CRÉDIT : ARCHIVES

Grâce à l’obtention d’aides financières du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), le Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leurs familles a pu mettre en place de nouveaux projets pour favoriser l’intégration des immigrants. Ces derniers donneront notamment des outils aux entreprises de la région qui se tournent de plus en plus vers les travailleurs étrangers pour s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre qui les frappe.

Dans le cadre du premier projet que l’organisme lévisien a développé, le Tremplin désire effectuer un diagnostic du milieu lévisien en termes d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre immigrante, notamment les bons coups ou les aspects à travailler.

Pour ce faire, l’organisme lévisien a rencontré dans les derniers mois 126 acteurs clés en lien avec ces questions. Pour prendre le pouls des entrepreneurs et de simples citoyens, le Tremplin tiendra dans les prochaines semaines des groupes de discussion. À la suite de cette consultation, le centre pour personnes immigrantes pourra remettre ses recommandations au MIDI.

Si bien entendu le rapport n’est pas écrit, certains constats semblent déjà se dégager selon Guillaume Boivin, le directeur du Tremplin.

«Lévis est un milieu ouvert, mais il reste du travail à faire dans le milieu de la santé et de l’éducation pour développer une offre spécialisée. Il y a des efforts qui sont déjà faits, mais dans la mesure des moyens des organismes», a-t-il partagé.

Des outils pour les entreprises

 Quant au deuxième projet visant à «développer des pratiques novatrices, structurantes et pérennes», ce dernier a permis au Tremplin, en collaboration avec la Chambre de commerce de Lévis, de créer des activités au profit des entreprises afin d’attirer des travailleurs étrangers ainsi que favoriser une intégration réussie.

En plus de créer un événement d’accueil et un déjeuner-conférence visant à souligner les bons coups en ressources humaines en lien avec la main-d’œuvre immigrante ainsi qu’à favoriser le partage d’expertise, le Tremplin a mis sur pied une tournée des entreprises pour chercheurs d’emploi immigrants, qui aura lieu le 28 mars, ainsi que des activités de renforcement d’équipe.

Dans le cadre de cette activité interactive, l’organisme se rendra dans 15 entreprises pour notamment sensibiliser les travailleurs au choc culturel ou développer avec eux des solutions pour favoriser l’intégration réussie des travailleurs étrangers.

S’ajoutant à son service déjà offert aux entreprises pour le recrutement de travailleurs étrangers temporaires, ces nouveaux outils visent à répondre à des besoins bien réels des entrepreneurs.

«Depuis quelques années, je vois l’évolution des demandes. Aujourd’hui, le cri à l’aide des entreprises (en ce qui a trait à la pénurie de main-d’œuvre) sonne très fort. Les immigrants qui arrivent présentement ont un profil très qualifié, mais l’accès à un emploi dans leur domaine ne se fait pas rapidement. De créer ce maillage, nous croyons que c’est très important. D’emblée, les entrepreneurs sont ouverts et veulent recruter des travailleurs immigrants. Ils veulent le faire comme il faut, en s’assurant que l’intégration se passe bien», a expliqué Guillaume Boivin sur l’importance des nouvelles activités développées par le Tremplin.

Poursuivre les efforts

Malgré ces nouveaux projets, l’organisme lévisien n’entend pas s’arrêter là et estime que d’autres initiatives pourraient être développées pour favoriser l’intégration des immigrants dans la communauté. Si les aides gouvernementales sont au rendez-vous, le Tremplin voudrait, entre autres, améliorer ses efforts de sensibilisation.

«Nous voudrions prendre le temps de faire une étude afin de cibler les milieux où la sensibilisation serait la plus nécessaire, quel type de sensibilisation pourrait être fait et carrément se déplacer dans ces milieux pour la faire. En général, Lévis est un milieu très ouvert à l’immigration, mais il y a certains milieux où il y aurait du travail à faire pour démystifier certaines choses», a conclu M. Boivin.

Les plus lus

Coco Frutti ouvre ses portes à Lévis

C’est à Lévis que Coco Frutti a choisi d’inaugurer la 20e succursale de la jeune chaîne, le 15 juillet dernier.

Un nouveau restaurant McDonald’s à Saint-Nicolas

La route Marie-Victorin à Saint-Nicolas peut désormais se targuer d’avoir sa propre succursale de la chaîne McDonald’s, alors que le nouveau restaurant a officiellement ouvert ses portes le 23 juillet.

Le Tigre Géant débarque à Lévis

C’est dans les anciens locaux du mail des Galeries du Vieux-Fort que le premier commerce Tigre Géant à s’installer à Lévis ouvrira ses portes samedi, le 27 juillet.

Rose Noire Boutique s’installe dans le Vieux-Lévis

Ensemble depuis quatre ans, le jeune couple formé de Mathieu Guay et de Jimena Hernandez a choisi de faire de sa passion un métier, en ouvrant sa propre boutique de vêtements sur la côte du Passage.

Un atelier pour camions lourds à Bellechasse dès l’automne

L’entreprise Pro-Diesel, qui se spécialise en mécanique diesel de camions, ouvrira un tout nouvel atelier de mécanique générale et spécialisée pour camions lourds dans le parc industriel de Saint-Anselme, en septembre prochain.

Le Centre Camion Lévis inauguré

Le Centre Camion Lévis, division de Garage H-Ls. Bégin de Saint-Georges-de-Beauce, a inauguré, en juin, ses nouveaux locaux situés au 57, rue John-A.-Scott à Breakeyville, lors d’un méchoui en compagnie de clients, employés et partenaires.

Recyclage : la Société Via augmente ses tarifs

Important centre de tri situé à Lévis, la Société Via se voit forcée d’augmenter considérablement ses tarifs pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Le Chantier Davie pourrait avoir ce qu’il réclame

Le gouvernement fédéral a annoncé le renouvellement de six brise-glaces afin de remplacer la flotte vieillissante de la Garde Côtière, le 2 août. De plus, le fédéral a ouvert une ronde de qualifications afin qu’un troisième chantier maritime joigne la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), une opportunité que le Chantier Davie saisira sans faute.

Une philosophie derrière ces paniers de produits locaux

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

L’immigration, remède au manque de personnel

C’est bien connu, la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec, est une situation qui s’est généralisé au cours des dernières années dans plusieurs domaines d’activité professionnelle. Le vieillissement de la population, mélangé à la glorification de la spécialisation de l’emploi et au recul des métiers de terrain créent des problèmes d’embauche dans des commerce...