Florence K a partagé son parcours et des outils pour faire face aux difficultés. �CRÉDIT : COURTOISIE

Alors que la crise sanitaire a mis à l’arrêt certaines activités économiques et isole les gens les uns des autres, la santé mentale est devenue un enjeu. Anxiété, dépression, les individus affectés par la pandémie peuvent rencontrer des difficultés. Florence K a partagé son expérience des troubles de santé mentale et sa longue route vers la guérison au milieu d’affaires lévisien, lors d’une conférence virtuelle de la Chambre de commerce de Lévis.

«En ces temps où l’environnement est anxiogène, la santé mentale est un enjeu important, Surtout quand nous sommes démunis de nos repères», a rappelé Florence K, lors de la Grande Conférence de la CCL, tenue le 21 octobre.

La conférencière a tout d’abord raconté sa propre expérience personnelle des troubles de santé mentale. Malgré une longue route parsemée d’une dépression majeure, d’anxiété, et finalement d’un diagnostic de trouble bipolaire de type deux, elle réussit aujourd’hui, grâce au traitement adéquat et à des outils d’auto-gestion, à vivre une vie plus épanouie que jamais.

«Un trouble de santé mentale, ce n’est pas une condamnation», a fait valoir celle qui est aussi l’autrice d’un livre qui raconte son histoire, Buena Vida, paru en 2015 chez Libre Expression.

Après une enfance dans un «environnement merveilleux et fantaisiste» baignée de musique, Florence K commence à se sentir différente et un sentiment de mélancolie l’envahie peu à peu et s’installe. Alors qu’elle ne sait pas comment exprimer sa souffrance et qu’elle ne trouve pas les mots pour expliquer ce qu’elle ressent, son état est mis sur le compte de l’adolescence et des hormones.

Florence K, qui traverse ainsi des périodes d’angoisse et de grande euphorie, ressent «toujours le besoin d’en faire trop». Elle se jette à corps perdu dans le travail et se nourrit de chaque moment de partage avec le public passé sous les projecteurs et les applaudissements. «Être sur la scène quand on a une grande baisse d’estime de soi, ça donne une grande gratification», reconnaît-elle.

Un trou noir qui se creuse

«C’était une belle vie.» Pourtant, Florence K sent un trou noir se creuser en elle. S’étourdir de travail et de succès ne calme plus les angoisses. «Mon cerveau tissait des toiles d’araignées et je me dévalorisais constamment.» Parce que, comme elle le souligne, «on peut regarder tout ce qu’on a», avoir le meilleur et se sentir tout autant mal.

La maladie mentale vient d’un «débalancement biologique», explique Florence K. «Les pensées et la chimie du cerveau sont intimement liées.» Des préjugés persistent toutefois sur la dépression par exemple qui est alors associée à de la faiblesse ou de la paresse. «Il ne faut pas minimiser la souffrance psychique», même si elle n’est pas visible comme une blessure physique.

Et face à ces bouleversements et ce mal-être, le plus difficile est souvent de reconnaître les signes et d’aller frapper à la bonne porte. Elle-même ne savait pas où trouver de l’aide. «Je me renfermais dans mon mal intérieur.» Pour Florence K, la compassion envers soi-même et la bienveillance sont des éléments clé. C’est en trouvant les bons outils pour la construire et la développer qu’on peut avancer.

Il est ainsi important de comprendre les éléments qui participent à la naissance chez soi d’un épisode anxieux, dépressif ou d’hypomanie. «Chercher à connaître les déclencheurs émotionnels qui nous habitent est une façon d’en apprendre constamment plus sur soi-même et sur ce qui nous apporte de l’équilibre.» L’un des premiers indicateurs qui peut donner l’alerte est le sommeil. «Quand le sommeil flanche, c’est un des premiers signes qu’il faut faire attention à soi.»

En plus d’être accompagné par un professionnel, et d’avoir une médication adaptée quand cela est nécessaire, il existe de nombreux outils qui peuvent aider à maintenir l’équilibre au quotidien, comme avoir une bonne hygiène de vie, réduire les facteurs de stress, bouger, s’accorder plus de temps, ne pas se juger, comprendre d’où viennent les pensées et les émotions, se dissocier des troubles, «on n’est pas l’anxiété», rappelle-t-elle, et en parler pour finalement «apprendre à valser avec notre état et mener la danse».

Les plus lus

LA SQDC ouvrira une deuxième succursale à Lévis

​La SQDC a signé un bail afin d’ouvrir, d’ici le printemps, une succursale qui sera située au 1855, route des Rivière, à Saint-Nicolas.

Un type de résidence de plus en plus recherché

Alors que le marché de l’immobilier est en pleine ébullition dans la région et que plusieurs types de propriété s’envolent comme des petits pains chauds, plusieurs familles sont à la recherche d’un type bien particulier de résidence. Selon certains courtiers immobiliers œuvrant dans le Grand Lévis, la pandémie a renforcé la popularité des maisons bigénérationnelles.

La Barricade se refait une beauté

Depuis la mi-mars, les propriétaires de La Barricade, Johanne Carrier et Claude Dubé, ont profité des fermetures imposées par Québec en raison de la pandémie afin de réaliser des travaux majeurs. Grâce au chantier, le couple veut redonner une beauté à l’établissement licencié bien connu du Vieux-Lévis, à l’aube des célébrations de son cinquantième anniversaire en 2022.

Un nouveau complexe sportif dans l’ouest de Lévis

Bien connu dans la région grâce à leur entreprise Réseau sports adultes (RSA), Nicolas Dallaire et Steve Gaudreau donneront une nouvelle vie au site qui accueillait jusqu’à tout récemment Méchoui international. Cette parcelle du chemin Saint-Grégoire, à Saint-Étienne-de-Lauzon, accueillera désormais le Complexe sportif et plein air de Lévis.

La Distillerie Lore & Legends lance son premier gin lévisien

Martin Vaillancourt, propriétaire de la microbrasserie Le Corsaire, Virgil Demers et Terry Gilbert ont lancé leur premier spiritueux à la toute nouvelle Distillerie Lore & Legends située sur le boulevard Guillaume-Couture, le 31 octobre dernier. Les propriétaires ont misé sur des ingrédients locaux pour concocter leur tout premier gin.

Roger Parent devient citoyen d’honneur de Lévis

Lévis compte un nouveau citoyen d’honneur, son sixième. Roger Parent, fondateur du groupe immobilier Logisco et de la Fondation Elizabeth et Roger Parent, a reçu ce titre lors d’une cérémonie le 10 novembre.

Mise à jour économique : 15 G$ de déficit projeté pour 2020

Le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, a dévoilé la mise à jour économique des finances publiques de la province ainsi que son plan de relance économique, le 12 novembre. 1,8 G$ seront investis en nouvelles initiatives dont 1,5 G$ seront réservés à la relance économique, M. Girard a également annoncé que le déficit projeté pour 2020 se chiffre à 15 G$.

La Ville et la CCL favorables à la mise à jour économique

À la suite du dévoilement de la mise à jour économique du gouvernement provincial, le 12 novembre dernier, Marie-Josée Morency, directrice générale et vice-présidente exécutive de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), et Gilles Lehouillier, maire de Lévis, ont accueilli favorablement cet état de la situation, mais sont impatients de connaître les mesures concrètes qui toucheront la région.

Une troisième succursale pour la Clinique de soins infirmiers de Lévis

Après avoir ouvert des points de services à Lévis et à Saint-Romuald, la Clinique de soins infirmiers de Lévis a ouvert, le 6 novembre, une troisième succursale, au 1810, route des Rivières à Saint-Nicolas.

Sophie Brochu fait appel à la résilience des entrepreneurs

Dans le cadre des Grandes conférences Bell de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, a livré une conférence virtuelle franche et terre-à-terre aux entrepreneurs lévisiens, le 4 octobre dernier. Cette dernière a abordé les thèmes de la situation pandémique actuelle et de la transition énergétique.