Après l’autocueillette et la vente de produits alimentaires, Camerises Saint-Philippe s’est lancé dans la vente d’alcool créé à partir de la camerise afin de faire découvrir ce petit fruit. - CRÉDIT : COURTOISIE

Si l’année 2020 a été difficile pour plusieurs entrepreneurs de la région, les derniers mois ont été fort occupés pour les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques. En plus de permettre de nouveau l’autocueillette du cousin du bleuet et la vente de produits transformés à partir de la camerise, l’entreprise de Saint-Anselme s’est aussi lancée dans la production d’alcool où le petit fruit bleu est la vedette.

Rappelons d’emblée que c’est en 2014 que l’aventure de Camerises Saint-Philippe a débuté. C’est alors que Denis Carrier, un producteur laitier de Saint-Anselme, a planté les plants qui allaient permettre de récolter la petite baie ovale possédant un goût unique, souvent associé au cassis, au bleuet et à la framboise.

C’est finalement en 2017 que l’entreprise a pu ouvrir ses portes pour l’autocueillette. Une activité qui a gagné en popularité année après année. «La crise sanitaire a provoqué cette année un réel engouement pour l’autocueillette. Les gens se sont littéralement garrochés sur les petits fruits. Chez nous, l’autocueillette dure normalement un mois, mais cette année, après trois semaines, notre saison était déjà terminée», a illustré M. Carrier sur la popularité grandissante de la camerise.

Si l’autocueillette et la création de produits transformés à partir de la camerise occupent bien les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques, également copropriétaire d’une entreprise de monuments funéraires, ont désiré bonifier les activités de leur projet de retraite. C’est alors que l’idée de créer des produits alcoolisés à partir du petit fruit a germé dans leur tête.

«Il y a deux ans, on a eu l’idée de créer un vin de camerises. On s’est acheté des kits de base pour faire du vin et on a expérimenté le tout. Le résultat final était bien. Alors, on a décidé de suivre des formations en transformation alcoolique à Saint-Hyacinthe. Par la suite, on a développé une collaboration avec un œnologue», a expliqué Denis Carrier.

Un autre produit pour faire découvrir la camerise

Suivant le conseil de l’oenologue avec qui ils travaillent, Denis Carrier et Nancy Jacques ont alors décidé d’embaucher un maître-distillateur, afin de récupérer les restes de la production viticole pour créer d’autres alcools.

Alcool à la mode, le gin est rapidement devenu le premier choix des propriétaires de Camerises Saint-Philippe quant au premier produit que leur distillerie allait créer. Premier gin fait à partir de camerises et qui a une couleur rosée caractéristique, en raison de la macération de camerises dans l’alcool translucide, leur création fruitée est composée en majorité de produits locaux.

D’ailleurs, afin de souligner l’importante place accordée aux produits locaux dans la conception du produit, le gin porte le nom de SAISIE38 afin de faire un clin d’œil à une histoire criminelle qui a marqué l’histoire de Saint-Anselme. En 1938, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené une opération dans le rang Saint-Philippe, tout près du site occupé par Camerises Saint-Philippe, afin de démanteler un alambic illégal, où était principalement produit du gin.

Razzia chez Camerises Saint-Philippe

Et jusqu’à maintenant, Denis Carrier et Nancy Jacques semblent avoir trouvé un bon filon afin de faire découvrir la camerise au sein de la population. Lors du lancement de SAISIE38 le 12 septembre dernier, les 600 premières bouteilles produites ont trouvé preneurs en deux heures et demie.

Afin de combler les consommateurs qui sont repartis bredouilles, le deuxième lot de bouteilles de gin de Camerises Saint-Philippe, dont la production doit être complétée dans un mois, est même déjà entièrement réservé.

«Notre troisième lot de bouteilles de gin est en production en vue d’une vente en décembre. De plus, notre premier lot de 1 200 bouteilles de vin de camerises sera mis en marché en novembre et en décembre. On a été très étonné que les 600 premières bouteilles de SAISIE38 partent aussi vite. Cet engouement, c’est un beau problème. Quand la demande se stabilisera, on analysera de nouveau le tout. On veut pas que notre distillerie devienne la plus grosse distillerie de la région, ça reste un projet de retraite. Mais on songe peut-être à construire un nouveau bâtiment pour la distillerie, qui occupe présentement une partie de notre entrepôt», a conclu M. Carrier.

Les plus lus

Davie bientôt intégré à la SNCN?

Par voie de communiqué, Services publics et Approvisionnement Canada a annoncé, le 8 juin, que le gouvernement fédéral amorce des négociations avec Chantier Davie Canada pour la conclusion d'une entente-cadre en vue de confirmer ce chantier naval comme troisième partenaire stratégique au titre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN).

Nouveau cri du cœur pour la main-d’œuvre

La crise de la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches est loin de s’essouffler. Le 9 novembre dernier, la Table régionale des élus de Chaudière-Appalaches (TREMCA) et les organismes de développement économique ont lancé un cri du cœur au gouvernement du Québec. Depuis, c’est le silence radio. C’est pour cette raison qu’ils sont revenus à la charge en mai et demandent au gouvernement d’agi...

Une nouvelle identité pour la Chambre de commerce de Lévis

En l'honneur de son 150e anniversaire, la Chambre de commerce de Lévis a annoncé cet après-midi un changement d’identité corporative lors d’un point de presse au Pub la Traverse, le Corsaire de Lévis. Dorénavant, l’organisme à but non lucratif se fera appeler, la Chambre de commerce et d’industrie du Grand Lévis.

De Charny à New York avec les sœurs Maguire

Les deux femmes d’affaires lévisiennes derrière la marque de chaussures Maguire, Myriam et Romy Belzile-Maguire, ont ouvert une boutique à New York, le 11 juin dernier. Les sœurs originaires de Charny en sont à leur troisième boutique en cinq ans d’existence.

Vers une offre immobilière verte et durable

La vice-présidente principale à la gestion des actifs immobiliers du Fonds immobilier de solidarité FTQ, Marianne Duguay, a présenté devant les membres de la Chambre de commerce de Lévis (CCL) l’importance d’une vision durable, inclusive et écologique en immobilier, le 25 mai dernier.

Les Arrêts gourmands lancent leur deuxième saison

TOURISME. C’est sous un soleil radieux que plusieurs producteurs, intervenants touristiques et élus de la région se sont rassemblés le 14 juin à la ferme Genest du quartier Saint-Nicolas, à Lévis, pour le lancement de la deuxième saison estivale de la nouvelle mouture des Arrêts gourmands.

Fuite de données chez Desjardins : la Cour supérieure tranche en faveur du règlement de 200 M$

La Cour supérieure du Québec a approuvé, le 14 juin, l’entente de règlement de 200 M$ intervenue avec la Fédération des Caisses Desjardins du Québec dans le cadre des actions collectives liées à la fuite de renseignements personnels rendue publique en juin 2019.

Le concepteur de fenêtres P.H. Tech attire les investisseurs québécois

Pour soutenir sa croissance exceptionnelle, le fabricant de composants de fenêtres et de portes-patio P.H. Tech a accueilli de nouveaux investisseurs dans son capital, Banque Nationale Placements Privés et Desjardins Capital, qui ont permis à ses dirigeants de racheter l’entreprise de Lévis.

Nouveau projet pour Logisco à Québec

Logisco a annoncé, le 14 juin, qu'il entame la construction de son troisième hôtel à Québec. Le nouvel établissement hôtelier Il s’agit du groupe immobilier lévisien portera la bannière Home2 Suites de Hilton.

Une nouvelle distinction pour Appalaches Distillerie

Appalaches Distillerie (d’abord connu sous le nom de Distillerie des Appalaches), une entreprise de Lauzon, a vu son nouveau gin Kepler Sous-bois remporter la médaille d’or lors du Gin Masters 2022 de Londres.