant de L...

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention urgente.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Nouveau défi sportif pour la Fondation Ancrage Jeunesse

La Fondation Ancrage Jeunesse a joint ses forces avec la Fondation Jeunesse du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu'avec le Gym Facteur 23 afin de créer un événement sportif à Lévis. L’activité a pour but d’amasser des fonds pour aider et soutenir les jeunes qui sont suivis par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Le Défi Facteur...

L’homme disparu dans les eaux du fleuve a été retrouvé

Le Lévisien disparu dans les eaux du fleuve Saint-Laurent après que son embarcation eu chaviré a été retrouvé samedi en après-midi.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

Un nouveau service pour les aînés offert par les Lions

Le Club Lions Saint-Étienne/Saint-Nicolas/Saint-Rédempteur a inauguré son tout nouveau vélo-calèche, le 23 septembre dernier. Ce nouveau moyen de transport permettra d’offrir des balades à vélo aux résidents de résidences pour aînés du territoire couvert par le club.

Soins de santé dans la région : une situation alarmante

Avec un système de la santé déjà fatigué avant même la pandémie de COVID-19, le syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches craint arriver à un point de non-retour dans le prochain mois. Selon l’organisation syndicale, les hôpitaux de Lévis, Montmagny, Saint-Georges et Thetford Mines pourraient se retrouver en bris de service après le 15 octobre prochain, date où le personnel soig...

Un périple cycliste et généreux couronné de succès

C’est du 23 août au 1er septembre que les Lévisiens Ghyslain Bergeron, Richard Carrier, Jean-Yves Goineau et Yvan Laurin ont réalisé le Défi Vélo Gaspésie au profit de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL). Leur randonnée cycliste de 600 kilomètres entre Kamouraska et Percé a finalement permis de récolter plus de 15 000 $ pour l’organisme lévisien.