La propriétaire Claire Nolet estime avoir perdu entre 250 000 $ et 500 000 $ de revenus. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Dans l’obligation de fermer ses portes en raison de la pandémie depuis le 15 mars, Claire Nolet, propriétaire de l’établissement, attend impatiemment que le gouvernement du Québec la laisse ouvrir son salon de quilles.

Depuis cette fermeture temporaire, Mme Nolet a dû envoyer au chômage ses 23 employés, annuler une foule de tournois de quilles ainsi que la saison en cours de plusieurs ligues. Notons également que le Boule-O-Drome était dans sa saison haute étant donnée la fin de la saison de quilles.

Par mois, l’entreprise lévisienne essuie des pertes malgré qu’elle ne peut pas accueillir de clients. «On parle de 25 000 $ par mois en frais fixes et des pertes de 25 000 $ à 30 000 $ au niveau nourriture qu’on a donnée à des employés et des gens dans le besoin pour éviter de gaspiller. En chiffres d’affaires, on parle de pertes de 250 000 $ à 500 000 $ de revenus», met en lumière Claire Nolet, qui croit que le salon de quilles en aura pour cinq à sept ans avant de reprendre «son erre d’aller».

À ses yeux, les établissements qui doivent rester fermés aussi longtemps comme le sien n’ont pas reçu des aides assez grandes du gouvernement pour surmonter ce défi colossal et elle juge qu’ils sont les grands oubliés de la crise. «Les paliers gouvernementaux ont mis sur pause plusieurs paiements pour venir en aide, c’est bien beau, mais quand ça va revenir, il va falloir être en mesure d’y faire face», explique-t-elle.

Elle qui avait investi la somme de 500 000 $ afin de changer ses équipements informatiques à l’été 2019 voguait sur une hausse d’achalandage et croyait terminer l’année avec une hausse de revenus. «Ça me déçoit aussi parce qu’on avait une saison extraordinaire, on espérait une augmentation des revenus de 10 à 15 % et on l’aurait atteint, mais là on est tombé en bas de notre chaise!»

Dans l’attente d’une ouverture

Pour le moment, l’entrepreneure lévisienne se dit prête à la réouverture de son commerce malgré qu’aucune annonce n’ait été faite. «On est capable de respecter les règles sanitaires, on est prêt à rouvrir et appliquer ces mesures», souligne-t-elle.

De plus, les propriétaires de salons de quilles de la province se sont réunis afin de faire face à la situation et ont créé un protocole de relance qu’ils ont envoyé au gouvernement provincial dans les dernières semaines, mentionne Mme Nolet. Ce dernier comporte toutes les mesures de distanciation physique et sanitaires recommandées par la Santé publique.

«Je pense aussi que le gouvernement devrait faire plus confiance aux gens. On les connaît les mesures, ça fait 12 semaines qu’on en entend parler. Je pense que les gens sont capables de prendre les bonnes décisions et poser les bons gestes pour se protéger», déplore la propriétaire du Boule-O-Drome.

«C’est exigeant pour un entrepreneur, on doit soutenir nos employés dans le besoin, faire face à nos responsabilités financières et au travers de tout ça, il faut garder le moral, ajoute Claire Nolet qui vit le plus grand défi de sa carrière d’entrepreneure. L’inquiétude qu’on a aussi c’est comment ça va se passer au mois d’août. Lorsqu’on va ouvrir, comment les clients vont se comporter? Est-ce qu’ils vont vouloir venir jouer aux quilles? Est-ce qu’ils vont être inquiets? C’est vraiment beaucoup d’incertitude. […] En ce moment, on se sent oublié et on est déçu.»

Les plus lus

Le Pacini de Lévis définitivement fermé?

Un autre restaurant lévisien sera vraisemblablement une nouvelle victime de la COVID-19. Selon un article de La Presse, le restaurant Pacini de Lévis n'ouvrira plus ses portes.

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Une place éphémère à la tête des ponts tout l’été

À l’aube de la construction du nouveau quartier à la tête des ponts, l’Escale Cocité́ a été installée par le promoteur immobilier. À l’image d’une plage, le lieu se veut un espace de détente, où il sera aussi possible de se restaurer.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Mantra Pharma choisit l’Innoparc

Mantra Pharma a annoncé, le 16 juillet, qu’elle implantatera son nouveau centre de distribution jumelé à son bureau régional dans l’Innoparc de Lévis.

350 000 $ pour le développement de deux entreprises de Lévis

Deux entreprises de Lévis, Technologie Genset-Synchro et Boivin Évolution, ont reçu une aide de Développement économique Canada (DEC), a annoncé la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, ce 23 juillet.

Le Bistro les 3 frères ouvre sur le site du Golf Stastny

Depuis le 10 juillet dernier, le Bistro les 3 frères a ouvert ses portes sur le site du Golf Stastny à Saint-Nicolas. Eric Nittolo et Steve Blouin sont les deux associés du projet et ont joint à leur équipe le promoteur Samuel Gourde qui s’occupera du volet événementiel.

Grands Prix du tourisme : deux entreprises de Lévis distinguées

Le 16 juillet en matinée, Tourisme Chaudière-Appalaches a dévoilé le nom des 19 lauréats de la 35e édition des Grands Prix du tourisme de la Chaudière-Appalaches. Lors de l’événement tenu sur le Web en raison de la pandémie, deux entreprises lévisiennes ont ravi des honneurs.

Procédé de récupération unique au Canada chez Fibres Breakey

Fibres Breakey est une entreprise du secteur Breakeyville à Lévis qui se spécialise dans la récupération de fibres de papier. Depuis avril, la filiale lévisienne de Fibres Sustana a mis au point de nouveaux procédés afin de recycler la fibre des contenants multicouches de lait et de jus recyclables, une première pancanadienne.

Desjardins investit 60,5 M$ pour acquérir DuProprio

Le Mouvement Desjardins a annoncé l’achat de la société canadienne de portefeuille de l’entreprise britannique Purplebricks qui comprend l’entreprise d’origine lévisienne DuProprio ainsi que l’entreprise installée au Canada anglais Purplebricks Canada, le 15 juillet.