Bondés, les autobus du parcours L3 doivent laisser des usagers dans l’attente et ne répondent pas à la demande selon l’un de ses utilisateurs. CRÉDIT : MARCOS CARDOSO

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Cet autobus qui permet un passage entre Lévis et Québec a un horaire adapté à la réalité des travailleurs. Il dessert les arrêts entre Saint-Étienne-de-Lauzon et l’Université Laval aux 15 minutes entre 6h et 8h30 et entre 15h et 18h.

Selon Marcos Cardoso, usager du parcours L3, ce service faillit souvent à la tâche. Il affirme que l’autobus est soit en retard ou trop plein. «Ce matin (28 janvier), il faisait -19 °C avec une sensation de -33 °C. L’autobus suivant est passé 40 minutes après. Pas drôle de se lever à 6h du matin pour être laissé au bord du chemin pendant 40 minutes à une telle température», déplore-t-il.

En effet, l’homme a constaté que l’autobus est fréquemment en retard et qu’il laisse plusieurs usagers dans l’attente, car il est souvent plein. Alors, par mesure de sécurité, le chauffeur ne peut pas les laisser monter dans l’autobus et les usagers doivent attendre le prochain.

Mario Fortier, président de la STLévis, assure que cela doit être une situation «exceptionnelle» étant donné que les autobus remplis devraient être suivis par un doublon qui permet aux usagers de ne pas devoir attendre au prochain passage prévu à l’horaire.

Toutefois, M. Cardoso a constaté cette situation à maintes reprises et il en a d’ailleurs déjà fait mention auprès du service à la clientèle de la STLévis. Selon l’usager, l’autobus L3 est souvent «plein à craquer» autant à l’heure de pointe en avant-midi qu’en après-midi.

Un problème sur la route des Rivières

 De plus, M. Cardoso ajoute que plusieurs véhicules ne respectent pas la réglementation des voies réservées de la route 116 qui favorise le covoiturage et le transport en commun. Selon lui, cette problématique est probablement ce qui cause le retard fréquent des autobus. Celui-ci déplore la non-action de la STLévis et le manque de surveillance policière sur cette route.

«Il est difficile de faire la bonne chose qu’est de laisser la voiture à maison et utiliser le transport en commun, si le service n’est pas fiable», explique-t-il.

Une surprise pour la STLévis

 Étonné par cette situation, M. Fortier affirme que son équipe se penchera sur le sujet. Selon les chiffres que la STLévis a observés, le service de transport en commun est en santé à Lévis et le nombre d’usagers ne cesse d’augmenter.

«On est victime de notre succès, je pense, mais on souhaite toujours s’améliorer. On ne peut pas laisser des gens attendre dans le froid comme ça, ça n’encourage personne à utiliser les services de transport en commun», conclut le président de la STLévis.

Les plus lus

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Une carte interactive des transports alternatifs à l’auto solo

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif à Lévis et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.