Quatre ans après, le même scénario se rejoue. Le comité de démolition de la Ville de Lévis autorise la démolition de la maison Rodolphe-Audette, la décision est portée en appel et le mot final revient au conseil municipal. Les élus main- tiendront-ils la décision de démolir ou suivront-ils la ligne de leurs prédécesseurs? Réponse le 9 octobre prochain.

Sans détour, le citoyen à l’origine de l’appel contre la démolition de la maison Rodolphe-Audette a demandé au conseil municipal d’annuler la décision du comité de démolition, de protéger le bâtiment vieux de plus d’un siècle, comme l’attendent les citoyens selon lui, et surtout de maintenir la décision de 2014. «En quoi cette nouvelle décision est différente de la première?», a questionné Jean-Marc Lafrenière lors d’une séance extraordinaire le 24 septembre dernier.
«Imaginez-vous l’importance du message que vous allez livrer à nos concitoyens. (On parle de) la revitalisation du Vieux-Lévis et on va aller démolir la plus belle bâtisse. C’est quoi le mes- sage que vous allez envoyer?», a-t-il interpellé.

Autre chose que des condos

L’appelant a déploré que le projet d’écomusée proposé par le comité de mise en valeur de la maison Rodolphe-Audette n’ait pas été con- sidéré dans le processus, alors qu’il estime qu’il y a «autre chose à faire que des condos avec cette belle maison». Le citoyen regrette que le comité de démolition ait retenu les échecs des projets de sauvegarde et les coûts prohibitifs d’une restauration pour fonder sa décision plu- tôt que la valeur patrimoniale.

Pour défendre la sauvegarde, le citoyen a cité le rapport de la Firme Génie + de février 2018, qu’il a pu consulter à sa demande auprès de la Ville, qui dit que «tout bâtiment historique peut être réhabilité. La question principale, qu’il faut se poser, est de savoir si l’importance patrimoniale du bâtiment justifie les coûts importants reliés à sa conservation et à sa réhabilitation».

Interrogé avant l’audition de l’appel sur l’action de la Ville depuis sa décision de ne pas autoriser la démolition en 2014, le maire Lehouillier a tenu à s’expliquer. «Tout est dans le contexte des décisions qui sont prises. Vous pouvez prendre une décision malgré la vétusté du bâtiment. Vous pouvez dire qu’il y a encore des citoyens qui semblent intéressés à faire quelque chose. Alors là, on peut donner une chance. C’est ce qui est arrivé dans ce cas. Là, on va voir ce qui arrive dans ce cas-ci. Voyez vous, ça dépend toujours du contexte, de la conjoncture, de la façon dont les éléments sont présentés et du rapport comme tel qu’il faut regarder.»

Dix ans de taxes et d’études en vain

À la suite de l’audition de l’appelant, les copropriétaires et promoteurs, Jacques Laflamme et André Doyle, ont répondu aux accusations de spéculation immobilière et d’avoir laissé la mai- son se dégrader, portées par le citoyen. «J’ai acheté cette propriété en 2008. Elle est pas- sée au feu en 1998. Ça faisait déjà dix ans qu’elle était à l’abandon quand je l’ai achetée», a rappelé Jacques Laflamme.

«Avoir su, je n’aurais pas acheté ce bâtiment, parce qu’il ne resterait pas grand sou. Ça fait dix ans qu’on paie des taxes, des architectes et des ingénieurs. C’est sûr que la spéculation, on repassera pour ça», a fait remarquer le pro- moteur avec dépit. «S’il y a quelqu’un d’autre qui veut la prendre et essayer de la restaurer, bien à lui, elle est à vendre la maison», a quant à lui invité André Doyle.

L’entrepreneur est revenu sur le processus qui l’a conduit à demander la démolition. Sa première idée était en effet de rénover la bâtisse, mais après le passage de plusieurs ingénieurs et experts, il s’est rendu compte que démolir était la seule solution. «Les firmes arrivent toutes à la même conclusion. Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas la rénover. C’est qu’à un moment donné, il faut se rendre à l’évidence, elle est finie», a-t-il affirmé.

Après l’audition des promoteurs, plusieurs citoyens ont emboîté le pas de Jean-Marc Lafrenière pour protester, souvent avec passion, contre la démolition du 6410 de la rue Saint- Laurent. Tour à tour, ils ont défendu la valeur historique de la résidence qui a appartenu à un ancien président de la Banque nationale.

À lire : Maison Rodolphe-Audette : démolition en appel

Les plus lus

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Le Regroupement des traversiers annule la journée de grève prévue à la traverse Québec-Lévis

Les syndicats membres du Regroupement des traversiers affiliés à la FEESP-CSN ont annoncé, le 1er juillet, l’annulation des journées de grève prévues les 2 et 3 juillet prochains aux traverses de Québec-Lévis, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola.

COVID-19 : trois nouveaux cas découverts au cours des trois derniers jours

Le ciel continue d'être clair en Chaudière-Appalaches en ce qui a trait à la pandémie de COVID-19. Au cours des trois derniers jours, seulement trois nouveaux cas ont été découverts pour l'ensemble du territoire.

COVID-19 : assouplissement des mesures en zone verte

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), deux résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. Aussi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonce de nouveaux assouplissem...

COVID-19 : deux nouveaux cas découverts dans la région

Le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'être faible en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), seulement deux citoyens de la région ont appris au cours des 48 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Le GIRAM dénonce un déboisement à Beaumont

Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) a fait une sortie, le 15 juillet, pour dénoncer le déboisement mené par le promoteur dans le cadre du projet immobilier Domaine du Saint-Laurent. L’organisme régional estime que ce dernier a tout simplement fait «décaper» le cap Saint-Claude, où se trouvent les vestiges du fort de Beaumont, cité comme lieu patrimonial par la Mun...

Saint-Vallier remontera de nouveau dans le temps

Le comité organisateur du spectacle théâtral Sur les traces de La Corrivaux présentera, pour une huitième année, une panoplie d’activités à saveur d’antan, les 27, 28, 29 août prochains.

Le passeport vaccinal pourra être exigé dès cet automne

Les Québécois devront présenter leur preuve vaccinale (code QR), démontrant qu'ils ont bel et bien reçu deux doses d'un vaccin contre la COVID-19, à partir du 1er septembre si la situation épidémiologique de leur région se détériore.

Le parc de la Rivière-Etchemin aura son pavillon

La construction du bâtiment qui accueillera les usagers à longueur d’année a débuté en mai dernier. Ce sont 3 M$ qui ont été investi dans le projet, soit 1,9 M$ du gouvernement du Québec ainsi que 1,2 M$ de la Ville de Lévis.

La Cycloroute dans la mire des motoneigistes

Les motoneigistes pourraient bientôt pouvoir emprunter la Cycloroute de Bellechasse, en hiver, pour pouvoir circuler de Lévis à Saint-Anselme. La MRC de Bellechasse a adopté une résolution permettant cette possibilité lors de l’une des plus récentes séances du conseil des maires.