CRÉDIT : COURTOISIE

En mars dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, François Legault, annonçaient l’objectif des gouvernements fédéral et provincial de brancher la quasi-totalité du Québec à l’Internet haute vitesse, c’est-à-dire 150 000 foyers d’ici septembre 2022. Ainsi, la demande de main-d’œuvre est grande dans le domaine des télécommunications et le Centre de formation professionnelle Gabriel-Rousseau (CFPGR) offre, depuis plusieurs années, le dîplome d’études professionneles (DEP) en Installation et réparation d’équipement de télécommunication, un outil qui pourra permettre aux paliers de gouvernement d’atteindre leur objectif.

La formation en télécommunication du CFPGR est un programme qui s’étire sur une année et demie, comparativement à deux ans dans les autres écoles de la province, et il est le seul offert dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale. Selon Dave Ouellet, enseignant au DEP en Installation et réparation d’équipement de télécommunication, le manque de main-d’œuvre dans ce domaine se fait sentir depuis quelques années déjà puisqu’un bon nombre d’employeurs vient cogner à la porte de l’école afin de recruter des finissants.

«Présentement, on n’a pas assez d’étudiants pour répondre à la demande des employeurs. C’est principalement du travail à l’extérieur (en régions) pour le déploiement de la 5G notamment, mais on a déjà peine à répondre à la demande de nos employeurs de la grande région de Québec», explique M. Ouellet.

Les élèves en télécommunication du CFPGR sont notamment appelés à travailler dans la région, mais également dans le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et l’Est-du-Québec. «Notre porte est ouverte à toutes les entreprises de télécommunication qui veulent venir rencontrer nos élèves en classe et elles sont nombreuses à venir. C’est super intéressant parce que ça permet aux élèves d’établir un premier contact avec de futurs employeurs potentiels», partage l’enseignant.

Une formation adaptée à l’élève

La formation offerte par le CFPGR est la seule au Québec qui propose 8 à 10 semaines de stage en entreprise, rémunéré ou non à la discrétion de l’employeur. «C’est qui est intéressant avec la plateforme alternance travail-études, c’est que les élèves développent leur réseau de contacts en entreprise pendant leur formation», ajoute Dave Ouellet.

De plus, le programme s’adapte aux besoins et au rythme de l’élève puisqu’il est offert en formule individualisée, c’est-à-dire que le parcours est à la convenance de l’élève. Nouvellement, le CFPGR invite les entreprises à recruter leurs élèves pendant la saison estivale, ce qui permet à ces derniers d’acquérir de l’expérience avant même d’avoir terminé leur formation.

Selon M. Ouellet, le taux de placement oscille autour de 98 à 99 %. Chaque année, quatre cohortes sont formées (août, septembre, janvier, mars) et comprennent 6 à 15 élèves en moyenne sur une possibilité de 24. «On constate un engouement pour le métier et la formation, mais pas à la hauteur de ce qu’on pourrait offrir, c’est certain», spécifie l’enseignant.

Des locaux aménagés pour le travail pratique

Les locaux du DEP en Installation et réparation d’équipement de télécommunication comprennent deux grandes classes, dont une qui est un atelier comprenant des poteaux et des mini maisons tandis que l’autre est un laboratoire électronique où les élèves peuvent étudier et travailler la fibre optique, par exemple. Également, une classe extérieure est aménagée où une tour de communication a été érigée ainsi que quelques poteaux.

«On constate que nos types d’élèves sont des gens qui n’aiment pas la routine, ceux qui ont soif de l’aventure, puisqu’on est appelé à aller un peu partout dans la province par moment, et des personnes qui aiment travailler de leurs mains ainsi que comprendre comment les choses sont faites et comment elles fonctionnent», souligne Dave Ouellet.

Pour plus d’information sur le DEP en Installation et réparation d’équipement de télécommunication offert par le CFPGR, consultez le bit.ly/3ww4Yro.

Les plus lus

Un magasin Princess Auto à Lévis

La chaîne canadienne Princess Auto, spécialisée dans les articles agricoles, industriels, de garage, hydrauliques et excédentaires, ouvrira un magasin à Lévis, au début de l’année prochaine.

Une solution lévisienne pour accessoiriser sa piscine

La designer industriel lévisienne, Pénélope Rouillard Bazinet, a lancé son entreprise d’accessoires de piscine, Polo – Accessoires pour piscine, au début du mois de juin dernier. Ainsi, les propriétaires de piscines peuvent se procurer ses produits qui empêchent les débris naturels qui tombent dans la piscine de boucher l’écumoire.

Un nouvel établissement de restauration à Saint-Romuald

Le Théophile, nouveau restaurant mélangeant cuisines d’inspiration californienne et italienne, a ouvert ses portes il y a quelques semaines à Saint-Romuald. Les clients peuvent se retrouver pour manger sur la terrasse ou à l’intérieur dans cette maison de 1857 réaménagés par les restaurateurs qui planchent sur ce projet depuis un an.

Une Baraque à bières à Lévis

La Baraque à bières de Lévis a ouvert ses portes aux clients le 23 juin dernier, au 70, avenue Bégin dans le Vieux-Lévis.

Les familles Carrier et Capwood s’unissent

Via sa page Facebook, le Marché Carrier annonçait le 9 juillet qu’une deuxième succursale de l’entreprise ouvrirait ses portes du côté de Québec d’ici septembre prochain. Ainsi, le Marché Carrier s’est associé avec le groupe Capwood, une société d’investissements et de gestion d’actifs immobiliers québécoise, pour élaborer ce projet qui pourrait résulter à la création de plusieurs marchés Carrier ...

Le Café Bistro Van Houtte Lévis ferme ses portes

En raison de la faillite de Gestion Caféco, l’entreprise qui opérait cet établissement, le Café Bistro Van Houtte Lévis, situé dans le centre-ville de Lévis, a fermé ses portes à la fin du mois de juin.

Une formation professionnelle de plus en plus recherchée

En mars dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, François Legault, annonçaient l’objectif des gouvernements fédéral et provincial de brancher la quasi-totalité du Québec à l’Internet haute vitesse, c’est-à-dire 150 000 foyers d’ici septembre 2022. Ainsi, la demande de main-d’œuvre est grande dans le domaine des télécommunications et le Centre de for...

Un complexe de condos locatifs verra le jour à Saint-Nicolas

En 2022, 72 condos locatifs verront le jour aux abords du fleuve Saint-Laurent dans le secteur de Saint-Nicolas. Le promoteur derrière Roc-Pointe sur le fleuve était fier de donner le coup d’envoi du projet de 24 millions $, le 12 juillet, accompagné d’élus municipaux.

QScale : un immense projet de traitement informatique de 867 M$ à Lévis

Le président de QScale, Martin Bouchard, accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Éric Girard, de la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, du ministre responsable des régions du Centre-du-Québec et de la Chaudière-Appalaches ainsi que ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, du député de...

Un jeune entrepreneur «capable de suivre»

À 19 ans, Jacob Leclerc fait déjà partie du monde des affaires depuis maintenant près d’un an. Représentant aux ventes pour une compagnie d’outillage à temps plein, étudiant en administration des affaires et employeur en gestion immobilière à temps partiel, rien n’arrête ce jeune entrepreneur de réaliser ses rêves.