Depuis le 15 juin, les restaurateurs ont rouvert leur salle à manger. CRÉDIT : PAGE FACEBOOK L'INTIMISTE

Privés de leur salle à manger depuis la mi-mars en raison de la COVID-19, les restaurateurs ont dû faire des pieds et des mains pour maintenir leur commerce en vie. Depuis le 15 juin, les restaurants ont obtenu le feu vert de la Santé publique, tout en respectant les règles établies entourant la situation de pandémie, afin d’accueillir de nouveau leur clientèle dans leur salle à manger.

«L’expérience client est le nerf de la guerre, chez nous l’ambiance, la qualité du service et la bouffe, c’est hyper important, l’un ne va pas sans l’autre», lance d’emblée Claudine Hasty, propriétaire du Grain de folie faim bistro, qui a pris la décision de repousser son ouverture à la mi-juillet. 

«Les gens veulent venir jaser, venir voir en salle, sortir de la maison, on vend une expérience», d’ajouter Martin Patry, propriétaire de L’intimiste.

Bien qu’il n’est pas facile pour les restaurateurs de se plier à toutes ces exigences de la Santé publique, ces derniers font des sacrifices afin de pouvoir réengager leurs employés et accueillir les clients. 

Michael Harvey, propriétaire du Resto-Pub 2000, a dû réduire la capacité de sa salle à manger à «environ 55 %» tandis que Martin Patry l’a réduite de moitié. «Quand on pourra réduire la distanciation à un mètre, je vais perdre à peu près deux tables seulement. Ça va faire une grosse différence», explique le propriétaire de L’intimiste.

Des clients au rendez-vous

Du côté du Resto-Pub 2000, les clients ne se sont pas rués vers la salle à manger du restaurant dès la première journée. «À l’ouverture de la salle à manger au début de la semaine, on a eu l’impression que les gens étaient encore un peu frileux. Ça nous permet de nous remettre dans le bain tranquillement», lui qui souligne que les premiers à s’être présentés sont ses clients réguliers. 

La veille de son ouverture prévue le 17 juin, L’intimiste comptait déjà une trentaine de réservations. «On n’a aucune idée si les gens vont rester au rendez-vous. Est-ce que c’est parce que c’est la première semaine qu’on a autant de réservations ou ça va durer comme ça un bout? On ne sait pas», se questionne M. Patry.

Les trois restaurateurs s’entendent qu’avoir à mettre à pied temporairement leurs employés a été un défi de taille pour eux. Pour le moment, L’intimiste a réengagé cinq de sa vingtaine d’employés et le Resto-Pub 2000, une trentaine sur une quarantaine. 

Revoir le monde de la restauration

Bien que la livraison et le prêt-à-emporter étaient des formules bien connues pour le Resto-Pub 2000, L’intimiste et le Grain de folie se sont adaptés à la situation et ont modifié leur offre de services à cette nouvelle réalité. 

«On en faisait déjà du takeout avant, mais de façon minime, ce n’était pas publicisé. Je crois que ça va continuer de fonctionner, parce que plusieurs ne sont pas encore prêts à revenir sur place», souligne Martin Patry. «La COVID va nous avoir permis d’accélérer ce projet (de prêt-à-emporter) qu’on avait prévu réaliser au cours des cinq prochaines années», rapporte Claudine Hasty.

Malgré que le Resto-Pub 2000 et L’intimiste se sont rapidement préparés pour une réouverture, le Grain de folie a choisi d’y aller à son rythme. 

«Ce qu’on a trouvé comme solution, c’est de prendre notre temps pour se faire une salle à manger disposée de façon plus chaleureuse […] Quand les gens viennent au Grain, c’est pour se poser au paradis quelques heures! On veut qu’il ait une paix d’esprit malgré les mesures, soutient la propriétaire. On a décidé de se poser et il faut prendre le temps, parce qu’on construit le monde de la restauration de demain.»

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

Honco obtient un important contrat à Saguenay

L’entreprise lévisienne Honco a officiellement été mandatée par la Ville de Saguenay pour construire le Stade de soccer de Saguenay. Le projet, qui s’amorcera en mai, nécessitera des investissements de 23,5 M$.

Derrière le succès de Parikart, 15 ans d’adaptation

Ce sont 15 années de passion et de défis qu’ont partagé Hélène Paré, copropriétaire et présidente de Parikart, et Jean-Sébastien Paré, directeur marketing de l’entreprise, devant le milieu d’affaires lévisien lors d’une conférence de la Chambre de commerce de Lévis, le 14 avril.

Les Loges Saint-Nicolas terminent la phase 4 et entament la 5e

Dès septembre prochain, Immostar, l’entreprise derrière le projet de construction de condos locatifs Loges Saint-Nicolas, complètera la phase 4 de son projet prévu en huit étapes et livrera le 550 qui contiendra 76 condos locatifs haut de gamme. Également, la conclusion de la phase 5 est prévue pour juillet 2022 et offrira sensiblement la même quantité d’unités locatives.

Penser différemment afin de réussir

Invité de la Chambre de commerce de Lévis (CCL) le 23 mars dernier, le vice-président exécutif et fondateur de Trudel Alliance, Jonathan Trudel, a présenté une conférence virtuelle pour présenter l’approche novatrice de son entreprise. La philosophie du groupe immobilier qu’il a mis sur pied avec son frère William misant sur l’innovation et la réinvention a permis à ce dernier de connaître une rap...

Fin du temps de sucres : une année assez moyenne

Les dernières doses de sirop d’érable de la saison ont été extraites dans la région. Malgré l’abondance de l’eau d’érable, la production du sirop s’est plus ou moins bien déroulée, selon des propriétaires d’érablières de la Chaudière-Appalaches.

Budget fédéral : des réactions partagées dans la région

La vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, déposait le budget du gouvernement fédéral 2021-2022 dans lequel on apprenait que les libéraux prévoyaient un déficit de 155 G$, le 19 avril dernier. Plusieurs acteurs économiques, communautaires et politiques de la région ont fait part de leur réaction face aux annonces et prévisions du gouvernement fédéral.

Trajectoire-emploi propose sa solution aux entrepreneurs

La pénurie de main-d’œuvre frappe la province en entier et particulièrement la Chaudière-Appalaches. Trajectoire-emploi a décidé de prendre les choses en main et d’informer les entrepreneurs qu’un bassin de main-d’œuvre potentiel les attend chez les personnes à besoins atypiques (PBA). Pour se faire, l’organisme a écrit un ouvrage démystifiant ces personnes qui souhaitent travailler, mais qui font...

La CCL veut un déconfinement graduel lié aux succès de la vaccination

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a effectué une nouvelle sortie, le 3 mai, pour demander au gouvernement provincial un plan «clair, progressif et durable vers le retour à une économie normale». Concrètement, l’organisation lévisienne aimerait qu’un calendrier de déconfinement graduel lié aux succès de la campagne de vaccination, une stratégie qui serait concertée avec le milieu des affaires, ...

Les trois Chefs ouvrent une boutique de style entrepôt

Les trois Chefs, une entreprise familiale lévisienne qui offre des repas et aliments congelés, ont ouvert, le 13 avril, une toute nouvelle boutique, à même son lieu de production de Saint-Nicolas, Les trois Chefs – L’entrepôt.