À la tête du Groupe Garneau, Marie Eve et Valérie Garneau ont du plancher sur diverses solutions afin de faire face aux défis particuliers que vivent les maisons funéraires en raison de la COVID-19. CRÉDIT : COURTOISIE

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Présentement, le principal problème que rencontre les maisons funéraires du Québec porte en tant que tel sur le rituel funéraire. En effet, en raison des directives gouvernementales, les funérailles doivent se dérouler selon des normes strictes afin d’empêcher un important rassemblement de personnes.

«On peut s’occuper de la dépouille, rencontrer les familles pour nos services-conseils, mais les familles ne peuvent pas se réunir. Au Québec, c’est ancré dans les traditions d’aller réconforter les membres de sa famille lorsqu’un décès survient, pas juste d’aller se recueillir seul devant la dépouille sans contact avec les endeuillés. […] Depuis le début de la crise, nous n’avons tenu nos premières funérailles qu’il y a deux semaines et demie», ont partagé Marie Eve Garneau, directrice aux opérations du Groupe Garneau, et Valérie Garneau, directrice aux finances de l’entreprise lévisienne.

Toutefois, les deux dirigeantes de la maison funéraire lévisienne ont rappelé que si les funérailles prennent une forme hors de l’ordinaire, des cérémonies peuvent toujours avoir lieu en respectant les consignes de la Santé publique, permettant ainsi aux familles de cheminer dans leur deuil.

Autres défis

En plus des perturbations sur le rituel funéraire, la crise a aussi provoqué des modifications quant à la thanatopraxie. Dès le début, la coroner en chef du Québec a transmis des instructions claires aux maisons funéraires, comme les corps des personnes décédés de la COVID-19 peuvent infecter les personnes qui les manipulent.

«Nous devons manipuler les dépouilles qu’au minimum. Également, nous devons privilégier la crémation. Si pour divers motifs le défunt ne voulait pas être incinéré, nous devons suivre une procédure stricte pour nous assurer que la dépouille n’infecte pas ses proches. Par exemple, lors d’un tel cas, le cercueil demeurera fermé pendant la cérémonie et les proches ne peuvent voir en aucun moment la dépouille», a expliqué Marie Eve Garneau.

Un autre défi est celui des ressources humaines. Comptant majoritairement sur des employés âgés de 70 ans et plus à titre de transporteurs, le Groupe Garneau a dû demander à ses employés plus jeunes d’assurer ce rôle comme les transporteurs réguliers doivent demeurer confinés chez eux.

«Dans le domaine funéraire, nous parlons chaque année de comment nous préparer à une pandémie. On parlait notamment de combien de dépouilles on pouvait conserver dans nos installations. Mais jamais on n’avait prévu l’absence de rites funéraires ou le manque d’employés», a illustré la directrice aux opérations du Groupe Garneau

«Embouteillage» à venir

En plus de ces problèmes actuels, la maison funéraire lévisienne anticipe un autre problème lorsqu’elle pourra reprendre ses activités comme avant la crise : le nombre important de cérémonies à tenir.

«Quand nous pourrons relancer nos activités comme avant, il va falloir trouver une façon de faire pour ne pas léser chaque famille endeuillée qui a préféré attendre la fin de la crise afin de tenir le rite funéraire. Au moment où l’on se parle, nous avons environ 80 funérailles en attente en Chaudière-Appalaches. On pense offrir la possibilité aux familles de tenir leur cérémonie les soirs de semaine ou de la fin de semaine», ont conclu Mmes Garneau.

Les plus lus

COVID-19 : un restaurant McDonald's de Saint-Nicolas fermé par précaution

Le restaurant McDonald's situé au 1825, route des Rivières, à Saint-Nicolas, a fermé ses portes pendant quelques heures dans la nuit de mardi à mercredi en raison d'un possible cas d'infection au nouveau coronavirus parmi le personnel de l'établissement.

Une nouvelle expansion pour le Marché Carrier

Le Marché Carrier vient d’acquérir le terrain du restaurant Denis de la jungle, voisin du commerce vieux de 50 ans. Avec cette nouvelle acquisition, l’entreprise de Pintendre investira près de 700 000 $ afin de construire une nouvelle usine spécialisée en prêt-à-manger afin de livrer ses produits dans l’ensemble de la province.

Une nouvelle adresse pour se sucrer le bec à Lévis

C’est le 9 juillet dernier que Monsieur bubble a ouvert ses portes au 5169-B, boulevard Guillaume-Couture à Lévis, au grand plaisir de plusieurs amateurs lévisiens de bubble thé, de café et de crème glacée molle.

Ouvert ou fermé lors de la fête du Travail?

Plusieurs Québécois ne travailleront pas lundi en raison du congé férié de la fête du Travail. Voici un aide-mémoire afin de savoir quels commerces sont ouverts ou fermés le 7 septembre.

4,2 M$ en ristournes à la Caisse Desjardins de Lévis

La Caisse Desjardins de Lévis a tenu sa première assemblée générale extraordinaire en mode virtuel, le 17 août dernier. Ainsi, les membres ont accepté le projet de partage et 4 290 572 $ seront retournés aux membres de la Caisse et à la collectivité.

Les entrepreneurs de la région honorés virtuellement

La 19e édition du Gala des Pléiades – Prix d’excellence a été un événement qui marquera la Chambre de commerce de Lévis (CCL) et les entrepreneurs de la Chaudière-Appalaches comme elle s’est tenue virtuellement, le 17 septembre dernier. L’événement qui a pour but de souligner les succès entrepreneuriaux des entreprises du territoire a réuni plus de 1 000 acteurs du milieu socio-économique de la Ch...

Transit triple la grosseur des installations de son siège social

L’entreprise lévisienne Pièces d’auto Transit a démarré un chantier d’agrandissement de son siège social situé à Lévis en juin dernier. Ces travaux, qui représentent un investissement de 18 M$, devraient se conclure le 15 décembre prochain.

Le Bunker de la science se tourne vers le virtuel

Le Bunker de la science, qui offre des immersions scientifiques à ses clients et se spécialise dans la communication de la science, a choisi de se tourner vers des ateliers virtuels pour ses groupes scolaires en raison du contexte pandémique.

Entrepôts Modulo : une nouvelle entreprise d’entreposage

La nouvelle entreprise d’entreposage Entrepôts Modulo située à Saint-Jean-Chrysostome a ouvert ses portes, le 8 septembre dernier. L’entreprise se spécialise dans la location d’espaces d’entreposage, de bureaux et de salles de réunion ainsi que dans les fournitures d’emballage.

La Ruche s’installe en Chaudière-Appalaches

La plateforme de financement participatif La Ruche, propulsée par le Mouvement Desjardins, a inauguré sa présence dans la région de la Chaudière-Appalaches, le 9 septembre dernier. La Ruche s’est alliée à 41 entrepreneurs ambassadeurs de la région pour l’occasion.