samedi 24 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Sports

Le PSL perd la finale

Les + lus

Plus de 650 personnes étaient présentes dans les gradins pour encourager l’équipe lévisienne. Photos : Gilles Boutin

29 août 2022 10:01

Le Pro Style Lettrage (PSL) de Lévis s’est incliné par la marque de 7 à 5 contre les Mustangs de Granby lors de la cinquième et dernière partie de la série finale de la Ligue nationale de hockey balle (LNHB), le 27 août dernier. Les Granbyens sont donc couronnés champions de la Coupe Legend en terres lévisiennes.

Par Manuel Cardenas

Les Mustangs ont pris une avance rapide de deux buts, marqués à 20 secondes d’intervalle, lors de la première période, grâce notamment à un avantage numérique. Les choses ne se sont pas améliorées pour les Lévisiens puisqu’en deuxième période, les visiteurs ont accentué leur avance en faisant passer le pointage à 3 à 0.

Lors de la dernière période, Carl Lauzon est venu marquer son deuxième but de la soirée pour donner un avantage de quatre buts à son équipe. Deux autres buts ont été réussis par l’équipe de Granby avant que le PSL réagisse pour la toute première fois de la soirée avec des buts de Philipe Giroux et Justin Bernier.

Cette lueur d’espoir a de nouveau été enterrée quand le joueur des Mustangs, Vincent Bernier, a déposé la balle au fond des filets pour faire passer la marque à 7 à 2 en faveur de son équipe. Lévis a fait un dernier effort pour essayer de revenir dans la partie avec des buts de Xavier Pouliot, Philipe Giroux et Cédric Paré.

Malgré cette tentative, le temps s’est écoulé et Granby a pu célébrer sa toute première conquête du championnat des séries éliminatoires dans la LNHB. Les Mustangs succèdent à Sherbrooke, la formation qui avait remporté l’an dernier la première édition de la Coupe Legend.

Une mauvaise journée

L’entraîneur-chef du PSL, Denis Minville, estime que son équipe a manqué de chance lors de cette finale.

«On est déçu par la tournure des évènements. On est sortis moins fort qu’on l’espérait au début de la partie. Ils (les Mustangs) ont pris les devants en avantage numérique et ils ont compté un autre but tout de suite après. Tout ce qu’ils faisaient ça fonctionnait et tout ce que nous faisions ça ne marchait pas. C’est comme une mauvaise journée au boulot qui arrive au mauvais moment», a déclaré M. Minville.

L’entraîneur lévisien croit aussi que l’avantage numérique a été un enjeu problématique lors des séries puisque la plupart des supériorités numériques du PSL ont été contrés par l’équipe adverse. Selon lui, c’est une des grandes raisons pour laquelle les Mustangs se sont couronnés.

Une page déjà tournée

Malgré la douloureuse défaite pour le PSL, Denis Minville affirme que le moral de son équipe reste bon, et que la première place en saison régulière n’a pas été oubliée.

«On a perdu la finale, mais je dirais qu’on reste très satisfaits de la saison, des joueurs, des bénévoles et du personnel. Finir premiers au classement général et se rendre jusqu’à la dernière partie, c’est incroyable. On a travaillé fort toute la saison et on peut juste lever notre chapeau à nos joueurs», a exprimé l’entraîneur-chef du PSL.

De plus, M. Minville et ses joueurs pensent déjà à la prochaine saison.

«Les gars sont très optimistes, on a une équipe très jeune, la majorité des joueurs est âgée entre 24 et 27 ans. Ils ont encore de bonnes années devant eux. Notre équipe est encore présente et elle a du futur. Comme cette saison, on veut garder une équipe équilibrée, donc avoir une bonne offensive et une bonne défensive l’an prochain. On a deux bons gardiens qu’on veut garder et on espère qu’ils reviendront en forme. On est une très bonne équipe et la saison prochaine, on vise encore la première place notre but ultime, c’est de remporter la coupe», a fait valoir M. Minville.

Finalement, l’entraineur-chef du PSL a tenu a remercier l’ensemble des partisans du club lévisien.

«Il y avait plus de 650 personnes pour la finale, ils nous ont supportés toute la saison et on peut juste leur dire merci à tous nos partisans. Cette année, on pense avoir créé quelque chose de gros», a conclu Denis Minville.

Les + lus