L'inspecteur-chef, Guy Lapointe, a fait le point sur l'affaire Carpentier. (Crédit photo : Sûreté du Québec)

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 juillet.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

La séquence des événements a été très rapide. «Ce que l’enquête démontre, avec les résultats de l’autopsie et tous les éléments qu’on possède, c’est qu’au lever du jour, le 9 juillet, l’irréparable était déjà commis», a-t-il mentionné.

Tout a commencé par l’embardée survenue sur l’autoroute 20 à la hauteur du kilomètre 288. L’accident n’était pas intentionnel et l’examen de la scène a permis de déterminer que Carpentier avait même tenté de reprendre le contrôle de son véhicule. C’est à partir de ce moment que son comportement est devenu «hors norme», a expliqué M. Lapointe.

Après que le trio eut traversé l’autoroute, il a marché 1,7 km jusqu’à la roulotte dans laquelle Carpentier s’est introduit. Tout indique que les fillettes étaient avec leur père à cet instant, mais n’y sont pas entrées. Blessées pendant l’accident, ce n’est pas ce qui a causé leur mort. L’irréparable a été commis, à 2,4 km du site de l’accident, dans un boisé du rang Bois-Joly. «Pour nous, c’est clair, il s’agit d’un double meurtre et les fillettes ont été tuées à ce moment-là à l’aide d’un objet contondant», a-t-il poursuivi.

Martin Carpentier a, par la suite, marché quelques kilomètres supplémentaires avant de s’enlever la vie. Ainsi, le corps retrouvé le 20 juillet derrière une résidence du rang Saint-Lazare était bel et bien le sien, a confirmé Guy Lapointe.

La mort de Martin Carpentier met un terme à l’enquête criminelle. Cependant, il était la pièce maîtresse du mystère entourant la chronologie des événements et les motivations derrière le geste. «La réalité c’est que le principal intéressé est décédé et il y a des choses qu’on ne saura jamais réellement», a précisé l’inspecteur-chef Lapointe. Le dossier est maintenant confié au Bureau du coroner.

Alerte Amber

«Les décisions sont prises avec les éléments qu’on a en main à ce moment-là. […] Aujourd’hui, on a l’assurance, le sentiment que tout ce qui pouvait être fait a été fait. Surtout qu’on sait maintenant la vitesse à laquelle le drame s’est joué», a indiqué Guy Lapointe.

Rappelons que la Sûreté du Québec avait été vivement critiquée pour avoir déclenché l’alerte Amber près de 18 heures après le début des événements. Pourtant, les éléments qu’ils avaient en main au tout début de l’enquête ne laissaient pas présager une issue funeste. «Les éléments qu’on possédait à ce moment ne laissaient pas croire que les fillettes étaient en danger. Cela a été corroboré par les discussions qu’on a eues avec les proches. […] Jusqu’à l’embardée, le comportement de Martin Carpentier était tout à fait normal», a justifié Guy Lapointe.

Les recherches avaient été orientées, entre autres, vers les compagnies de taxi et les hôpitaux. Des maîtres-chiens ont aussi ratissé le secteur pour retrouver leur trace. «On avait la prétention qu’ils étaient blessés, mais en sécurité. Après un certain temps sans nouvelles et quand nous avons compris qu’ils se sont enfoncés dans le boisé, nous avons réalisé qu’il y avait anguille sous roche.»

 

Les plus lus

Le SPVL met fin à un party dans une chambre d'hôtel

Une fête organisée par des jeunes dans une chambre d'un hôtel lévisien, cette fin de semaine, leur coûtera cher. Des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont mis fin à leur rassemblement illégal dans la nuit de vendredi à samedi et ils leur ont remis des constats d'infraction en vertu des dispositions prévues dans la Loi sur la santé publique.

Siège à Pintendre : Bruno Roy déclaré non criminellement responsable

Bruno Roy, ce Lévisien de 44 ans opposé aux mesures sanitaires qui avait tenu en haleine les policiers pendant plusieurs heures après s'être barricadé dans sa résidence de Pintendre, a été déclaré le 11 janvier non criminellement responsable de ses actes, selon ce que rapporte Radio-Canada.

Accident de travail à la Boucherie Huot : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

À la suite d'un processus judiciaire hors de son contrôle, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a rendu publiques, le 12 janvier, les conclusions de son enquête sur l'accident du travail lors duquel un aide-boucher de la Boucherie Huot a été gravement blessé. L'accident est survenu le 10 novembre 2016, à Saint-Nicolas.

Couvre-feu : le SPVL remet près d'une vingtaine de constats d'infraction

Si la grande majorité des Lévisiens ont respecté le couvre-feu qui est en vigueur depuis samedi entre 20h et 5h afin de freiner la propagation de la COVID-19, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a remis, ce week-end, 18 constats d'infraction à des personnes dont les agissements ne faisaient pas partie des exceptions permises dans le décret gouvernemental.

Incendie suspect dans le secteur Christ-Roi

Les pompiers de Lévis ont dû effectuer une importante opération dans le secteur Christ-Roi, lundi soir, afin d'éteindre un incendie qui s'était déclaré dans un bloc à appartements de ce quartier. Si le brasier n'a blessé personne, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) mène actuellement une enquête afin de faire la lumière sur le feu dont la nature ne serait pas accidentelle.

Enquête du SPVL après un incendie à Saint-Nicolas

Les pompiers du Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) sont intervenus, lundi 28 décembre, dans une maison mobile située sur la rue d'Oslo à Saint-Nicolas, où un feu a été signalé par un voisin. Une enquête du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) est en cours pour déterminer si l'incendie pourrait avoir une origine criminelle.

Un quadragénaire porté disparu

La Sûreté du Québec (SQ) demande l’aide du public pour retrouver Marc Saucier, un résident de Québec âgé de 48 ans.

Un Noël pluvieux et venteux

Environnement Canada a émis un bulletin météorologique spécial pour tout le sud du Québec, dont pour les secteurs de Lévis, Bellechasse et Saint-Lambert-de-Lauzon.

Frappe du SPVL contre un présumé trafiquant de stupéfiants

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a procédé, le 14 janvier, à une perquisition dans le quartier Saint-Romuald. À cette occasion, les policiers lévisiens ont également arrêté un individu de 19 ans qui aurait vendu du cannabis illicite.

Tempête en vue sur la région

Environnement Canada a émis jeudi un bulletin météorologique spécial pour les secteurs de Lévis, Bellechasse et de Saint-Lambert-de-Lauzon puisqu'une tempête de neige est en vue pour la fin de semaine.