Après l’autocueillette et la vente de produits alimentaires, Camerises Saint-Philippe s’est lancé dans la vente d’alcool créé à partir de la camerise afin de faire découvrir ce petit fruit. - CRÉDIT : COURTOISIE

Si l’année 2020 a été difficile pour plusieurs entrepreneurs de la région, les derniers mois ont été fort occupés pour les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques. En plus de permettre de nouveau l’autocueillette du cousin du bleuet et la vente de produits transformés à partir de la camerise, l’entreprise de Saint-Anselme s’est aussi lancée dans la production d’alcool où le petit fruit bleu est la vedette.

Rappelons d’emblée que c’est en 2014 que l’aventure de Camerises Saint-Philippe a débuté. C’est alors que Denis Carrier, un producteur laitier de Saint-Anselme, a planté les plants qui allaient permettre de récolter la petite baie ovale possédant un goût unique, souvent associé au cassis, au bleuet et à la framboise.

C’est finalement en 2017 que l’entreprise a pu ouvrir ses portes pour l’autocueillette. Une activité qui a gagné en popularité année après année. «La crise sanitaire a provoqué cette année un réel engouement pour l’autocueillette. Les gens se sont littéralement garrochés sur les petits fruits. Chez nous, l’autocueillette dure normalement un mois, mais cette année, après trois semaines, notre saison était déjà terminée», a illustré M. Carrier sur la popularité grandissante de la camerise.

Si l’autocueillette et la création de produits transformés à partir de la camerise occupent bien les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques, également copropriétaire d’une entreprise de monuments funéraires, ont désiré bonifier les activités de leur projet de retraite. C’est alors que l’idée de créer des produits alcoolisés à partir du petit fruit a germé dans leur tête.

«Il y a deux ans, on a eu l’idée de créer un vin de camerises. On s’est acheté des kits de base pour faire du vin et on a expérimenté le tout. Le résultat final était bien. Alors, on a décidé de suivre des formations en transformation alcoolique à Saint-Hyacinthe. Par la suite, on a développé une collaboration avec un œnologue», a expliqué Denis Carrier.

Un autre produit pour faire découvrir la camerise

Suivant le conseil de l’oenologue avec qui ils travaillent, Denis Carrier et Nancy Jacques ont alors décidé d’embaucher un maître-distillateur, afin de récupérer les restes de la production viticole pour créer d’autres alcools.

Alcool à la mode, le gin est rapidement devenu le premier choix des propriétaires de Camerises Saint-Philippe quant au premier produit que leur distillerie allait créer. Premier gin fait à partir de camerises et qui a une couleur rosée caractéristique, en raison de la macération de camerises dans l’alcool translucide, leur création fruitée est composée en majorité de produits locaux.

D’ailleurs, afin de souligner l’importante place accordée aux produits locaux dans la conception du produit, le gin porte le nom de SAISIE38 afin de faire un clin d’œil à une histoire criminelle qui a marqué l’histoire de Saint-Anselme. En 1938, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené une opération dans le rang Saint-Philippe, tout près du site occupé par Camerises Saint-Philippe, afin de démanteler un alambic illégal, où était principalement produit du gin.

Razzia chez Camerises Saint-Philippe

Et jusqu’à maintenant, Denis Carrier et Nancy Jacques semblent avoir trouvé un bon filon afin de faire découvrir la camerise au sein de la population. Lors du lancement de SAISIE38 le 12 septembre dernier, les 600 premières bouteilles produites ont trouvé preneurs en deux heures et demie.

Afin de combler les consommateurs qui sont repartis bredouilles, le deuxième lot de bouteilles de gin de Camerises Saint-Philippe, dont la production doit être complétée dans un mois, est même déjà entièrement réservé.

«Notre troisième lot de bouteilles de gin est en production en vue d’une vente en décembre. De plus, notre premier lot de 1 200 bouteilles de vin de camerises sera mis en marché en novembre et en décembre. On a été très étonné que les 600 premières bouteilles de SAISIE38 partent aussi vite. Cet engouement, c’est un beau problème. Quand la demande se stabilisera, on analysera de nouveau le tout. On veut pas que notre distillerie devienne la plus grosse distillerie de la région, ça reste un projet de retraite. Mais on songe peut-être à construire un nouveau bâtiment pour la distillerie, qui occupe présentement une partie de notre entrepôt», a conclu M. Carrier.

Les plus lus

Deux garages de la région récompensés par NAPA

Dans le cadre de l’événement virtuel Une soirée pour vous dire merci… c’est vrai organisé par NAPA région du Québec, les garages Pièces d’auto Alain Côté de Bernières et Mécanique auto D.R. de Saint-Étienne-de-Lauzon ont remporté la médaille d’or dans leur catégorie respective, le 17 décembre dernier.

Une boutique vendra des produits issus du chanvre à Lévis

Déjà propriétaire d’une concession de la chaîne à Saint-Georges, Éric Poulin a obtenu une nouvelle concession de la Maison d’Herbes café-boutique à Lévis. Le commerce qui vendra des produits à base de chanvre ouvrira en février, dans un des locaux du 95, route du Président-Kennedy.

Nouveaux propriétaires pour Lévis Ford

Par voie de communiqué, le Groupe Ouellet a annoncé que quatre de ses associés sont officiellement devenus les propriétaires de Lévis Ford, le 1er janvier dernier. Raymond Ouellet, Pascal Ouellet, Olivier Fleury-Bellavance et Sébastien Proulx dirigeront désormais les destinées de la concession automobile fondée en 1983 et comptant une cinquantaine d’employés.

L’APCHQ anticipe une prochaine année particulière

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a présenté, le 9 décembre, ses prévisions économiques pour 2020-2021. Après une dernière année «étonnante» où travaux de rénovation et achat d’une propriété plus grande ont été au menu de plusieurs ménages, l’organisation prévoit un recul des nouvelles constructions, mais un fort rebond de la rénovation en 202...

Le Maxi de Lévis célèbre ses 25 ans

Le magasin Maxi de Lévis célèbre cette année son 25e anniversaire. L’épicerie située dans le centre-ville de Lévis a été inaugurée le 13 décembre 1995.

Une bande pour protéger les paniers et lutter contre la COVID

L’entrepreneur de Saint-Étienne-de-Lauzon et président de Protection DB, Marc Dion, a créé une bande protectrice qui se met sur la poignée d’un panier d’épicerie ou d’un chariot afin de protéger les mains de tout contact avec une surface contaminée.

2021 sous le signe des opportunités et de la relance

L’année 2020 a été éprouvante pour la Chambre de commerce de Lévis (CCL) et ses membres. Marie-Josée Morency, directrice générale et vice-présidente exécutive de la CCL, souhaite que 2021 soit remplie d’opportunités et que la relance économique se fasse en grand pour les entreprises de la région et pour l’organisation lévisienne.

La CCL dévoile les commerces qui remportent son concours

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a annoncé les gagnants de son concours Magie des fêtes – Lévis en lumière parmi ses membres participants, en collaboration avec RBC, le 17 décembre dernier. La CCL avait invité les commerçants à décorer et illuminer leur entreprise et à lui envoyer une photo afin d’apporter de la gaieté en cette période des fêtes particulière pour les entrepreneurs. Le ...

Fuite de données chez Promutuel Assurance : l'entreprise fait le point

Dans la foulée de l'incident de sécurité dont elle a été victime et forte d'une analyse préliminaire menée par ses experts, Promutuel Assurance a fait le point, le 15 janvier dernier, concernant les données de ses membres-assurés et celles de ses employés, actuels et passés, et retraités.

Paiement de taxes suspendu et l’état des entreprises à Lévis

Lors d’une conférence de la Ville de Lévis, le 20 janvier dernier, Gilles Lehouillier, maire de Lévis, a annoncé que les taux d’intérêt pour les retards de paiement des taxes municipales seront suspendus jusqu’au 1er juin prochain. Également, il a dévoilé les résultats d’un sondage lancé aux 4 500 entreprises du territoire afin de connaître l’état de leur situation entre octobre et novembre.