La paramédicine serait une alternative pour désengorger le système de santé québécois, selon Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom.

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le directeur général de Dessercom a souligné les progrès du milieu paramédical au Québec grâce, notamment, à la formation maintenant obligatoire et la mise sur pied d’un registre national des paramédics au Québec.
Il a ensuite pointé plusieurs faits éloquents sur les activités de Dessercom. «On couvre 15 régions administratives au Québec. Dans une année, avec les transports ambulanciers et médicaux, on parcourt 10 059 037 km, l’équivalent de 251 tours de la Terre», a fait valoir Maxime Laviolette. 

Une préoccupation suivied’une solution

L’organisme à but non lucratif qu’est Dessercom a pour mission d’améliorer les soins de santé et le bien-être de la population. C’est pourquoi M. Laviolette a soulevé quelques inquiétudes pour l’avenir des services de la santé au Québec.

Le Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada et l’Institut de la statistique du Québec font le constat que d’ici 15 ans, 1 Canadien sur 4 sera âgé de plus de 65 ans. Combiné à cette statistique, le directeur général de Dessercom se penche sur les grands investissements dans le réseau de la santé et des services sociaux qui s’élèvent à 37,8% du budget provincial 2018-2019. 

«Les dépenses ne font qu’augmenter et nous allons finir par frapper un mur si ne nous trouvons pas une alternative», s’est-il inquiété.

Selon l’homme d’affaires, il existe une solution : la paramédicine communautaire. Cette pratique se base sur un apport plus grand des paramédics et des services préhospitaliers d’urgence. C’est un modèle de soins collaboratif conçu pour répondre aux besoins locaux des différentes communautés du Québec. À ses yeux, les paramédics ne sont pas utilisés à leur plein potentiel. La paramédicine communautaire désengorgerait le système de santé et améliorerait la qualité de vie des patients, notamment des aînés. 

M. Laviolette a appuyé ses dires à l’aide de modèles d’autres provinces qui pratiquent déjà la paramédicine comme dans le comté de Renfrew, en Ontario. Avec l’implantation des paramédics communautaires, le comté a vu les appels au 911 réduire de 24%, les visites répétées à l’urgence de 20% et le nombre de patients admis à l’hôpital de 55%. 

Pour le directeur général, les paramédics communautaires pourraient, par exemple, intervenir dans les suivis auprès des patients, offrir des cliniques du mieux-être, faire la vaccination ou les prises de sang. Ainsi, les répercussions se feraient sentir auprès des infirmières qui doivent souvent faire des heures supplémentaires, a prédit Maxime Laviolette. 

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

Avis de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendus par le Provigo de Lauzon

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec l'entreprise Provigo Francis Descoteaux, située au 7777, boulevard Guillaume-Couture, à Lauzon, avise la population de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendue par cette épicerie, car ces aliments sont susceptibles de contenir la bactérie E. coli productrice de shigatoxines.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : des organismes s’opposent à la zone récréotouristique

Les dirigeants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière (APCC) ont uni leur voix, le 4 février, pour s’opposer à la modification envisagée au schéma d’aménagement du parc des Chutes-de-la-Chaudière.