Quatre ans après, le même scénario se rejoue. Le comité de démolition de la Ville de Lévis autorise la démolition de la maison Rodolphe-Audette, la décision est portée en appel et le mot final revient au conseil municipal. Les élus main- tiendront-ils la décision de démolir ou suivront-ils la ligne de leurs prédécesseurs? Réponse le 9 octobre prochain.

Sans détour, le citoyen à l’origine de l’appel contre la démolition de la maison Rodolphe-Audette a demandé au conseil municipal d’annuler la décision du comité de démolition, de protéger le bâtiment vieux de plus d’un siècle, comme l’attendent les citoyens selon lui, et surtout de maintenir la décision de 2014. «En quoi cette nouvelle décision est différente de la première?», a questionné Jean-Marc Lafrenière lors d’une séance extraordinaire le 24 septembre dernier.
«Imaginez-vous l’importance du message que vous allez livrer à nos concitoyens. (On parle de) la revitalisation du Vieux-Lévis et on va aller démolir la plus belle bâtisse. C’est quoi le mes- sage que vous allez envoyer?», a-t-il interpellé.

Autre chose que des condos

L’appelant a déploré que le projet d’écomusée proposé par le comité de mise en valeur de la maison Rodolphe-Audette n’ait pas été con- sidéré dans le processus, alors qu’il estime qu’il y a «autre chose à faire que des condos avec cette belle maison». Le citoyen regrette que le comité de démolition ait retenu les échecs des projets de sauvegarde et les coûts prohibitifs d’une restauration pour fonder sa décision plu- tôt que la valeur patrimoniale.

Pour défendre la sauvegarde, le citoyen a cité le rapport de la Firme Génie + de février 2018, qu’il a pu consulter à sa demande auprès de la Ville, qui dit que «tout bâtiment historique peut être réhabilité. La question principale, qu’il faut se poser, est de savoir si l’importance patrimoniale du bâtiment justifie les coûts importants reliés à sa conservation et à sa réhabilitation».

Interrogé avant l’audition de l’appel sur l’action de la Ville depuis sa décision de ne pas autoriser la démolition en 2014, le maire Lehouillier a tenu à s’expliquer. «Tout est dans le contexte des décisions qui sont prises. Vous pouvez prendre une décision malgré la vétusté du bâtiment. Vous pouvez dire qu’il y a encore des citoyens qui semblent intéressés à faire quelque chose. Alors là, on peut donner une chance. C’est ce qui est arrivé dans ce cas. Là, on va voir ce qui arrive dans ce cas-ci. Voyez vous, ça dépend toujours du contexte, de la conjoncture, de la façon dont les éléments sont présentés et du rapport comme tel qu’il faut regarder.»

Dix ans de taxes et d’études en vain

À la suite de l’audition de l’appelant, les copropriétaires et promoteurs, Jacques Laflamme et André Doyle, ont répondu aux accusations de spéculation immobilière et d’avoir laissé la mai- son se dégrader, portées par le citoyen. «J’ai acheté cette propriété en 2008. Elle est pas- sée au feu en 1998. Ça faisait déjà dix ans qu’elle était à l’abandon quand je l’ai achetée», a rappelé Jacques Laflamme.

«Avoir su, je n’aurais pas acheté ce bâtiment, parce qu’il ne resterait pas grand sou. Ça fait dix ans qu’on paie des taxes, des architectes et des ingénieurs. C’est sûr que la spéculation, on repassera pour ça», a fait remarquer le pro- moteur avec dépit. «S’il y a quelqu’un d’autre qui veut la prendre et essayer de la restaurer, bien à lui, elle est à vendre la maison», a quant à lui invité André Doyle.

L’entrepreneur est revenu sur le processus qui l’a conduit à demander la démolition. Sa première idée était en effet de rénover la bâtisse, mais après le passage de plusieurs ingénieurs et experts, il s’est rendu compte que démolir était la seule solution. «Les firmes arrivent toutes à la même conclusion. Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas la rénover. C’est qu’à un moment donné, il faut se rendre à l’évidence, elle est finie», a-t-il affirmé.

Après l’audition des promoteurs, plusieurs citoyens ont emboîté le pas de Jean-Marc Lafrenière pour protester, souvent avec passion, contre la démolition du 6410 de la rue Saint- Laurent. Tour à tour, ils ont défendu la valeur historique de la résidence qui a appartenu à un ancien président de la Banque nationale.

À lire : Maison Rodolphe-Audette : démolition en appel

Les plus lus

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Emmy Plante doit quitter Les chefs!

À l’issue de l’émission télédiffusée le 16 mai dernier, la Lévisienne Emmy Plante a dû accrocher sa veste des Chefs!. La cheffe originaire de Lévis a alors été éliminée du concours de cuisine d’ICI Radio-Canada Télé.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.

Aider grâce à la nature

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.

Un cap important dans l’histoire de Lévis célébré cette année

Il y a maintenant 375 ans, Guillaume Couture devenait le premier Européen à s’établir sur une base permanente sur le territoire qui allait devenir Lévis. Pour marquer ce cap bien important dans l’histoire lévisienne, la Société d’histoire de Lévis (SHL) prévoit tenir des activités spéciales au cours des prochains mois.

Des camionneurs manifestent leur mécontentement

Les transporteurs en vrac membres de l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) ont fait un coup d’éclat à la grandeur du Québec, le 9 mai dernier. En matinée, des camionneurs ont visité les bureaux de circonscription des élus de l’Assemblée nationale ainsi que les centres de services et les directions territoriales du ministère des Transports du Québec (MTQ).

Charge mentale : un travail invisible qui pèse lourd

La charge mentale définit tout le travail invisible d’organisation et de gestion de la vie familiale et professionnelle ainsi que l’implication émotionnelle auquel est confronté un individu. Ce sont souvent les femmes qui doivent composer avec cette gymnastique complexe et le contexte sociosanitaire dans lequel la société est plongée depuis deux ans n’a fait que l’alourdir. C’est le principal cons...

Une pétition lancée pour obtenir une ambulance supplémentaire

Membres de la communauté d’affaires lévisienne, élus municipaux, citoyens, employés de Dessercom ainsi que représentants du milieu communautaire de la ville se sont réunis au Centre des congrès, le 11 mai, afin de lancer une pétition demandant au gouvernement du Québec d’agir dans le dossier de la desserte ambulancière à Lévis. Le groupe compte sur une importante mobilisation de la population afin...

Un vélo bien utile pour des élèves lévisiens

Grâce à l’appui financier de Desjardins, l’École de langues First Steps, Langues et plein air, affilée aux Programmes arts, langues et sports (PALS) du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN), a récemment pu concrétiser son projet d’acquérir un vélo électrique. Avec leur Éco-vélo, les élèves de l’institution lévisienne pourront plus facilement tenir des activités, notamment afin de fai...