Après près de 30 ans à la tête de Guay Banquet Service, Daniel Boucher profitera de la fermeture du traiteur pour se consacrer à d’autres projets. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La pandémie de COVID-19 aura provoqué la fermeture d’un autre établissement lévisien. Il y a quelques semaines, Guay Banquet Service, un traiteur établi dans le quartier Lévis, a annoncé sa fermeture après plus de 60 ans d’existence.

«J’ai dû en venir à la décision de fermer Guay Banquet Service. La pandémie a grandement chamboulé nos activités et on a fait face à plusieurs mois d’inactivité. Entre les périodes de confinement, nous n’avons jamais pu atteindre le niveau de commandes prépandémique. L’interdiction de tenir des rassemblements pendant les Fêtes à la fin de la dernière année ainsi qu’à la suite de funérailles ont grandement affecté notre carnet de commandes», a d’emblée expliqué Daniel Boucher, le propriétaire de Guay Banquet Service, lors d’une entrevue avec le Journal le 21 juillet dernier.

En plus des fluctuations provoquées par la pandémie sur les commandes, la crise sanitaire a aussi eu des répercussions sur l’équipe de l’entreprise lévisienne. Avant la pandémie, 17 employés œuvraient pour Guay Banquet Service. Toutefois, en raison de la diminution de la demande pour les services du traiteur, plusieurs d’entre eux ont quitté, ce qui mettait le propriétaire face à une importante pénurie de main-d’œuvre.

«Mes employés ont pu profiter des aides gouvernementales au début de la pandémie, mais avec la diminution de nos activités, plusieurs d’entre eux ont trouvé un autre travail. Une autre employée qui était un pilier de notre équipe depuis plus de 35 ans, Réjeanne Boucher, a décidé de profiter de cette pause inattendue pour prendre sa retraite», a illustré Daniel Boucher.

Un fleuron dans le domaine des traiteurs

La fermeture de Guay Banquet Service met donc fin à une aventure qui a duré pendant plus de 60 ans. C’est en 1958 que André Guay et son épouse, Fernande, ont fondé l’entreprise. 12 ans plus tard, le père de Daniel Boucher, Rosaire, faisait l’acquisition de Guay Banquet Service avec sa conjointe et mère de son dernier propriétaire, Lucille Bargoné.

Ayant œuvré au sein de l’entreprise dès son adolescence, c’est en 1985 que Daniel Boucher a joint l’équipe de Guay Banquet Service à temps plein, après un passage à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et quelques expériences en cuisine hôtelière et en restauration à Montréal et à Québec.

En 1992, les parents de Daniel Boucher lui ont transféré l’entreprise. Sous sa gouverne, le traiteur basé à Lauzon a connu une importante croissance grâce à divers nouveaux contrats, dont plusieurs pour Desjardins. En 2016, Guay Banquet Service a diversifié ses activités en devenant l’opérateur du restaurant de l’hôtel L’Oiselière de Lévis, Le Pigeon Voyageur. Même qu’en 2018, le traiteur a transféré ses opérations de ses installations de la rue Saint-Joseph à la cuisine de l’hôtel lévisien.

Toutefois, l’entreprise a pu casser le bail qui le liait à l’établissement jusqu’à cette année, pour cesser d’être l’opérateur du restaurant il y a quelques mois. Le service traiteur a également été fermé il y a quelques semaines, pour permettre à Daniel Boucher de liquider ses équipements.

Un entrepreneur serein

Malgré la fin de l’entreprise familiale, Daniel Boucher ne regrette pas sa décision. En effet, la fermeture de Guay Banquet Service lui permettra de se consacrer à d’autres projets d’ici sa retraite.

«Je vais avoir 63 ans en septembre. Je me sens bien après avoir mis fin à cette aventure. La pandémie m’a donné du temps pour réfléchir. Je vais garder ma compagnie puisque j’ai des projets, qui ne touchent pas les domaines de l’hôtellerie ou de la restauration, que j’aimerais bien concrétiser au cours de cette année. Rendu à mon âge, je veux plus travailler la semaine plutôt que les soirs et les fins de semaine, comme c’était le cas pour les services de traiteur», a conclu M. Boucher.

Les plus lus

Investissement Québec en soutien aux entreprises

Un an après qu’Investissement Québec en Chaudière-Appalaches se soit regroupé avec les bureaux régionaux du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et ait intégré les équipes du Centre de recherche industrielle du Québec et d’export Québec, la société d’État représentant la Chaudière-Appalaches a soutenu financièrement les entreprises de la région à hauteur de 269 M$.

Grève chez Colabor

Les travailleurs de l’entrepôt de Saint-Nicolas du distributeur alimentaire Colabor sont en grève cette semaine pour la première fois de leur histoire. Avec ce moyen de pression, les membres du syndicat affilié à la CSN veulent obtenir des gains salariaux.

Pénurie de main-d’œuvre : une nouvelle enquête est lancée

Les municipalités de la Chaudière-Appalaches et les organismes de développement économique de la région ont lancé une mobilisation à la fin août afin de réaliser une étude sur les impacts de la pénurie de main-d’œuvre.

Lock-out à la Coopérative funéraire des Deux-Rives

En réaction au mandat de grève générale illimitée obtenu aujourd'hui par le syndicat représentant ses employés, la Coopérative funéraire des Deux Rives a annoncé vendredi qu'elle exerce son droit au lock-out.

Des places supplémentaires dans les CPE et garderies de la région

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé le 25 août, l’ajout de 535 nouvelles places dans les services de garde éducatifs à l’enfance de la région de la Chaudière-Appalaches. Il en a fait l’annonce accompagné de l’adjointe parlementaire du ministre de la Famille et députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, et de la députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours.

Une bonne année pour Promutuel Assurance Rive-Sud

Promutuel Assurance Rive-Sud a convié ses membres-assurés, le 1er juin, à une assemblée annuelle virtuelle durant laquelle elle a dévoilé ses résultats pour l’année 2020. Pour l’exercice financier se terminant le 31 décembre 2020, la société mutuelle affiche un résultat d’assurance de 4 964 000 $, émanant notamment du répit en matière de sinistralité et des actions posées au cours des dernières an...

La CCL veut des actions pour le tunnel et la main-d’œuvre

Comme d’autres organisations, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a présenté, le 2 septembre, ses demandes aux partis politiques fédéraux qui sont présentement en campagne. L’organisme lévisien a identifié deux enjeux prioritaires : la concrétisation du tunnel Québec-Lévis et l’atténuation de la pénurie de main-d’œuvre.

Un investissement de 2,2 M$ à la Maison d’affinage Bergeron

Le Groupe Bel Canada a annoncé un investissement de 2,2 M$ pour permettre l’acquisition de nouveaux équipements de pointe à l’usine de la Fromagerie Bergeron, la Maison d’affinage Bergeron, située à Saint-Nicolas, le 26 août dernier. Ainsi, la Fromagerie Bergeron pourra augmenter sa capacité de production des fromages La Vache qui rit et répondre à la demande croissante de ces produits en sol cana...

Revendications sur la majoration : les microsdistilleries tiennent des portes ouvertes

L’Union québécoise des microdistilleries (UQMD) composée de plus de 50 membres, dont les entreprises lévisiennes Distillerie des Appalaches ainsi que Lore & Legends, invite les citoyens et citoyennes à une dégustation dans leurs installations le 11 septembre afin de soutenir leurs revendications sur la majoration et l’achat de produits en SAQ.

Optimétal 360 bien installée dans son nouveau local de Pintendre

L’entreprise magnymontoise, Opti-métal 360, a ouvert les portes d’un nouveau local dans le secteur Pintendre à Lévis à l’automne 2019. Cette expansion a créé 10 nouveaux emplois et représente un investissement de 2,6 M$ .