Photo : Gilles Boutin - Archives

En compagnie d’autres membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), les syndiqués de la SQDC affiliés à cette centrale syndicale, en grève depuis le 29 mai dernier, ont manifesté le 24 août devant le bureau montréalais du premier ministre sortant du Québec, François Legault. le processus de conciliation est toujours en cours et que la SQDC est disponible pour poursuivre les négociations avec les représentants du SCFP.   De son côté, la SQDC déploie des efforts pour maintenir le service à la clientèle dans l'ensemble de ses 90 succursales, incluant celles visées par la grève, qui demeurent ouvertes, mais selon des horaires réduits. Il est important pour la SQDC de continuer d'exercer sa mission. Certaines de ces succursales sont fermées plusieurs jours consécutifs pour permettre aux gestionnaires qui les opèrent de prendre un peu de répit. Les informations sur les horaires allégés sont disponibles sur SQDC.ca.  

À cette occasion, les représentants syndicaux ont déploré la «contradiction dans le discours du premier ministre». Alors qu’il prône la création de la richesse par des emplois de qualité, la SQDC n’offrirait que «des conditions de travail dignes d’une autre époque» aux membres du SCFP qui sont en grève, dont ceux de la succursale du quartier Lévis. Le SCFP soutient que ces employés gagnent, à l’embauche, «seulement 17$ de l’heure» et que plus de 60% de ces travailleurs «sont surnuméraires et ne jouissent que peu d’avantages sociaux».

«Avec un revenu imprévisible bien en deçà du salaire moyen, des horaires instables, l'impossibilité de participer au programme d'assurance, etc. Ce n'est pas ce que j'appelle un emploi qui permet de créer de la richesse!», a affirmé David Clément, le président du syndicat des employés de la SQDC affilié au SCFP.

Comme la SQDC «est une entreprise rentable et en croissance qui a engrangé un bénéfice net de plus de 66 M$au dernier exercice», les grévistes ont partagé une nouvelle fois leur désir d’obtenir des conditions de travail «à la hauteur de l'importance de leur travail, soit d'informer et d'éduquer les consommateurs sur les moyens de minimiser les impacts du cannabis sur leur santé».

De son côté, la SQDC a assuré que  le processus de conciliation est toujours en cours et qu'elle «est disponible pour poursuivre les négociations avec les représentants du SCFP». 

«La SQDC déploie des efforts pour maintenir le service à la clientèle dans l'ensemble de ses 90 succursales, incluant celles visées par la grève, qui demeurent ouvertes, mais selon des horaires réduits. Il est important pour la SQDC de continuer d'exercer sa mission. Certaines de ces succursales sont fermées plusieurs jours consécutifs pour permettre aux gestionnaires qui les opèrent de prendre un peu de répit. Les informations sur les horaires allégés sont disponibles sur SQDC.ca», a conclu Fabrice Giguère, porte-parole de la SQDC.

Les plus lus

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Équilibre dans l’occupation commerciale à Lévis

Selon la plus récente étude provinciale à ce sujet de la firme Côté Mercier Service de données, l’inoccupation et la vacance au niveau des commerces sur rue s’est de nouveau améliorée sur les artères commerciales lévisiennes étudiées cette année.

Chèques contre l'inflation : Revenu Québec amorcera sous peu les premiers versements

Revenu Québec a fait savoir, le 25 novembre, qu'il amorcera d'ici le début de décembre la distribution des montants ponctuels versés par le gouvernement provincial pour «aider les Québécois à faire face à un taux d'inflation plus élevé que prévu».

Changement de garde chez O’Ravito

Fondatrice d’O’Ravito Café & Terroir d’Ici, Odette Boulay a récemment cédé les rênes de son établissement de Saint-Romuald à sa fille, la cheffe Ann-Rika Martin (sur la photo).

Un nouvel OBNL lancé dans la région pour récupérer les textiles

Ancienne directrice générale de la Ressourcerie de Lévis, Magali Lopez a décidé, cet automne, de se lancer dans une nouvelle aventure pour diminuer le taux de déchets ultimes : TextiVert. Grâce à cet organisme à but non lucratif (OBNL) basé à Saint-Henri, elle propose une nouvelle option pour récupérer les textiles et les revaloriser.

Bobissik s’installera dans le secteur de la Traverse

Le premier projet d’incubateur entrepreneurial de Mon quartier de Lévis, la Boutique du QUARTIER, prenait fin le 31 octobre dernier. L’une des entreprises qui y prenaient part, l’atelier de vélo Bobissik, retourne à la table à dessin avec l’objectif d’ouvrir les portes d’un local situé dans le secteur de la Traverse en mai prochain.

La boutique du QUARTIER à Saint-Romuald

Mon Quartier de Lévis a procédé, le 9 novembre dernier à l’ouverture officielle de sa deuxième boutique du QUARTIER dans le secteur Saint-Romuald. L’établissement qui sert d’incubateur entrepreneurial se situe au 267, rue Saint-Robert, voisin de la boulangerie Croissant de Lune.

Une nouvelle salle d’escalade à Lévis

Disposant déjà de quatre centres à Québec, Délire Escalade poursuit sa croissance du côté de la Rive-Sud. L’entreprise ouvrira au printemps prochain une salle d’escalade de bloc dans le quartier Lévis, dans les locaux occupés auparavant par le magasin Meubles RD.

La clinique médicale privée Algomed Solutions s’installera à Saint-Romuald

La clinique médicale privée menée par des infirmières et infirmières praticiennes, Algomed Solutions, aura une première adresse dans la région d’ici le début du mois de décembre prochain.

La pénurie de main-d’œuvre fait souffrir le secteur manufacturier

Les résultats du sondage annuel mené par Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) afin de documenter l’état de la pénurie de main-d’œuvre et ses conséquences dans le secteur manufacturier de la province ont été révélés, le 16 novembre dernier. Ce sont plus de 2,3 G$ qui n’ont pas été empochés par les entreprises manufacturières de la Chaudière-Appalaches dans la dernière année en raison de l...