CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

À la suite de la décision de la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ), le 16 mars, les Chevaliers de Lévis et les autres organisations de la LHMAAAQ ont dû mettre fin à leurs activités d’ici la saison prochaine en raison de la situation actuelle de la COVID-19. La formation lévisienne s’arrête donc au deuxième tour des séries éliminatoires, à une victoire d’éliminer les Gaulois de Saint-Hyacinthe.

«Je suis déçu, mais surtout impuissant en voyant la situation. Je pense que le hockey passe loin dans la liste des priorités, mais c’est décevant pareil. J’aurais aimé entretenir encore un peu l’espoir. Je pense sincèrement qu’on avait une équipe pour se rendre jusqu’au bout. Je suis déçu pour les joueurs de 16 ans qui n’auront probablement plus la chance de jouer dans le circuit de la LHMAAAQ avec une équipe tissée aussi serrée qui avait un objectif commun et qui était en bonne voie de le réaliser», a d’emblée partagé Éric Bélanger, entraîneur-chef des Chevaliers, en entrevue avec le Journal.

Bélanger en était à sa première saison au sein d’une organisation de la LHMAAAQ et plusieurs défis l’attendaient puisque la campagne 2018-2019 était sans précédent. «J’arrivais dans une situation où l’équipe venait de vivre une saison de rêve avec 41 victoires, la déception d’avoir perdu en demi-finale, la pression de performer à la hauteur de l’année précédente malgré que ce n’était pas le même groupe de joueurs et j’en entendais souvent parler», a-t-il expliqué.

Le début de la saison a été difficile pour les Chevaliers alors qu’ils n’ont goûté à la victoire qu’une seule fois en six occasions. Malgré ces difficiles débuts, l’équipe s’est retroussée les manches et les victoires se sont multipliées si bien que l’équipe a fini la saison régulière avec une fiche de 30 victoires et 12 défaites au premier rang de la division La Coop fédérée, deuxième au classement général ainsi qu’une participation à la finale du Challenge midget AAA.

«J’ai toujours pensé qu’on pouvait terminer premier de notre division, malgré que la compétition était forte […] et on a réalisé cet exploit-là, a ajouté fièrement l’entraîneur-chef. Un des plus grands défis, c’était de faire croire à ces joueurs en l’équipe qu’on avait puisque certains d’entre eux venaient de vivre une saison extraordinaire.»

Des blessures difficiles à gérer

Tout au long de la saison, les Chevaliers ont dû trouver un moyen de passer par-dessus les nombreux blessés dans ses rangs, mais également devaient garder en tête le règlement de la LHMAAAQ stipulant qu’un joueur affilié ne pouvait jouer plus de dix matchs dans une saison.

«Jongler avec tout ça, c’était épouvantable. Toutes les semaines, on essayait de trouver le meilleur joueur à ramener (pour remplacer), mais d’un autre côté, il fallait avoir une boule de cristal d’un coup qu’on en aurait besoin rendu à la Coupe Telus», a déploré Bélanger qui affirme que ce règlement est trop sévère.

Éric Bélanger dans son élément

Même si cette première saison derrière le banc d’une équipe de la LHMAAAQ se termine en queue de poisson, l’entraîneur-chef de la formation lévisienne a adoré son expérience et l’esprit d’équipe qui règne au sein de l’organisation. «Ce que j’aime avec l’organisation des Chevaliers, c’est que toute l’équipe d’entraîneurs s’implique dans la prise de décision, c’est incroyable. Ça paraît sur la glace et en dehors le travail qu’on fait avec les joueurs», a-t-il exposé.

Comme il est coutume dans l’organisation des Chevaliers, le contrat de l’entraîneur-chef est d’une durée d’une année. Bien qu’aucune décision n’ait été prise entre Bélanger et l’organisation, il se verrait bien revenir pour une deuxième année. «Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve parce que ça va vite dans le monde du hockey. […] Ce serait un honneur de revenir coacher derrière le banc des Chevaliers, ça, c’est sûr», a conclu l’entraîneur-chef.

Les plus lus

C’est la fin pour le Club de golf Beaurivage

Malgré que les clubs de golf pourront amorcer leurs activités le 20 mai, la COVID-19 aura été mortelle pour l’un des sites lévisiens permettant la pratique de ce sport. Dans une lettre transmise à leurs clients que le Journal a reçue le 13 mai, les propriétaires du Club de golf Beaurivage, Bernard Blouin et Alain Blanchet, ont annoncé la fermeture définitive de l’entreprise de Saint-Étienne-de-Lau...

Le Patro part à la rencontre des Lévisiens

En raison de la crise de la COVID-19, l’équipe du Patro de Lévis a dû se tourner vers les médias sociaux afin de divertir sa clientèle qui normalement s’activait dans ses installations du quartier Lévis. Toutefois, l’organisme lévisien mettra bientôt en place une nouvelle activité, le Fun Truck Patro, pour atteindre cet objectif avec un peu plus de chaleur humaine.

L’URLS de la Chaudière-Appalaches veut que la population bouge

L’Unité régionale de loisir et de sport de la Chaudière-Appalaches (URLS-CA) invite la population régionale à bouger du 2 au 12 mai prochain dans le cadre de la Journée nationale du sport et de l’activité physique.

La pratique de certains sports de nouveau autorisée

Le gouvernement du Québec autorisera, à partir du 20 mai, la pratique de certaines activités sportives et de plein air. La ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, en a fait l’annonce le 13 mai.

Cascades supporte un joueur de tennis lévisien

Dans le cadre de la 16e édition du programme de bourses Cascades au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, le joueur de tennis lévisien Maxime St-Hilaire a reçu une bourse de 4 000 $.

Les représentants de l'industrie du hockey balle veulent des réponses

Par voie de communiqué, l’Association nord-américaine des joueurs et joueuses de hockey balle (NBHPA) et son fondateur, Alex Burrows, ont déploré le silence du gouvernement quant à la réouverture des centres de dekhockey de la province.