Par voie de communiqué, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Coopérative funéraire des Deux Rives (STTCFDR) a fait une sortie, le 8 février, pour déplorer les conditions actuelles de travail. Le groupe a alors déploré le «surmenage, le manque de reconnaissance, la mauvaise gestion de l’organisation et de ses effectifs ainsi que la pénurie de main-d’œuvre» et a demandé le retour de primes COVID.

«La situation s’est dégradée au travail depuis quelques années avec une accélération soudaine à cause de la pandémie. La pandémie a frappé l’organisation de plein fouet à un moment de faiblesse, entraînant de nombreuses démissions et des départs en maladie. On manque de gens dans tous les départements et ça ne fait qu’empirer. À titre d’exemple, alors que nous avions douze brancardiers au début de la pandémie, il n’y en a plus que huit aujourd’hui, et encore, il y a eu une nouvelle embauche. Globalement, nos membres sont exténués, ce n’est pas tenable», a soutenu Catherine Caron, présidente du STTCFDR.

Du même souffle, le syndicat affilié à la CSN a argué que les relations de travail étaient difficiles, que l’employeur n’était pas à l’écoute des travailleurs et que ce dernier ne «retient aucune suggestion» de sa part pour atténuer les problématiques qu’il déplore.

Le STTCFDR a également profité de l’occasion pour critiquer la décision de la coopérative de mettre fin, le 20 juin, à une prime COVID de 2 $ l’heure ainsi qu’à une prime à l’acte qui était rétroactive au 13 mars. En raison de la deuxième vague de la pandémie, la présidente du syndicat demande à l’employeur de remettre en vigueur la prime COVID pour les brancardiers et d’embaucher de nouveaux travailleurs afin de combler «tous les besoins de l’organisation».

Si le STTCFDR ne constate pas un «changement d’attitude de la direction», il menace les administrateurs de la coopérative de déclencher «un plan d’action pour faire bouger les choses».

La coopérative prête à négocier

 À la suite de l’envoi aux médias du communiqué de presse du STTCFDR, la direction de la Coopérative funéraire des Deux Rives a invité donc les représentants du syndicat à proposer une date afin de négocier l’ensemble des conditions de travail via le renouvellement de la convention collective échue depuis plus de six mois, «une invitation transmise à de nombreuses reprises et jusqu’ici ignorée». 

«La Coopérative est sincèrement désolée des moyens de pression proposés à ses employés par le syndicat qui pourraient avoir un impact sur les familles endeuillées. Nous avons confiance que nos employés feront preuve de jugement et qu’ils inviteront plutôt leurs représentants à s’asseoir rapidement avec ceux de la Coopérative pour mettre en œuvre une solution constructive», a ajouté l’entreprise, avant d’ajouter qu’elle ne fera pas d’autres commentaires pour éviter de nuire aux discussions.

 

Les plus lus

Suzanne Roy, une entrepreneure que rien ne pouvait arrêter

Femme d’affaires lévisienne à la tête d’une concession automobile jusqu’en 2018, Suzanne Roy est décédée le 26 décembre dernier. En partageant le récit de sa vie et son exceptionnel parcours, ses proches rendent hommage à celle «qui aimait avec tout son cœur».

Saint-Nicolas accueillera une succursale de Pizza Salvatoré

Pizza Salvatoré a annoncé, le 5 février, qu'elle ouvrira une succursale à Saint-Nicolas. La nouvelle pizzeria s’installera dans l’édifice situé au 1365, route des Rivières. L’ouverture est prévue pour le 20 avril prochain.

Le Club de golf Beaurivage ressuscite

Deux résidents de Saint-Étienne-de-Lauzon, Véronique Girard et Jean-Guy Sylvain, se sont portés acquéreurs du Club de golf de Beaurivage, le 29 janvier dernier. L’homme d’affaires lévisien qui est propriétaire de plusieurs hôtels, dont Le Concorde à Québec, ainsi que son associée veulent relancer les activités du club de golf de Saint-Étienne, qui avait fermé ses portes au printemps 2020.

Des établissements lévisiens prendront part à la Semaine de la Poutine

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la 9e édition de La Semaine de la Poutine. Il s’agit de la plus grosse édition jamais organisée en neuf ans par RestoQuébec, puisque c’est au-delà de 155 restaurants de la grande région de Québec qui présenteront une poutine originale. Plusieurs d'entre eux sont situés à Lévis.

S’ouvrir à la diversité culturelle une poupée à la fois

Le Longueuillois Gaëtan Etoga et le Lévisien Yannick Nguepdjop se sont lancés en affaires en décembre dernier alors qu’ils ont fondé Ymma Canada, une entreprise qui produit des jouets à l’image des gens issus de la diversité culturelle. Les deux entrepreneurs souhaitent offrir bien plus que des poupées à la société.

Logisco poursuitsa croissance

Le groupe immobilier Logisco a annoncé, le 2 février, des investissements sur la Rive-Nord et sur la Rive-Sud de Québec totalisant 63 M$ pour l’année 2021. Avec cette somme, l’entreprise lévisienne pourra construire au cours des 12 prochains mois 4 nouveaux immeubles totalisant 293 appartements locatifs à Sainte-Foy, Lebourgneuf et Saint-Romuald.

Six décennies d’existence pour Groupe Autobus Auger

La dernière année a marqué un cap important dans l’histoire du Groupe Autobus Auger. Le transporteur de Saint-Romuald, un important joueur de l’industrie dans la grande région de Québec, a célébré son 60e anniversaire d’existence.

Créer un produit pour lutter contre la pandémie

Au cours des derniers mois, Simon Bordeleau, un entraîneur lévisien en gymnastique, a décidé de mettre l’épaule à la roue afin de participer à la lutte contre la COVID-19. Le résident de Charny a développé un lave-mains portatif, le SaClean, qu’il espère bientôt lancer sur le marché.

Le STTCFDR critique la Coopérative funéraire des Deux Rives

Par voie de communiqué, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Coopérative funéraire des Deux Rives (STTCFDR) a fait une sortie, le 8 février, pour déplorer les conditions actuelles de travail. Le groupe a alors déploré le «surmenage, le manque de reconnaissance, la mauvaise gestion de l’organisation et de ses effectifs ainsi que la pénurie de main-d’œuvre» et a demandé le retour ...

COVID-19 : bonification de l’AERAM pour les réouvertures

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a annoncé une bonification du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) lors d’un point de presse, le 3 février. Les entreprises qui ont été sujettes à une fermeture pourront obtenir un allégement financier lors de leur réouverture.