La bande protège les mains contre tout contact direct avec les surfaces contaminées des barres ou des poignées. CRÉDIT : COURTOISIE

L’entrepreneur de Saint-Étienne-de-Lauzon et président de Protection DB, Marc Dion, a créé une bande protectrice qui se met sur la poignée d’un panier d’épicerie ou d’un chariot afin de protéger les mains de tout contact avec une surface contaminée.

La pandémie de COVID-19 n’a fait que renforcer les besoins en matière de nettoyage des surfaces et de protection pour garder les consommateurs en santé lors de leur visite dans une épicerie, un magasin ou tout autre lieu public.

«On a beau se désinfecter les mains, on les met directement sur les poignées des chariots et des paniers que tout le monde utilise. Ça ne peut pas être désinfecté à 100 %», constate Marc Dion, président de Protection DB. Et d’ajouter : «Quand il y a un problème, je vois une solution.»

L’entrepreneur a ainsi imaginé une bande protectrice de papier qui vient entourer la poignée du panier de manière à protéger entièrement les parties susceptibles de contaminer le client lors de ses emplettes. Fini le contact direct entre les mains et une surface qui peut être souillée.

Ce produit est entièrement recyclable, fait de matière organique ne laisse pas de trace de colle, non irritant, résistant, facile à enlever, simple d’usage et sans contact avec la distributrice. C’est «fiable et hygiénique», souligne Marc Dion.

Une utilisation sans contact

«On passe la main devant le distributeur et la bande protectrice sort sans contact. On la met par-dessus la poignée du chariot. Ça donne une sécurité à 100 %», ajoute-t-il. Épiceries, aéroports, hôpitaux, dans tous les lieux où on trouve un chariot ou un panier, la bande protectrice peut-être utilisée.

Ce concept permettra aussi de réduire le coût de main-d’œuvre relié au nettoyage des paniers, croit l’entrepreneur. «En sachant que nos entrepreneurs vivent une pénurie de main-d’œuvre en plus de vivre avec les aléas de la pandémie de COVID-19, je me suis donné comme mission de créer un concept unique et simple pour rendre plus sécuritaire l’expérience de magasinage des consommateurs et des propriétaires d’établissements», explique le président de Protection DB.

À partir d’un distributeur de papier qui existait déjà, l’entrepreneur l’a adapté pour son produit. Déjà 15 000 appareils sont disponibles. «On va pouvoir aller jusqu’à 100 000 et plus. Je vais être capable de répondre à la demande», assure Marc Dion qui est approvisionné par une entreprise de Toronto.

Quant à la bande protectrice, elle est enduite d’une colle naturelle habituellement utilisée pour emballer du matériel médical. C’est une entreprise de Québec qui fournit ce produit à Protection DB. «On voulait une colle qui ne colle pas. Elle colle sur elle-même, mais pas sur un autre matériau.»

Cette innovation est maintenant disponible et pourrait bientôt faire son apparition dans les commerces ouverts sur le territoire et ailleurs. Marc Dion a commencé à rencontrer ses premiers clients et s’apprête à débuter la distribution des bandes protectrices. C’est une solution à long terme, souligne l’entrepreneur. «Il faut changer les façons de faire. Ça va servir pendant la COVID, mais ça marche pour tout, la grippe ou les autres maladies.»

Les plus lus

Suzanne Roy, une entrepreneure que rien ne pouvait arrêter

Femme d’affaires lévisienne à la tête d’une concession automobile jusqu’en 2018, Suzanne Roy est décédée le 26 décembre dernier. En partageant le récit de sa vie et son exceptionnel parcours, ses proches rendent hommage à celle «qui aimait avec tout son cœur».

Saint-Nicolas accueillera une succursale de Pizza Salvatoré

Pizza Salvatoré a annoncé, le 5 février, qu'elle ouvrira une succursale à Saint-Nicolas. La nouvelle pizzeria s’installera dans l’édifice situé au 1365, route des Rivières. L’ouverture est prévue pour le 20 avril prochain.

Le Club de golf Beaurivage ressuscite

Deux résidents de Saint-Étienne-de-Lauzon, Véronique Girard et Jean-Guy Sylvain, se sont portés acquéreurs du Club de golf de Beaurivage, le 29 janvier dernier. L’homme d’affaires lévisien qui est propriétaire de plusieurs hôtels, dont Le Concorde à Québec, ainsi que son associée veulent relancer les activités du club de golf de Saint-Étienne, qui avait fermé ses portes au printemps 2020.

Des établissements lévisiens prendront part à la Semaine de la Poutine

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la 9e édition de La Semaine de la Poutine. Il s’agit de la plus grosse édition jamais organisée en neuf ans par RestoQuébec, puisque c’est au-delà de 155 restaurants de la grande région de Québec qui présenteront une poutine originale. Plusieurs d'entre eux sont situés à Lévis.

S’ouvrir à la diversité culturelle une poupée à la fois

Le Longueuillois Gaëtan Etoga et le Lévisien Yannick Nguepdjop se sont lancés en affaires en décembre dernier alors qu’ils ont fondé Ymma Canada, une entreprise qui produit des jouets à l’image des gens issus de la diversité culturelle. Les deux entrepreneurs souhaitent offrir bien plus que des poupées à la société.

Logisco poursuitsa croissance

Le groupe immobilier Logisco a annoncé, le 2 février, des investissements sur la Rive-Nord et sur la Rive-Sud de Québec totalisant 63 M$ pour l’année 2021. Avec cette somme, l’entreprise lévisienne pourra construire au cours des 12 prochains mois 4 nouveaux immeubles totalisant 293 appartements locatifs à Sainte-Foy, Lebourgneuf et Saint-Romuald.

Six décennies d’existence pour Groupe Autobus Auger

La dernière année a marqué un cap important dans l’histoire du Groupe Autobus Auger. Le transporteur de Saint-Romuald, un important joueur de l’industrie dans la grande région de Québec, a célébré son 60e anniversaire d’existence.

Créer un produit pour lutter contre la pandémie

Au cours des derniers mois, Simon Bordeleau, un entraîneur lévisien en gymnastique, a décidé de mettre l’épaule à la roue afin de participer à la lutte contre la COVID-19. Le résident de Charny a développé un lave-mains portatif, le SaClean, qu’il espère bientôt lancer sur le marché.

Le STTCFDR critique la Coopérative funéraire des Deux Rives

Par voie de communiqué, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Coopérative funéraire des Deux Rives (STTCFDR) a fait une sortie, le 8 février, pour déplorer les conditions actuelles de travail. Le groupe a alors déploré le «surmenage, le manque de reconnaissance, la mauvaise gestion de l’organisation et de ses effectifs ainsi que la pénurie de main-d’œuvre» et a demandé le retour ...

COVID-19 : bonification de l’AERAM pour les réouvertures

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a annoncé une bonification du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) lors d’un point de presse, le 3 février. Les entreprises qui ont été sujettes à une fermeture pourront obtenir un allégement financier lors de leur réouverture.