Les étudiants avaient plusieurs étapes à faire dans la simulation. CRÉDIT : NICOLAS JEAN

Afin de sensibiliser les étudiants du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) à la réalité des personnes réfugiées, une simulation de migration forcée s’est déroulée le 18 avril avec plus d’une centaine de cégépiens.

Par Nicolas Jean

Une simulation semblable faite par l’Entraide universitaire du Canada (EUMC) a inspiré le CLL à faire pareil pour mieux préparer les étudiants à intégrer un réfugié comme ce fut le cas l’an dernier. Le Cégep a accueilli son premier étudiant réfugié en août 2018 et récidivera en 2019 avec un second. La professeure d’anthropologie et membre du comité étudiant, Marie-Claire Voyer Messier, est très heureuse de l’adaptation rapide du premier étudiant réfugié.

«L’intégration de notre premier réfugié cette année s’est super bien déroulée. Les jeunes en prennent soin et tout le monde s’adapte bien. Il a même été accepté à l’université!», a indiqué Mme Voyer Messier.

Au départ, le projet d’accueillir un réfugié débute avec une mobilisation pour couvrir les frais de la personne pour l’année. Tous les étudiants participent en payant 1,75 $ supplémentaire par session pour le nouveau venu. Plusieurs autres activités et des services équivalents comme la location gratuite d’une chambre de résidence ont été proposés pour atteindre les 23 000 $ nécessaires pour le budget de parrainage du deuxième étudiant réfugié.

«C’est incroyable comme projet! Les gens embarquent avec nous et veulent aider les autres dans le besoin. Tout le monde veut contribuer et s’intéresser à ce plan d’action», a confié la professeure d’anthropologie au CLL, Annie Demers-Caron.

Une simulation réussie

 Pendant plus d’une heure, environ une centaine d’étudiants se sont mis dans la peau de réfugiés qui tentent de migrer vers un nouveau pays. Chaque groupe d’environ huit personnes était une famille qui devait prendre de nombreuses décisions déchirantes en considérant plusieurs facteurs et situations. Les membres du personnel présents ont eux aussi participé en jouant les rôles de militaires et d’agents de sécurité pour la simulation. Selon l’un des initiateurs du projet, Arnaud Desrochers, les jeunes sortent touchés et plus sensibles à l’arrivée d’un réfugié grâce à la simulation.

«Quand tu te mets vraiment dans la peau d’une personne comme ça, tu te rends compte à quel point la vie peut être difficile. C’est la réalité de plusieurs et ce genre d’activité aide beaucoup à comprendre», a mentionné le finissant collégial.

Plusieurs jeunes ont bien apprécié cette simulation et tenteront de s’impliquer un peu plus avec la venue d’un réfugié. «C’est difficile comme exercice. Les situations sont compliquées, mais sont semblables à la réalité. C’est très enrichissant», ont confirmé quelques étudiants après l’activité.

Le comité étudiant du CLL espère accueillir encore un réfugié chaque année dans le futur.

Vous pouvez voir une partie de la simulation sur notre chaîne YouTube ici.

Les plus lus

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Plainte citoyenne concernant l’état de l’avenue Taniata

Dans une lettre adressée à Guy Dumoulin, conseiller municipal du district Saint-Jean, remise à la Ville et différents médias, un citoyen de Saint-Jean-Chrysostome a fait part de son mécontentement concernant l’état d’une partie de l’avenue Taniata.

Transport adapté : accord entre la STLévis et le ROPHRCA

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) et le Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA) ont annoncé, le 8 octobre, qu'ils ont récemment conclu un règlement à l’amiable relativement à une plainte collective de 14 clients du service de transport adapté de la STLévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 25 septembre

Voici un petit souvenir d’un excellent capitaine de bateau (1re photo). Gilles Lecompte est maintenant à la retraite et il en profite au maximum.

Fermeture temporaire de la bibliothèque Pierre-Georges-Roy

La Ville de Lévis a temporairement fermé, le 4 octobre, la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, située au 7, rue Monseigneur-Gosselin dans le Vieux-Lévis. Le tout permettra la réalisation de travaux au cours des prochains jours.

Des Lévisiens se mobilisent pour le climat

Le 27 septembre est marqué par la tenue de plusieurs manifestations à travers le monde dans le cadre de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. Lévis n’échappe pas à ce mouvement international alors que plusieurs initiatives sont en cours pour demander une lutte plus énergique contre les changements climatiques.