Le réseau Circuit zéro déchets répertorie des commerçants qui acceptent les contenants des clients, tels que la nouvelle épicerie de vrac à Lévis ouverte à l’automne (1re photo). Sur la deuxième photo, Ann-Sophie Lemieux, fondatrice de Bidon rempli.

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

De plus en plus de citoyens  choisissent un mode de consommation plus respectueux de l’environnement. Fini les sacs d’épicerie jetables, les emballages en plastique non recyclables et autres contenants à usage unique jetés à la poubelle et dont la durée de vie n’excède pas le temps de trajet de retour à la maison. 

«L’important, c’est d’y aller à son rythme. Des fois, ça fait peur aux gens, car ils pensent que zéro déchet c’est ‘’pas de déchets’’. C’est tendre vers, une étape à la fois, conseille Ann-Sophie Lemieux, fondatrice de l’épicerie Bidon rempli à Lévis qui a ouvert à l’automne. Quand on tombe dans le bain, on a le goût d’en faire plus et d’en apprendre plus. Il ne faut pas se stresser si on oublie sa tasse à café!».

Dans une épicerie en vrac, les clients apportent leurs contenants, plats, bocaux ou sacs réutilisables, les pèsent à l’entrée puis à nouveau une fois remplis de la quantité choisie du produit. 

Réduire les emballages

«Le but, c’est vraiment de réduire les emballages plastiques. Mes producteurs sont le plus possible locaux, bio et équitables pour rester dans les valeurs environnementales», explique la propriétaire de l’épicerie écologique et orientée zéro déchet.

Une épicerie en vrac propose des produits secs tels que les légumineuses, grains, céréales, noix, fruits séchés, farines et flocons, ainsi que des huiles et vinaigres balsamiques, des produits ménagers et corporels. À Lévis, on trouve aussi des articles écologiques pour la vie courante comme les pailles réutilisables, les essuies et les protections périodiques réutilisables.

Adopter de nouvelles pratiques

Consommer zéro déchet demande un peu plus d’organisation. Pour faciliter l’adoption de ces nouvelles pratiques, une solution est de toujours avoir des sacs en tissu et des bocaux prêts dans son auto.

«Comme pour les sacs réutilisables quand on va à l’épicerie, c’est juste un changement d’habitude. C’est quelque chose qui s’intègre tranquillement. Et quand on les oublie, on ne vire pas fou. On fait notre possible!», souligne-t-elle.

Des citoyens et des commerçants impliqués 

Soutenues par la Ville de Lévis, vingt familles ont aussi pris le virage zéro déchet. Au cours de l’année 2018-2019, les foyers sélectionnés à la suite d’un appel à candidatures bénéficient d’un accompagnement, de conseils d’experts, d’ateliers, de réseautage et de ressources pour changer leurs habitudes.

À Lévis, on trouve une quinzaine d’enseignes répertoriées par le Circuit zéro déchet (circuitzerodechet.com) créé en 2018 dans la province par Cindy Trottier. Comptant 260 membres au Québec l’an passé, le réseau a comme objectif de de rassembler en ligne tous les commerces zéro déchet offrant des produits en vrac, mais également ceux plus conventionnels prêts à accommoder les clients dans leurs démarches.

Les commerçants y adhérant acceptent donc les contenants apportés par les clients. Fromagerie, boucherie, boulangerie, poissonnerie, café et restaurant s’y sont mis. Les membres sont reconnaissables grâce à l’autocollant Ici, nous acceptons vos contenants réutilisables propres pour le service! Une affichette, généralement apposée dans la vitrine ou sur un mur, explique comment s’y prendre. 
Les commerçants ont le droit de les utiliser en respectant les règles établies par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Une procédure à utiliser pour servir un clients dans son propre plat a été établie. Les contenants doivent être propres, non fissurés, certifiés alimentaires, sans étiquette et il est conseillé de les transporter fermés. Alors en 2019, plats et bocaux découvrent une nouvelle utilisation et prennent une deuxième vie. 

Les plus lus

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

COVID-19 : trois nouveaux cas découverts au cours des trois derniers jours

Le ciel continue d'être clair en Chaudière-Appalaches en ce qui a trait à la pandémie de COVID-19. Au cours des trois derniers jours, seulement trois nouveaux cas ont été découverts pour l'ensemble du territoire.

COVID-19 : assouplissement des mesures en zone verte

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), deux résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. Aussi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonce de nouveaux assouplissem...

La Cycloroute dans la mire des motoneigistes

Les motoneigistes pourraient bientôt pouvoir emprunter la Cycloroute de Bellechasse, en hiver, pour pouvoir circuler de Lévis à Saint-Anselme. La MRC de Bellechasse a adopté une résolution permettant cette possibilité lors de l’une des plus récentes séances du conseil des maires.

Le GIRAM dénonce un déboisement à Beaumont

Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) a fait une sortie, le 15 juillet, pour dénoncer le déboisement mené par le promoteur dans le cadre du projet immobilier Domaine du Saint-Laurent. L’organisme régional estime que ce dernier a tout simplement fait «décaper» le cap Saint-Claude, où se trouvent les vestiges du fort de Beaumont, cité comme lieu patrimonial par la Mun...

Le parc de la Rivière-Etchemin aura son pavillon

La construction du bâtiment qui accueillera les usagers à longueur d’année a débuté en mai dernier. Ce sont 3 M$ qui ont été investi dans le projet, soit 1,9 M$ du gouvernement du Québec ainsi que 1,2 M$ de la Ville de Lévis.

Saint-Vallier remontera de nouveau dans le temps

Le comité organisateur du spectacle théâtral Sur les traces de La Corrivaux présentera, pour une huitième année, une panoplie d’activités à saveur d’antan, les 27, 28, 29 août prochains.

Le passeport vaccinal pourra être exigé dès cet automne

Les Québécois devront présenter leur preuve vaccinale (code QR), démontrant qu'ils ont bel et bien reçu deux doses d'un vaccin contre la COVID-19, à partir du 1er septembre si la situation épidémiologique de leur région se détériore.

Les Québécois vaccinés pourront gagner de l'argent

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, accompagné du ministre des Finances, Eric Girard, a dévoilé aujourd'hui les détails du concours Gagner à être vacciné! qui sera lancé dans les prochaines semaines. Ce concours donnera la chance aux personnes vaccinées contre la COVID-19 de remporter plusieurs lots, d'une valeur totale de 2 M$.

COVID-19 : une clinique de vaccination temporaire à Saint-Henri

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) va implanter une clinique de vaccination temporaire contre la COVID-19 cette semaine au Centre récréatif et sportif de Saint-Henri.