Léo Giroux veut explorer le monde artistique et peut-être faire de la chanson un métier.� CRÉDIT : MÉLINDA NADEAU PHOTOGRAPHE

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Tout a commencé en 2018, lorsque Léo Giroux participe au Petit festival de la chanson de Granby, où il se rend jusqu’en demi-finale. L’une des juges du concours, Andréanne A. Malette, le choisit pour participer à Jamais trop tôt l’année suivante. «J’étais son coup de cœur», se souvient le jeune chanteur.

Du haut de ses 14 ans, le Lévisien est le plus jeune participant à l’édition 2019. «C’est là que mon aventure a commencé avec Jamais trop tôt. J’ai vraiment aimé ça, alors j’ai reparticipé encore cette année, en 2020.»

Ce projet invite les jeunes de 14 à 17 ans à écrire des textes de chanson francophone. Vingt-quatre textes sont ensuite sélectionnés à travers le Canada et sont mis en musique par des artistes franco-canadiens, comme Karim Ouellet, Caroline Savoie, King Melrose, Sara Dufour et Mehdi Cayenne qui ont déjà composé sur des textes écrits dans le cadre de Jamais trop tôt.

«Après nous avoir choisis aux auditions la coach vocale et la directrice artistique, nous attribue une chanson», raconte Léo Giroux qui se souvient avoir été quelque peu dérouté lors de sa première participation en entendant la chanson.

Sortir de sa zone de confort

«Ce n’était pas mon style. Mais quand je suis allé au camp en août, la chanson est devenue différente et ça m’a sorti de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ça», partage celui qui s’est approprié la musique et le texte. Cette année encore, la nouvelle chanson a représenté un défi pour le jeune interprète qui a de nouveau beaucoup appris.

«Sur scène, tu peux être quelqu’un de différent. Tu peux être qui tu veux, confie-t-il. Mon style, c’est plutôt pop et ballade, les chansons à voix. Ma première chanson, Le Goût de la liberté était rythmée. J’avais un personnage et une chorégraphie. J’ai fait des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Cette année, Boom Boom Boomers m’a aussi fait explorer un autre style.»

Le texte s’adresse à la génération des boomers. «Ça dit, laissez-nous vivre. C’est nous la relève et vous autres avez eu votre temps. C’est à notre génération de prendre sa place. Certains pensent qu’on ne travaille pas fort, mais on travaille fort», explique Léo Giroux qui a l’impression que les boomers ne croient pas vraiment en les capacités de sa génération.

«Il y a beaucoup de jeunes qui sont préoccupés par la planète, par exemple. On a une belle génération de travaillants. Je ne comprends pas pourquoi les boomers chialent sur nous. Cette chanson, c’est un cri du cœur pour notre génération.»

Vivre de sa passion

«Aujourd’hui, on a la chance de faire ce qu’on aime et on peut vivre de notre passion», croit-il. Son amour de la musique lui vient de ses parents, qui sont à la barre de la troupe musicale la Gang des macadams. «J’ai grandi là-dedans. Dans les spectacles, il y avait une trentaine à une quarantaine de membres avec des enfants, dont je faisais partie. J’ai fait plusieurs spectacles avec eux.»

Sur scène, il découvre sa passion pour la musique et la chanson. «Quand j’étais petit, je criais dans la maison et puis, à un moment donné, je me suis mis à chanter. J’ai pris des cours de chant.»

Depuis, le chanteur ne s’est jamais arrêté et espère poursuivre son rêve. Si chanter pourrait devenir un métier, il s’intéresse aussi aux coulisses de la scène. «J’ai participé à La Voix junior 2 et j’ai vu comment ça se passait. Le monde artistique, ça m’intéresse et j’ai envie de l’explorer, car c’est très large.»

Puisque Jamais trop tôt est ouvert aux jeunes jusqu’à leurs 17 ans, Léo Giroux, qui n’a que 15 ans, compte encore retenter sa chance l’an prochain. «C’est un beau projet dans lequel on a la chance de faire un enregistrement professionnel.» L’album, qui réunit les 24 pièces, est disponible en ligne sur les plateformes musicales. 

Les plus lus

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Décès de Monique Labrecque : la coroner recommande une meilleure couverture ambulancière à Lévis

Le Bureau du coroner a déposé, le 22 juin dernier, le rapport de Me Geneviève Thériault concernant le décès de la Lévisienne Monique Labrecque, dans la soirée du 24 mai 2020. Dans son rapport, la coroner recommande au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu’au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) «de compléter promptement l’évaluat...

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.

De Lévis à Vancouver en vélo tandem

Destination commune, c’est le projet de deux amoureux de vélo qui se sont lancé le défi de traverser le Canada. Tout au long de leur périple, Ella Sargent et Rémi Proteau animeront des activités pour promouvoir la pratique cycliste. L’équipage s’est lancé dans l’aventure le 30 mai dernier.

Un Lévisien rencontre ses héros

Une rencontre entre un citoyen lévisien, victime d’un incendie, et les pompiers qui lui ont sauvé la vie, a eu lieu ce matin à la caserne 1 sur le boulevard Guillaume-Couture. Une vague de témoignages émouvants a été partagée par les personnes impliquées lors de cette réunion qui a pris la forme d’un point de presse.

Invitation à la nostalgie au quai Paquet

C’est vendredi prochain que la série d’activités présentée cet été au quai Paquet sera lancée avec un spectacle d’ouverture. Avec la contribution de plusieurs artistes locaux ou originaires de Lévis, les organisateurs de l’événement offriront aux spectateurs un voyage pour revivre les moments marquants de la scène culturelle lévisienne des 10 dernières années.