Le Conseil de discipline de l’Ordre des ingénieurs du Québec a rendu sa décision sur culpabilité et sanction à l’égard de Robin Pelletier qui se voit imposer une radiation de 4 mois du tableau de l’Ordre. Les faits reprochés à M. Pelletier se sont déroulés, à Lévis, en novembre 2015, alors qu’il était directeur adjoint de la construction et gérance d’Excavations Lafontaine.

Dans sa décision, le Conseil de discipline condamne également M. Pelletier à payer l’ensemble des déboursés relatifs à l’instruction de la plainte, y compris les frais de publication.

M. Pelletier a été reconnu coupable d’avoir transmis, à un compétiteur direct, à la demande de celui-ci, des prix obtenus de sous-traitants, ainsi que l’ordre de grandeur du prix retenu pour la soumission de son employeur, dans le cadre d’un processus d’appel d’offres.

Ce faisant, M. Pelletier a contrevenu aux articles du Code de déontologie des ingénieurs relatifs à l’usage de procédés malhonnêtes ou douteux (3.02.08) et au respect du secret de renseignements confidentiels (3.06.01), ainsi qu’à l’article 59.1.1 du Code des professions en commettant un acte dérogatoire impliquant de la collusion.

Notons que la version intégrale de la décision du Conseil de discipline, incluant le résumé des faits reprochés, peut être consultée sur le site web de l’Ordre des ingénieurs. Pour rappel, les sanctions imposées par le Conseil de discipline «ont pour objectif de protéger le public en dissuadant le professionnel de récidiver et en servant d’exemple à l’égard des autres membres de la profession».

Les plus lus

Une famille de Terrebonne demande l’aide des riverains du Saint-Laurent

Nancy Gosselin et Richard Martel, les parents de Simon Martel, demandent l’aide du public afin de retrouver leur fils (sur la photo).

Un jeu passe près de mal tourner pour un jeune garçon

Des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont dû intervenir, hier en fin d'après-midi, dans une unité d'habitation de l'avenue des Églises afin de secourir un garçon de 3 ans qui s'était serré un attache-câble (Ty-Rap) autour du cou.

Un jeune Lévisien arrêté pour leurre et incitation à des contacts sexuels

Par voie de communiqué, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé, le 28 avril, qu'il a arrêté à la mi-avril Samuel Carbonneau, un Lévisien de 20 ans, pour leurre et incitation à des contacts sexuels sur une victime d’âge mineur.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

Accident de travail à Saint-Henri

Les services d'urgence de Bellechasse sont intervenus hier après-midi à Saint-Henri afin de secourir un quinquagénaire qui se serait blessé alors qu'il élaguait des arbres.

COVID-19 : le SPVL a donné six constats d'infraction de plus

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a dressé lundi son plus récent bilan sur le travail de ses policiers afin de faire respecter les directives de la Santé publique. Lors de la dernière semaine, les agents de la paix lévisiens ont dû sévir à six reprises.

Invasion de domicile à Lévis : deux résidents de Québec arrêtés par le SPVL

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé qu'il a arrêté, le 6 mai, deux personnes en lien avec une invasion de domicile qui serait survenue le 5 mai, dans le secteur Lévis.

Infractions à caractère sexuel sur une personne mineure : un Lévisien de 29 ans arrêté

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a lancé une enquête et a procédé à l'arrestation d'un Lévisien de 29 ans samedi en lien avec une possible affaire d'infractions à caractère sexuel sur une personne mineure.

COVID-19 : le SPVL n'a pas donné de nouveaux constats

Les agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) n'ont pas donné de nouveaux constats ou rapports d'infraction général en lien avec la Loi sur la santé publique depuis au moins une semaine.

Gain de cause pour un ex-cadre du Cégep de Lévis-Lauzon

Le Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) est condamné à payer plus de 42 000 $ pour harcèlement psychologique et représailles sur une période de près de 18 mois de la part de la haute direction envers un ex-cadre qui a remis sa démission en juin 2019.