Après l’autocueillette et la vente de produits alimentaires, Camerises Saint-Philippe s’est lancé dans la vente d’alcool créé à partir de la camerise afin de faire découvrir ce petit fruit. - CRÉDIT : COURTOISIE

Si l’année 2020 a été difficile pour plusieurs entrepreneurs de la région, les derniers mois ont été fort occupés pour les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques. En plus de permettre de nouveau l’autocueillette du cousin du bleuet et la vente de produits transformés à partir de la camerise, l’entreprise de Saint-Anselme s’est aussi lancée dans la production d’alcool où le petit fruit bleu est la vedette.

Rappelons d’emblée que c’est en 2014 que l’aventure de Camerises Saint-Philippe a débuté. C’est alors que Denis Carrier, un producteur laitier de Saint-Anselme, a planté les plants qui allaient permettre de récolter la petite baie ovale possédant un goût unique, souvent associé au cassis, au bleuet et à la framboise.

C’est finalement en 2017 que l’entreprise a pu ouvrir ses portes pour l’autocueillette. Une activité qui a gagné en popularité année après année. «La crise sanitaire a provoqué cette année un réel engouement pour l’autocueillette. Les gens se sont littéralement garrochés sur les petits fruits. Chez nous, l’autocueillette dure normalement un mois, mais cette année, après trois semaines, notre saison était déjà terminée», a illustré M. Carrier sur la popularité grandissante de la camerise.

Si l’autocueillette et la création de produits transformés à partir de la camerise occupent bien les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques, également copropriétaire d’une entreprise de monuments funéraires, ont désiré bonifier les activités de leur projet de retraite. C’est alors que l’idée de créer des produits alcoolisés à partir du petit fruit a germé dans leur tête.

«Il y a deux ans, on a eu l’idée de créer un vin de camerises. On s’est acheté des kits de base pour faire du vin et on a expérimenté le tout. Le résultat final était bien. Alors, on a décidé de suivre des formations en transformation alcoolique à Saint-Hyacinthe. Par la suite, on a développé une collaboration avec un œnologue», a expliqué Denis Carrier.

Un autre produit pour faire découvrir la camerise

Suivant le conseil de l’oenologue avec qui ils travaillent, Denis Carrier et Nancy Jacques ont alors décidé d’embaucher un maître-distillateur, afin de récupérer les restes de la production viticole pour créer d’autres alcools.

Alcool à la mode, le gin est rapidement devenu le premier choix des propriétaires de Camerises Saint-Philippe quant au premier produit que leur distillerie allait créer. Premier gin fait à partir de camerises et qui a une couleur rosée caractéristique, en raison de la macération de camerises dans l’alcool translucide, leur création fruitée est composée en majorité de produits locaux.

D’ailleurs, afin de souligner l’importante place accordée aux produits locaux dans la conception du produit, le gin porte le nom de SAISIE38 afin de faire un clin d’œil à une histoire criminelle qui a marqué l’histoire de Saint-Anselme. En 1938, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené une opération dans le rang Saint-Philippe, tout près du site occupé par Camerises Saint-Philippe, afin de démanteler un alambic illégal, où était principalement produit du gin.

Razzia chez Camerises Saint-Philippe

Et jusqu’à maintenant, Denis Carrier et Nancy Jacques semblent avoir trouvé un bon filon afin de faire découvrir la camerise au sein de la population. Lors du lancement de SAISIE38 le 12 septembre dernier, les 600 premières bouteilles produites ont trouvé preneurs en deux heures et demie.

Afin de combler les consommateurs qui sont repartis bredouilles, le deuxième lot de bouteilles de gin de Camerises Saint-Philippe, dont la production doit être complétée dans un mois, est même déjà entièrement réservé.

«Notre troisième lot de bouteilles de gin est en production en vue d’une vente en décembre. De plus, notre premier lot de 1 200 bouteilles de vin de camerises sera mis en marché en novembre et en décembre. On a été très étonné que les 600 premières bouteilles de SAISIE38 partent aussi vite. Cet engouement, c’est un beau problème. Quand la demande se stabilisera, on analysera de nouveau le tout. On veut pas que notre distillerie devienne la plus grosse distillerie de la région, ça reste un projet de retraite. Mais on songe peut-être à construire un nouveau bâtiment pour la distillerie, qui occupe présentement une partie de notre entrepôt», a conclu M. Carrier.

Les plus lus

Une fermeture difficile à avaler

Les propriétaires de restaurants et de cinémas du coin sont unanimes, la nouvelle fermeture des salles à manger et de cinéma qui est en vigueur depuis le 31 décembre est un coup très dur pour les ressources financières, humaines et matérielles de leurs entreprises.

Canac dévoile ses nouveaux projets à Saint-Nicolas

Canac a annoncé, le 21 janvier, qu'elle a finalisé l’acquisition de deux terrains situés en bordure de l’autoroute 20 à Saint-Nicolas, dans le secteur de la route Lagueux, pour y construire de nouvelles installations.

Poursuivre les combats

Si le variant Omicron fait également partie de ses préoccupations pour les prochains mois, la vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), Marie-Josée Morency, entend poursuivre son travail en 2022 pour obtenir des avancées dans les dossiers de la pénurie de la main-d’œuvre, le troisième lien et l’achat local. De plus, c’est lors de la prochaine année ...

Travail au froid : la CNESST fait des rappels

Alors qu'une vague de froid polaire s'abat sur la province, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rappelé l’importance de prévenir les risques liés à l’exposition au froid ainsi que les mesures à appliquer pour se protéger.

Le gala des Pléiades de retour en mai

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé les préparatifs en vue de la 21e édition du gala des Pléiades – Prix d’excellence, le 11 janvier dernier. Après une 20e édition anniversaire tenue à l’automne en 2021 en raison de la pandémie, le gala récompensant les entrepreneurs de la Chaudière-Appalaches sera de nouveau présenté en mai, soit la case habituelle de l’événement dans le calendrier des ...

La CCL célèbre Noël

Le 16 décembre dernier avait lieu, au chalet du Club de golf Lévis, la deuxième édition du Brunch de Noël de la Chambre de commerce de Lévis (CCL). L’invité d’honneur était Stéphane Modat, ancien chef cuisinier à l’hôtel le Fairmont Château Frontenac.

Des mesures accueillies avec «soulagement» par la CCL

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce de Lévis (CCL) ont accueilli, le 13 janvier, avec soulagement l’annonce de la fin de la fermeture obligatoire des commerces le dimanche et du couvre-feu, ainsi que l’exemption accordée aux épiceries, aux pharmacies et aux plus petits commerces concernant le passeport vaccinal.

Le conseil d’administration de TCA change de formule

La 44e assemblée générale annuelle de Tourisme Chaudière-Appalaches (TCA) s’est déroulée le 28 septembre dernier. L’organisme y a fait le bilan de l’année 2020-2021 et a dévoilé son plan d’action pour l’année 2022, en plus d’y présenter la nouvelle composition de son conseil d’administration.

Helitowcart lauréate au concours national d’exportation

MercadOr Québec a souligné le succès de plus d’une dizaine d’entreprises d’exportation québécoise lors de cette troisième édition du gala qui s’est déroulée le 4 novembre dernier, sous une formule virtuelle. Lors de cette soirée, l’entreprise Helitowcart de Saint-Nicolas a été couronnée dans l’une des sept catégories.

Dany Rodrigue à la tête d’Evol dans la région

Sévrine Labelle, présidente-directrice générale d’Evol, a annoncé, le 10 janvier, la nomination de Dany Rodrigue au poste de directeur régional de la Chaudière-Appalaches.