Marc Tanguay, député de LaFontaine, Richard Garon candidat dans Lévis, et Wafa Oueslati, la candidate libérale dans Chutes-de-la-Chaudière.� Photo : Aude Malaret

La candidature du Lévisien Richard Garon pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans Lévis a été annoncée le 15 août dernier, lors d’un rassemblement avec Marc Tanguay, député sortant de LaFontaine.

Rassemblant 35 ans de service au sein des Forces armées canadiennes et en tant que gestionnaire dans le domaine privé, Richard Garon a été au cours de sa carrière «un défenseur des valeurs du respect et de l’inclusion», a présenté le PLQ.

À titre de militaire, le candidat originaire de Lévis a participé à plusieurs actions tant à l’étranger qu’au pays, et ce, notamment en soutien à la pandémie de la COVID-19. Doctorant en science politique à l’Université Laval, il a également agi comme chargé de cours auprès de plusieurs universités.

Lors de son discours, le candidat a fustigé le parti au pouvoir. «Lorsque la Coalition avenir Québec (CAQ) avec son attitude paternaliste nous dit pour qui voter, nous impose des lois qui nous divisent et nous annoncent avec arrogance des députés qu’elle considère déjà élus, la fibre lévisienne vibre en moi.»

«À Lévis, la CAQ se moque de nos enjeux. On aurait pu croire qu’elle allait faire preuve d’humilité, écouter nos enjeux, développer une plateforme qui répond à ce que vous voulez. Mais non, la CAQ annonce déjà sa victoire et nous dit ce qui est bon pour nous.»

Richard Garon croit qu’un député, «ça doit être branché sur le vrai monde, sur vous autres, sur tous les gens de Lévis. Il devrait être à l’écoute des citoyens et représenter leurs intérêts, pas l’inverse».

Il a alors demandé «où était le député de la CAQ», sous le gouvernement Legault. «Lorsque, entre autres, il fallait adresser les enjeux de Lévis : absent. Qu’a-t-il fait pour régler le problème des ambulances à Lévis? Rien», a-t-il illustré.

Changer les choses

Pour Richard Garon, «l’enjeu des ambulances est vraiment important. Les gens me disent que ça fait plus de dix ans que ça devrait être réglé. Les gens s’en préoccupent».

Si l’ancien militaire s’est lancé en politique, c’est «pour changer les choses». Il souhaite défendre le programme du Parti libéral qui, selon lui, propose «une vision et un projet de société pour agir maintenant» et «garantir un avenir meilleur aux prochaines générations».

Le candidat dit vouloir agir contre l’inflation, pour l’environnement et la santé des citoyens. Il s’est aussi dit préoccupé par l’accès à un médecin de famille et à une place en garderie pour les parents. Favoriser le processus démocratique est au cœur de ses préoccupations et il souhaite être présent sur le terrain et rencontrer les gens.

«Je m’engage à me dévouer pour une cause qui m’interpelle, celle de redonner le pouvoir aux gens de Lévis et de servir le bien commun de la communauté», a-t-il assuré.

Quant au troisième lien, Richard Garon affirme que la question est «plus complexe que pour ou contre». Il estime qu’il faut d’abord analyser les besoins, consulter les intervenants régionaux, les automobilistes ainsi que les usagers du transport en commun avant d’établir un plan. «Là, la CAQ a proposé un plan avant d’analyser les besoins et de consulter les gens», a critiqué le candidat.

Pendant la campagne, le candidat entend observer, écouter, analyser les enjeux et ensuite les porter. «Dans les prochains jours, les prochaines semaines, je vais parcourir Lévis, je vais connaître quels sont les enjeux qui préoccupent les gens», conclut-il. 

Les plus lus

La Ville inaugure le pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin

Le projet de pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin, qui représente un investissement de 3 M$, dont 1,9 M$ octroyés par le gouvernement du Québec via le Fonds d’appui au rayonnement des régions et 1,1 M$ par la Ville de Lévis, a été inauguré, le 18 novembre dernier. Ce dernier sera ouvert à la population dès le 3 décembre prochain.

Inflation : le gouvernement provincial dévoile les détails entourant l'envoi de nouveaux chèques d'aide

Comme il s'y était engagé en campagne électorale plus tôt cet automne, le gouvernement caquiste a officiellement confirmé, le 9 novembre, que Québec enverra un nouveau montant ponctuel à la majorité des Québécois pour les aider à faire face aux effets de l'inflation. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a alors présenté les détails entourant la mesure.

Bernard Drainville et son équipe passent à l’action

Le nouveau député de Lévis ainsi que ministre de l’Éducation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, a présenté les membres de son équipe de son bureau de circonscription, le 25 novembre. Avec l’aide de ses nouveaux collaborateurs, l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) travaille déjà sur plusieurs de ses engagements de la campagne électorale.

Direction générale : Lévis recrute l’ancien PDG de la STQ

L’administration Lehouillier s’est une nouvelle fois tournée vers l’externe afin de trouver un nouveau directeur général pour la Ville de Lévis. C’est Stéphane Lafaut, le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec (STQ) sur le départ de son poste, qui a été choisi à l’unanimité par le conseil municipal pour succéder à Simon Rousseau, qui a quitté la barre de la municipalit...

«M. Bonin soulève de faux problèmes», selon le maire

Quelques heures après une conférence de presse de Serge Bonin déplorant le manque de collaboration de Lévis Force 10 (LF10) en son endroit depuis son élection il y a un an, le maire de Lévis et chef de LF10, Gilles Lehouillier, a réagi à cette sortie. «Trouvant plutôt bizarre» les critiques lancées par le seul élu de l'opposition et représentant de Repensons Lévis (RL) à l'Hôtel de Ville, le magis...

«Le réflexe démocratique un peu disparu à Lévis», selon Bonin

Un an après son élection sous les couleurs de Repensons Lévis (RL), le conseiller municipal du district Saint-Étienne et seul représentant de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Lévis, Serge Bonin, a fait une sortie, le 23 novembre, contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et son parti qui détient le pouvoir au conseil municipal, Lévis Force 10 (LF10). Affirmant que «sa patience a atteint ses ...

Un premier congrès réussi pour Repensons Lévis

Le parti politique municipal lévisien Repensons Lévis (RL) tenait son premier congrès le 19 novembre dernier au Juvénat Notre-Dame à Saint-Romuald. À cette occasion, le parti d’opposition à la table du conseil municipal lévisien recevait Maxime Pedneaud-Jobin, ancien maire de Gatineau, et Louise Harel, ancienne ministre péquiste, présidente de l’Assemblée nationale du Québec de 2002 à 2003 et chef...

Conseil en bref : un surplus anticipé de 5,7 M$

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 14 novembre dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Abolition du sifflet de train à Charny : la Ville se tourne vers la médiation

Au cours des prochains jours, la Ville de Lévis fera parvenir une demande de médiation à l’Office des transports du Canada (l’OTC), un organisme réglementaire fédéral, afin de trouver un terrain d’entente avec le Canadien National (CN).

Le conseil du 28 novembre en bref

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les autres élus municipaux de Lévis se sont réunis pour une séance ordinaire du conseil municipal, le 28 novembre dernier. Voici un résumé des sujets d’importance qui ont été abordés lors de la réunion.