CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

«Nous embarquons dans le mouvement de revendication des étudiants. Les allocations de prêts et bourses sont insuffisantes pour pourvoir aux besoins des étudiants, quand ils ont y accès. En plus, on rajoute des stages non rémunérés qu’on doit, dans les faits, payer. Nous avons à débourser de l’argent pour les frais de scolarité, la vignette de stationnement, etc.», a d’emblée expliqué Samuel Doucet-Lagueux, un éducateur spécialisé qui étudie au baccalauréat en travail social, sur les raisons derrière l’action au campus de Lévis.

Rappelons que depuis le 19 novembre, près de 60 000 étudiants ont amorcé un mouvement de grève partout au Québec afin d’obtenir la rémunération de tous les stages en milieu de travail. Les protestataires estiment que ce volet des parcours pédagogiques devrait être rémunéré pour tous les programmes et pour tous les niveaux d’étude, soit les centres de formation professionnelle, les cégeps et les universités.

Le tout permettrait de faciliter la vie de plusieurs étudiants selon ces derniers. Plusieurs manifestants rencontrés par le Journal, lors de son passage au campus de Lévis le 21 novembre, ont critiqué que les stages non rémunérés nécessitent plusieurs sacrifices personnels.

«On doit se trouver des stratégies. De mon côté, je suis retourné vivre chez mes parents parce que c’était clair que je n’avais pas les moyens de me payer un logement pendant mon stage. Je suis passé de 15 heures de cours par semaine à 28 heures de stage par semaine. Grosso modo, il me reste donc deux journées pour travailler. Et si je travaille au salaire minimum, je vais me faire couper la moitié de mes prêts et bourses», a notamment partagé Olivier Bélanger-Nadeau, un étudiant qui effectue présentement un stage au CLSC de Montmagny.

Gratification

Plus particulièrement en ce qui a trait au travail social, la rémunération des stages permettrait également de reconnaître l’apport des étudiants au système de santé.

«Notre stage en travail social dure un an dans le même milieu. Après deux mois, tu as  une charge de travail assez lourde. Tu joues le rôle d’un intervenant, tu pallies le travail que les intervenants ne peuvent pas nécessairement faire dans le réseau parce qu’ils sont surchargés», a lancé Emmanuelle Bonneau-Lebleu, une étudiante en deuxième année au baccalauréat en travail social.

Notons finalement que les étudiants au baccalauréat en travail social entendent poursuivre leurs moyens de pression au cours des prochaines semaines. Il se pourrait que des étudiants d’autres programmes du campus de Lévis se joignent à eux.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Des Lévisiens pourront se faire livrer du pot en 90 minutes

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a annoncé, le 9 janvier, qu'elle étendait dès aujourd'hui son service de livraison en 90 minutes aux municipalités de Lévis, Sainte-Anne-de-Beaupré, Trois-Rivières et Shawinigan.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

REVUE 2022 - Rétrospective de juillet

Un autre départ à la direction générale à la Ville de Lévis, des anniversaires soulignés, un nouveau dirigeant au Comptoir alimentaire Le Grenier et des performances sportives historiques pour la Chaudière-Appalaches ont été en vedette en juillet dernier.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

REVUE 2022 - Rétrospective de septembre

Si septembre a été marqué par les débats entre les candidats en lice lors des élections provinciales, c’est pendant ce mois que Lévis a notamment connu un nouvel exploit sportif et a été l’hôte de prestigieux invités.

REVUE 2022 - Rétrospective d'août

Le mois d’août a été marqué par les retours du Festivent et du Concert au crépuscule, la victoire mondiale de DM Nation, la fin d’une saison unique pour le Pro Style Lettrage (PSL) de Lévis ainsi que l’annonce du départ de la vie politique de Marc Picard et du déclenchement de la campagne électorale provinciale.

REVUE 2022 - Rétrospective d’octobre

Politique provinciale et municipale auront marqué l’actualité lors du mois de l’Halloween en 2022.

REVUE 2022 - Rétrospective de novembre

Si novembre a été marqué par les succès d’un artiste lévisien en pleine progression, différents dossiers municipaux, une histoire de terrorisme présumé et un incendie mortel ont également marqué l’actualité de ce mois.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!