Luc Sirois, innovateur en chef du Québec, a rencontré des entrepreneurs et institutions de la région. Photo : Alexandre Bellemare

De passage à Lévis et en Chaudière-Appalaches dans la cadre d’une tournée provinciale, Luc Sirois, innovateur en chef du Québec, a rencontré des entrepreneurs et institutions de la région afin de réfléchir et identifier les enjeux et la réalité des entreprises de la Chaudière-Appalaches, les 12 et 13 septembre derniers.

«Ma constatation, c’est qu’ici en Chaudière-Appalaches, si certaines entreprises font moins d’innovation, ce n’est pas parce qu’elles ne veulent pas. Au contraire, elles sont plus innovantes qu’ailleurs, mais elles sont freinées par le contexte actuel», a d’emblée lancé M. Sirois.

C’est notamment en raison du manque de main-d’œuvre, qui frappe plus grandement la région que partout ailleurs au Québec, que les entreprises sont ainsi ralenties à ce niveau.

«Le défi de la main-d’œuvre est pire ici qu’ailleurs dans la province et le secteur manufacturier a besoin d’employés pour fonctionner. Et selon nos données, la pénurie de main-d’œuvre ne s’améliorera pas avant 2030. […] Ça va prendre des solutions particulières pour la région et il faut réfléchir à de nouvelles façons de faire», a constaté l’innovateur en chef du Québec qui s’inquiète que ces entreprises n’aient d’autres choix que d’aller innover à l’extérieur de la province si des solutions ne sont pas mises en place.

Selon Luc Sirois, la Chaudière-Appalaches se démarque grandement par la place de l’économie sociale dans le milieu entrepreneurial. C’est d’ailleurs cet esprit du faire ensemble qui permet à l’innovateur en chef du Québec de croire qu’une solution commune pourrait rallier les entreprises de la région.

Il indique aussi que l’industrie manufacturière dans la Chaudière-Appalaches représente un pilier du secteur de la fabrication au Québec et qu’elle est l’avenir de l’économie de la province.

Un passage important

L’innovateur en chef du Québec est mandaté par le Conseil de l’innovation du Québec afin de consulter les personnes sur le terrain et a pour rôle d’établir le lien entre le gouvernement et les entrepreneurs. Son travail consiste à conseiller les entreprises et le gouvernement, récolter des données concrètes afin de construire le portrait innovateur des différentes régions ainsi que répondre aux questions des entreprises.

Le passage de Luc Sirois lui a permis d’aller à la rencontre des institutions régionales ainsi que des entrepreneurs de la Chaudière-Appalaches.

«L’idée pour nous, c’était d’entendre et de comprendre ce que les entrepreneurs avaient à dire. Avec le fruit des discussions, on le partage aux partenaires, organisations et institutions régionaux. Le but, c’est d’avoir une connaissance et une compréhension commune des enjeux de la région et surtout où est-ce qu’on peut se projeter dans le futur», a résumé Philippe Mailloux, directeur général de Chaudière-Appalaches Économique.

Ces rencontres s’inscrivent également dans une initiative du Conseil de l’innovation du Québec, c’est-à-dire le baromètre de l’innovation.

«En se connectant avec les régions et en s’alimentant de l’information, ça nous permet de ramener des données et ça nous outille pour conseiller le gouvernement. […] Ça permet de développer le baromètre de l’innovation de la région de la Chaudière-Appalaches. C’est un tableau de bord qui va nous permettre de voir dans quelle direction il faut se diriger et mesurer l’impact de nos actions», a expliqué M. Sirois.

D’établir un lien entre les entreprises, les institutions régionales et le Conseil de l’innovation du Québec est aussi un mandat que Chaudière-Appalaches Économique s’est donné pour développer l’innovation économique régionale.

«C’est important comme région de s’inscrire dans la vision du Conseil de l’innovation, de collaborer et de s’allier avec lui. On trouve la façon également de faire échanger les entreprises et le conseil en étant un organisme de deuxième ligne, en ouvrant la discussion, l’échange et la collaboration pour tirer l’économie de la région vers le haut», a conclu M. Mailloux.

Les plus lus

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Équilibre dans l’occupation commerciale à Lévis

Selon la plus récente étude provinciale à ce sujet de la firme Côté Mercier Service de données, l’inoccupation et la vacance au niveau des commerces sur rue s’est de nouveau améliorée sur les artères commerciales lévisiennes étudiées cette année.

Chèques contre l'inflation : Revenu Québec amorcera sous peu les premiers versements

Revenu Québec a fait savoir, le 25 novembre, qu'il amorcera d'ici le début de décembre la distribution des montants ponctuels versés par le gouvernement provincial pour «aider les Québécois à faire face à un taux d'inflation plus élevé que prévu».

Changement de garde chez O’Ravito

Fondatrice d’O’Ravito Café & Terroir d’Ici, Odette Boulay a récemment cédé les rênes de son établissement de Saint-Romuald à sa fille, la cheffe Ann-Rika Martin (sur la photo).

Un nouvel OBNL lancé dans la région pour récupérer les textiles

Ancienne directrice générale de la Ressourcerie de Lévis, Magali Lopez a décidé, cet automne, de se lancer dans une nouvelle aventure pour diminuer le taux de déchets ultimes : TextiVert. Grâce à cet organisme à but non lucratif (OBNL) basé à Saint-Henri, elle propose une nouvelle option pour récupérer les textiles et les revaloriser.

Bobissik s’installera dans le secteur de la Traverse

Le premier projet d’incubateur entrepreneurial de Mon quartier de Lévis, la Boutique du QUARTIER, prenait fin le 31 octobre dernier. L’une des entreprises qui y prenaient part, l’atelier de vélo Bobissik, retourne à la table à dessin avec l’objectif d’ouvrir les portes d’un local situé dans le secteur de la Traverse en mai prochain.

Une nouvelle salle d’escalade à Lévis

Disposant déjà de quatre centres à Québec, Délire Escalade poursuit sa croissance du côté de la Rive-Sud. L’entreprise ouvrira au printemps prochain une salle d’escalade de bloc dans le quartier Lévis, dans les locaux occupés auparavant par le magasin Meubles RD.

La boutique du QUARTIER à Saint-Romuald

Mon Quartier de Lévis a procédé, le 9 novembre dernier à l’ouverture officielle de sa deuxième boutique du QUARTIER dans le secteur Saint-Romuald. L’établissement qui sert d’incubateur entrepreneurial se situe au 267, rue Saint-Robert, voisin de la boulangerie Croissant de Lune.

La clinique médicale privée Algomed Solutions s’installera à Saint-Romuald

La clinique médicale privée menée par des infirmières et infirmières praticiennes, Algomed Solutions, aura une première adresse dans la région d’ici le début du mois de décembre prochain.

La pénurie de main-d’œuvre fait souffrir le secteur manufacturier

Les résultats du sondage annuel mené par Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) afin de documenter l’état de la pénurie de main-d’œuvre et ses conséquences dans le secteur manufacturier de la province ont été révélés, le 16 novembre dernier. Ce sont plus de 2,3 G$ qui n’ont pas été empochés par les entreprises manufacturières de la Chaudière-Appalaches dans la dernière année en raison de l...