CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Le parc Champigny était bien plein hier soir lorsque la tête d’affiche de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis s’est présentée sur la scène Loto-Québec. Weezer s’est organisé pour offrir une performance sans flafla à la hauteur de sa renommée.

Alors que Rivers Cuomo s’approchait du microphone pour chanter Buddy Holly en entrant sur scène, la foule lévisienne s’est enflammée et a hurlé sa joie de voir la formation californienne prendre place. S’en est suivi d’un vieux classique du groupe My Name Is Jonas, que les festivaliers se sont faits un plaisir à chanter.

Sans dire un mot encore au public, Weezer a entamé sa populaire reprise de la chanson Africa de Toto, au grand plaisir de la foule qui balançait les bras en l’air. Puis, les premières notes d’Island In The Sun ont charmé les festivaliers, au point où Cuomo a cessé de chanter pour laisser la voix du public faire le travail.

«Bonsoir, nous sommes Weezer!», a lancé le chanteur de la formation avant de reprendre la chanson des années 60, Happy Together de The Turtles. Surf Wax America, Perfect Situation et (If You’re Wondering If I Want You To) I Want You To se sont suivies à un rythme effréné. Puis, Weezer a proposé aux fans de faire avec eux un retour dans le passé avec la huitième piste de l’album Weezer (1994), mieux connu sous le nom Blue Album, In The Garage.

Le groupe a ralenti la cadence pour Feels Like Summer et Everybody Wants To Rule The World, reprise du groupe Tears for Fears, mais Beverly Hills accompagnée d’un solo de guitare déjanté et la reprise de A-ha, Take On Me, ont ravivé la flamme toujours intense des festivaliers. Les Californiens ont alors sorti leur rock lourd en interprétant Thank God For The Girls.

Le groupe n’a pas dit grand-chose au public pour laisser toute la place à leur performance et personne ne s’en ai plait. Pork And Beans, Undone – The Sweater Song et Hash Pipe ont conclu la prestation essoufflante, mais satisfaisante de la tête d’affiche du festival de Saint-Jean-Chrysostome.

Les festivaliers en voulaient plus, alors le groupe est monté de nouveau sur la scène, cette fois-ci sans instrument. Les quatre membres du groupe se sont rassemblés autour du microphone et ont chanté une version a capella de Buddy Holly, le public n’a pas raté la chance d’entonner la chanson avec eux. Le spectacle s’est conclu avec la fameuse Say It Ain’t So qui a causé l’hystérie dans la foule lévisienne.

Mission accomplie pour la plus grosse soirée du Festivent.

Cheesy et kitsch : Mort Rose

La jeune formation québécoise, Mort Rose, avait le défi d’ouvrir pour Weezer. C’est avec leur meilleur look tiré des années 90 que le groupe est entré sur scène avec ses chansons kitsch et cheesy complètement assumées.

Pas trop certain de la proposition de Mort Rose, le public a mis un certain temps avant d’entrée dans la danse. Ceux qui n’ont que le single Magazine et le EP Avoir 20 ans à leur actif, ont joué plusieurs morceaux de leur premier album qui sortirait au début de l’année prochaine.

«C’est malade, Weezer s’en vient! On est aussi stoked que vous d’être dans la foule et de regarder le show après!», a lancé Alexandre Archambault, le chanteur et guitariste de la formation. En nous promettant du grand rock francophone tout au long de leur prestation, les gars de Mort Rose ont finalement rempli leur promesse en terminant sur Mots d’amour qui a bien réchauffé le public pour ce qui s’en venait. Une finale en beauté.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

François Bellefeuille au Cégep de Lévis-Lauzon

Bardé de récompenses pour ce deuxième one-man-show intitulé Le plus fort au monde, François Bellefeuille est passé maître dans l’art de faire rire. Le 14 novembre au Cégep de Lévis-Lauzon, l’humoriste se racontera avec la folie décoiffante qui a fait sa réputation.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.

Une soirée à rire en compagnie de Neev au VBP

L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.