Des représentants du monde coopératif estiment que l’agriculture pourrait être un terreau fertile pour une relance coopérative de l’économie. CRÉDIT : ARCHIVES

Comme les entreprises prônant un autre modèle d’affaires, les coopératives et les mutuelles de la région ont dû faire face aux impacts économiques de la crise de la COVID-19. Selon des représentants de ce milieu économique, ce modèle d’affaires a toutefois permis à plusieurs entreprises de passer à travers le pire de la crise et de continuer de faire une différence dans leur collectivité.

«La crise a amené des difficultés pour les coopératives, mais elle a aussi amené des opportunités. C’est sûr que c’est pas mal plus stimulant de gérer de la grande croissance que de faire des mises à pied. Même pendant la crise, le modèle coopératif est un modèle porteur. Des projets de coopératives se sont poursuivis pendant le gros de la crise», ont d’emblée souligné Sébastien Girard, directeur Québec/Chaudière-Appalaches pour la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ), et Gaston Bédard, le président-directeur général du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM).

Si plusieurs coopératives ont dû elles aussi procéder à des mises à pied ou des arrêts de production afin de faire face à la crise, la nature même de plusieurs coopératives, soit de servir ses membres ou de donner du travail à ses employés, a permis de sauvegarder des activités économiques dans plusieurs régions.

Pour leur part, certaines coopératives ont dû complètement transformer leur modèle d’affaires pour poursuivre leur mission dans le contexte de la pandémie. Par exemple, les coopératives funéraires ont dû adapter leurs services aux nombreuses règles distinctes établies par la Santé publique pour cette industrie. D’autres coopératives se sont pour leur part retrouvées littéralement sur la ligne de front, comme les coopératives de services à domicile.

Un modèle pour répondre à de nouveaux besoins

Si la COVID-19 a provoqué plusieurs bouleversements pour les coopératives québécoises, la crise a aussi créé des opportunités pour des gens qui désiraient créer des entreprises prônant ce modèle d’affaires. Afin de diminuer la dépendance de la province envers d’autres États en ce qui a trait à ses approvisionnements alimentaires, plusieurs entrepreneurs ont décidé de créer des coopératives de production agroalimentaire.

«On parle beaucoup de l’agroalimentaire et de l’achat de proximité pendant cette crise. Il y a un désir des Québécois d’encourager l’agriculture locale et maraîchère et cela se reflète dans le développement de projets coopératifs dans ce domaine. Actuellement, il y a une quarantaine de projets de coopérative agroalimentaire ou maraîchère actifs dans la province», a expliqué M. Bédard.

D’ailleurs, la réduction des obstacles à la création de modèles émergents en agriculture, tels que les fermes coopératives, ainsi que la mise en place d’avantages fiscaux pour encourager les agriculteurs et de mesures pour protéger les terres québécoises d’intérêts étrangers est l’une des 10 pistes de réflexion lancées par le CQCM dans une récente lettre ouverte, Penser la relance sociale et économique par l’enrichissement collectif.

Également, l’organisation suggère aux autorités de soutenir adéquatement les organismes qui octroient des services d’accompagnement et de soutien aux entreprises d’économie sociale, d’utiliser les coopératives comme partenaires complémentaires de l’État en matière de santé, de services sociaux et de services à domicile, d’augmenter la création de logements coopératifs, d’encourager les filières de développement d’énergies vertes ainsi que de créer un fonds d’acquisition transitoire d’entreprise pour investir dans les reprises d’entreprise.

Aussi, le CQCM propose aux États de soutenir la vente de services et produits coopératifs en ligne ainsi qu’un système de livraison afin de bonifier l’achat local, d’octroyer un avantage aux acheteurs de produits locaux et mettre en place des mécanismes d’achat local auprès des coopératives pour les appels d’offres gouvernementaux et municipaux, de sensibiliser les jeunes à plusieurs modèles économiques en incluant dans les cursus scolaires, du primaire à l’université, l’enseignement du modèle d’affaires coopératif et mutualiste ainsi que de soutenir l’entrepreneuriat collectif autochtone dans l’organisation de leur propre écosystème d’accompagnement.

«Les économies stables à travers le monde reposent sur plusieurs modèles d’affaires. Si on réussit à avoir un bel équilibre entre les différents modèles, l’économie québécoise n’en sera que plus forte», a conclu le président-directeur général du CQCM.

Les plus lus

COVID-19 : un restaurant McDonald's de Saint-Nicolas fermé par précaution

Le restaurant McDonald's situé au 1825, route des Rivières, à Saint-Nicolas, a fermé ses portes pendant quelques heures dans la nuit de mardi à mercredi en raison d'un possible cas d'infection au nouveau coronavirus parmi le personnel de l'établissement.

Une nouvelle expansion pour le Marché Carrier

Le Marché Carrier vient d’acquérir le terrain du restaurant Denis de la jungle, voisin du commerce vieux de 50 ans. Avec cette nouvelle acquisition, l’entreprise de Pintendre investira près de 700 000 $ afin de construire une nouvelle usine spécialisée en prêt-à-manger afin de livrer ses produits dans l’ensemble de la province.

Une nouvelle adresse pour se sucrer le bec à Lévis

C’est le 9 juillet dernier que Monsieur bubble a ouvert ses portes au 5169-B, boulevard Guillaume-Couture à Lévis, au grand plaisir de plusieurs amateurs lévisiens de bubble thé, de café et de crème glacée molle.

Ouvert ou fermé lors de la fête du Travail?

Plusieurs Québécois ne travailleront pas lundi en raison du congé férié de la fête du Travail. Voici un aide-mémoire afin de savoir quels commerces sont ouverts ou fermés le 7 septembre.

Les Arrêts Gourmands dévoilent leur nouveau visuel

La nouvelle identité visuelle des Arrêts Gourmands de la Chaudière-Appalaches illustre «le caractère assumé des richesses agricoles historiques de la région».

4,2 M$ en ristournes à la Caisse Desjardins de Lévis

La Caisse Desjardins de Lévis a tenu sa première assemblée générale extraordinaire en mode virtuel, le 17 août dernier. Ainsi, les membres ont accepté le projet de partage et 4 290 572 $ seront retournés aux membres de la Caisse et à la collectivité.

Transit triple la grosseur des installations de son siège social

L’entreprise lévisienne Pièces d’auto Transit a démarré un chantier d’agrandissement de son siège social situé à Lévis en juin dernier. Ces travaux, qui représentent un investissement de 18 M$, devraient se conclure le 15 décembre prochain.

Le Bunker de la science se tourne vers le virtuel

Le Bunker de la science, qui offre des immersions scientifiques à ses clients et se spécialise dans la communication de la science, a choisi de se tourner vers des ateliers virtuels pour ses groupes scolaires en raison du contexte pandémique.

La Ruche s’installe en Chaudière-Appalaches

La plateforme de financement participatif La Ruche, propulsée par le Mouvement Desjardins, a inauguré sa présence dans la région de la Chaudière-Appalaches, le 9 septembre dernier. La Ruche s’est alliée à 41 entrepreneurs ambassadeurs de la région pour l’occasion.

Célébrations pour marquer la fin d’importants travaux

Le IGA Famille Buteau, situé au 1234, rue du Pont à Saint-Lambert-de-Lauzon, a agrandi la surface de son supermarché pour se transformer en IGA extra. Plus d’une vingtaine d’emplois ont été créés dans la municipalité. L’entreprise compte maintenant plus de 150 employés. La nouvelle épicerie revampée a été inaugurée à la mi-août.