La salle d’entraînement de l’École de patinage EDISA offre des harnais de type bungee sur rails, des appareils rotatifs motorisés avec harnais et des autoharnais. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

C’est le 28 juin dernier que l’École de patinage EDISA a ouvert ses portes entre les murs du Centre Bruno-Verret à Saint-Étienne-de-Lauzon. Sous la direction d’Isabelle Lelièvre, ancienne patineuse artistique et entraîneuse de niveau national, l’école offre une salle d’équipements spécialisés pour parfaire l’entraînement des patineuses artistiques. Notons que cette salle est seulement la troisième du genre dans l’Est du Canada.

«L’idée à la base, c’est qu’on a beaucoup d’athlètes de talent dans la région qui finissent par partir à Montréal parce qu’ils n’avaient pas la structure et l’encadrement. On s’est demandé pourquoi et on croit qu’avec les services qu’on a développés, on pourra les faire grandir ici», souligne d’emblée la directrice générale de l’École de patinage EDISA.

Les activités de la nouvelle école ont débuté l’été dernier. L’organisation a préparé des ateliers et des entraînements pour les patineuses de la région intéressées à renouer avec le patinage artistique après le sevrage imposé par la pandémie.

«La participation au camp d’été a été au-delà des attentes. On ne savait pas si les gens allaient être ouverts à ce nouveau concept. Finalement, on a plus que doublé ce à quoi on s’attendait avec un peu plus de 90 inscriptions», expose Mélanie Tremblay, vice-présidente bénévole du conseil d’administration de l’école.

«On a pensé innover pour que ce soit agréable. On a connu un creux avec la pandémie. Avec le camp de cet été, on voulait surtout redonner le goût du patin aux enfants et les voir avec un sourire dans le visage», ajoute Mme Lelièvre.

De précieux équipements

Dédiée principalement aux étudiants-athlètes des écoles Saint-Joseph, Pointe-Lévy, La Clé-du-Boisé et différents cégeps de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, l’école EDISA a acquis des équipements spécialisés pour permettre à leurs patineuses de se développer sécuritairement.

«On voulait que les enfants commencent à s’entraîner tôt et éviter les blessures grâce aux appareils comme c’est un sport à développement hâtif. On se rendait compte aussi qu’on a de bonnes patineuses dans la région, mais qu’elles quittent tôt pour avoir accès à des équipements plus technologiques», expose Isabelle Lelièvre et Mélanie Tremblay.

La salle d’entraînement offre des harnais de type bungee sur rails, des appareils rotatifs motorisés avec harnais, des autoharnais et bientôt, des vélos stationnaires y seront ajoutés.

«Les appareils permettent, oui, l’acquisition de nouveaux éléments, mais ils servent dans le contexte de réhabilitation de blessures. Ça leur permet de continuer de travailler les sauts et s’entraîner pour que le retour sur la glace soit plus facile et éviter les blessures futures», précise la vice-présidente.

Notons que l’acquisition de ces équipements a représenté un investissement de près de 13 000 $. Ajoutons à cela que l’école bénéficie également des différentes glaces et des installations du Centre Bruno-Verret.

Une nouvelle philosophie à inculquer

En plus de ces nouvelles installations, une équipe d’entraîneurs ainsi qu’une équipe intégrée, comprenant préparateurs physiques, consultant en psychologie du sport, professeur de danse, médecin sportif et physiothérapeute, s’harmonisent afin de soutenir l’athlète dans toutes les facettes du sport.

«En offrant un service avec une équipe d’entraîneurs et d’intervenants, tout le monde prend sa place dans la pyramide qui supporte l’athlète. Comme ça, l’athlète n’est pas aux prises avec de la bisbille ou des incompréhensions et peut simplement se développer vers le haut», partage la directrice générale de l’École de patinage EDISA.

L’intention première de l’organisation est de revoir la façon dont le sport est pratiqué dans la région et le propulser vers les sommets, soutiennent les représentantes de l’école. Ainsi, les étudiants-athlètes peuvent poursuivre leurs activités avec le club dans lequel ils sont affiliés et y ajouter les services de l’école EDISA afin de se concentrer seulement sur leur développement.

«La philosophie derrière tout ça est intéressante. De voir que les entraîneurs et les intervenants ont un lien sans que le parent ait à faire le messager, c’est un encadrement beaucoup plus simple sur tous les aspects. Ça va jusqu’à la préparation mentale pour les athlètes, ça a beaucoup de poids», mentionne Mme Tremblay.

Pour le moment, près d’une vingtaine d’étudiants-athlètes sont inscrits aux activités de l’École de patinage EDISA et sa directrice générale reçoit des demandes de l’extérieur de la région afin d’emprunter ses équipements, un service qu’elle développera au fil du temps.

Pour plus d’information, consultez le www.ecoleedisa.com.

Les plus lus

Une fermeture difficile à avaler

Les propriétaires de restaurants et de cinémas du coin sont unanimes, la nouvelle fermeture des salles à manger et de cinéma qui est en vigueur depuis le 31 décembre est un coup très dur pour les ressources financières, humaines et matérielles de leurs entreprises.

Une fermeture qui déplaît

Certains citoyens sont mécontents de la décision de la Ville de Lévis de fermer certains sentiers du parc des Chutes-de-la-Chaudière lors de la saison hivernale.

Carambolage sur l'autoroute 20

L'autoroute 20 Ouest a été fermée pendant une bonne partie de la journée du 19 janvier, à partir de la route Lallemand (Lauzon) jusqu'au chemin du Sault à Saint-Romuald, à la suite d'une série de collisions survenues vers 11h impliquant plusieurs véhicules entre le chemin des Îles et un peu après l'avenue Taniata.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’annonce...

Legault donne un «grand coup» pour freiner la quatrième vague

En compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 30 décembre, la mise en place d’une nouvelle série de mesures restrictives afin de freiner la propagation du coronavirus dans la province. Dès demain, les Québécois devront, entre autres, de nouveau vivre avec un couvre-...

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.

Québec présente son plan de match pour le retour des élèves en présence

En compagnie du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a présenté, le 5 janvier, les mesures qui seront en vigueur pour permettre le retour des élèves en classe. Pour le moment, Québec vise toujours une rentrée présentielle pour le lundi 17 janvier.

Revue 2021 - Rétrospective de juin

Alors que le Vieux Bureau de Poste offrait deux comédies aux citoyens, Valérie Garneau recevait la médaille de citoyenneté d’honneur de Lévis. Sans oublier, en juin, les nouveautés dans la revitalisation de Charny, le nouvel Appart Anticafé et l’inauguration des Frigos partagés.

Les hôpitaux de la région débordés par la COVID-19

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpit...