Florence K a partagé son parcours et des outils pour faire face aux difficultés. �CRÉDIT : COURTOISIE

Alors que la crise sanitaire a mis à l’arrêt certaines activités économiques et isole les gens les uns des autres, la santé mentale est devenue un enjeu. Anxiété, dépression, les individus affectés par la pandémie peuvent rencontrer des difficultés. Florence K a partagé son expérience des troubles de santé mentale et sa longue route vers la guérison au milieu d’affaires lévisien, lors d’une conférence virtuelle de la Chambre de commerce de Lévis.

«En ces temps où l’environnement est anxiogène, la santé mentale est un enjeu important, Surtout quand nous sommes démunis de nos repères», a rappelé Florence K, lors de la Grande Conférence de la CCL, tenue le 21 octobre.

La conférencière a tout d’abord raconté sa propre expérience personnelle des troubles de santé mentale. Malgré une longue route parsemée d’une dépression majeure, d’anxiété, et finalement d’un diagnostic de trouble bipolaire de type deux, elle réussit aujourd’hui, grâce au traitement adéquat et à des outils d’auto-gestion, à vivre une vie plus épanouie que jamais.

«Un trouble de santé mentale, ce n’est pas une condamnation», a fait valoir celle qui est aussi l’autrice d’un livre qui raconte son histoire, Buena Vida, paru en 2015 chez Libre Expression.

Après une enfance dans un «environnement merveilleux et fantaisiste» baignée de musique, Florence K commence à se sentir différente et un sentiment de mélancolie l’envahie peu à peu et s’installe. Alors qu’elle ne sait pas comment exprimer sa souffrance et qu’elle ne trouve pas les mots pour expliquer ce qu’elle ressent, son état est mis sur le compte de l’adolescence et des hormones.

Florence K, qui traverse ainsi des périodes d’angoisse et de grande euphorie, ressent «toujours le besoin d’en faire trop». Elle se jette à corps perdu dans le travail et se nourrit de chaque moment de partage avec le public passé sous les projecteurs et les applaudissements. «Être sur la scène quand on a une grande baisse d’estime de soi, ça donne une grande gratification», reconnaît-elle.

Un trou noir qui se creuse

«C’était une belle vie.» Pourtant, Florence K sent un trou noir se creuser en elle. S’étourdir de travail et de succès ne calme plus les angoisses. «Mon cerveau tissait des toiles d’araignées et je me dévalorisais constamment.» Parce que, comme elle le souligne, «on peut regarder tout ce qu’on a», avoir le meilleur et se sentir tout autant mal.

La maladie mentale vient d’un «débalancement biologique», explique Florence K. «Les pensées et la chimie du cerveau sont intimement liées.» Des préjugés persistent toutefois sur la dépression par exemple qui est alors associée à de la faiblesse ou de la paresse. «Il ne faut pas minimiser la souffrance psychique», même si elle n’est pas visible comme une blessure physique.

Et face à ces bouleversements et ce mal-être, le plus difficile est souvent de reconnaître les signes et d’aller frapper à la bonne porte. Elle-même ne savait pas où trouver de l’aide. «Je me renfermais dans mon mal intérieur.» Pour Florence K, la compassion envers soi-même et la bienveillance sont des éléments clé. C’est en trouvant les bons outils pour la construire et la développer qu’on peut avancer.

Il est ainsi important de comprendre les éléments qui participent à la naissance chez soi d’un épisode anxieux, dépressif ou d’hypomanie. «Chercher à connaître les déclencheurs émotionnels qui nous habitent est une façon d’en apprendre constamment plus sur soi-même et sur ce qui nous apporte de l’équilibre.» L’un des premiers indicateurs qui peut donner l’alerte est le sommeil. «Quand le sommeil flanche, c’est un des premiers signes qu’il faut faire attention à soi.»

En plus d’être accompagné par un professionnel, et d’avoir une médication adaptée quand cela est nécessaire, il existe de nombreux outils qui peuvent aider à maintenir l’équilibre au quotidien, comme avoir une bonne hygiène de vie, réduire les facteurs de stress, bouger, s’accorder plus de temps, ne pas se juger, comprendre d’où viennent les pensées et les émotions, se dissocier des troubles, «on n’est pas l’anxiété», rappelle-t-elle, et en parler pour finalement «apprendre à valser avec notre état et mener la danse».

Les plus lus

Un magasin Princess Auto à Lévis

La chaîne canadienne Princess Auto, spécialisée dans les articles agricoles, industriels, de garage, hydrauliques et excédentaires, ouvrira un magasin à Lévis, au début de l’année prochaine.

Une solution lévisienne pour accessoiriser sa piscine

La designer industriel lévisienne, Pénélope Rouillard Bazinet, a lancé son entreprise d’accessoires de piscine, Polo – Accessoires pour piscine, au début du mois de juin dernier. Ainsi, les propriétaires de piscines peuvent se procurer ses produits qui empêchent les débris naturels qui tombent dans la piscine de boucher l’écumoire.

Un nouvel établissement de restauration à Saint-Romuald

Le Théophile, nouveau restaurant mélangeant cuisines d’inspiration californienne et italienne, a ouvert ses portes il y a quelques semaines à Saint-Romuald. Les clients peuvent se retrouver pour manger sur la terrasse ou à l’intérieur dans cette maison de 1857 réaménagés par les restaurateurs qui planchent sur ce projet depuis un an.

Une Baraque à bières à Lévis

La Baraque à bières de Lévis a ouvert ses portes aux clients le 23 juin dernier, au 70, avenue Bégin dans le Vieux-Lévis.

Les familles Carrier et Capwood s’unissent

Via sa page Facebook, le Marché Carrier annonçait le 9 juillet qu’une deuxième succursale de l’entreprise ouvrirait ses portes du côté de Québec d’ici septembre prochain. Ainsi, le Marché Carrier s’est associé avec le groupe Capwood, une société d’investissements et de gestion d’actifs immobiliers québécoise, pour élaborer ce projet qui pourrait résulter à la création de plusieurs marchés Carrier ...

Le Café Bistro Van Houtte Lévis ferme ses portes

En raison de la faillite de Gestion Caféco, l’entreprise qui opérait cet établissement, le Café Bistro Van Houtte Lévis, situé dans le centre-ville de Lévis, a fermé ses portes à la fin du mois de juin.

Une formation professionnelle de plus en plus recherchée

En mars dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, François Legault, annonçaient l’objectif des gouvernements fédéral et provincial de brancher la quasi-totalité du Québec à l’Internet haute vitesse, c’est-à-dire 150 000 foyers d’ici septembre 2022. Ainsi, la demande de main-d’œuvre est grande dans le domaine des télécommunications et le Centre de for...

Un complexe de condos locatifs verra le jour à Saint-Nicolas

En 2022, 72 condos locatifs verront le jour aux abords du fleuve Saint-Laurent dans le secteur de Saint-Nicolas. Le promoteur derrière Roc-Pointe sur le fleuve était fier de donner le coup d’envoi du projet de 24 millions $, le 12 juillet, accompagné d’élus municipaux.

QScale : un immense projet de traitement informatique de 867 M$ à Lévis

Le président de QScale, Martin Bouchard, accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Éric Girard, de la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, du ministre responsable des régions du Centre-du-Québec et de la Chaudière-Appalaches ainsi que ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, du député de...

Un jeune entrepreneur «capable de suivre»

À 19 ans, Jacob Leclerc fait déjà partie du monde des affaires depuis maintenant près d’un an. Représentant aux ventes pour une compagnie d’outillage à temps plein, étudiant en administration des affaires et employeur en gestion immobilière à temps partiel, rien n’arrête ce jeune entrepreneur de réaliser ses rêves.