Léa, Mariam et Félix-Antoine ont ramassé les déchets avec les autres élèves.

Munis de gants et chaudière à la main, les 500 élèves de l’École secondaire privée Marcelle-Mallet ont participé à une grande opération de nettoyage du parc des Chutes-de-la-Chaudière, le 14 mai. Sensibles à la protection de l’environnement, les jeunes possèdent déjà une conscience bien aiguisée face aux enjeux à venir.

«J’ai mes bottes de pluie, j’ai mes pantalons longs pour être protégé des branches, j’ai mon imperméable et une chaudière. Je suis prêt à y aller!» Élève de secondaire 5 de l’École Marcelle-Mallet et représentant des élèves au conseil étudiant, Félix-Antoine Gagné ne cache pas son enthousiasme, malgré le temps froid et pluvieux, à participer à l’activité communautaire de ramassage des déchets au parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Papiers, emballages, bouteilles, canettes, gobelets, les chaudières se remplissent des détritus collectés par les 500 jeunes et le personnel participants. Certains ne s’attendaient pas à trouver autant de déchets. Et l’activité leur a fait prendre conscience du problème.

Des objets insolites et surprenants sont même découverts avant de rejoindre la benne à ordures, tels que des morceaux de céramiques provenant d’une toilette ou un gros câble en métal.

«Les élèves se demandaient souvent ce qu’ils pouvaient faire concrètement pour faire la différence. Ils disaient qu’ils ne voyaient pas d’impact dans les petits gestes du quotidien. On s’est dit que collectivement on pourrait faire quelque chose de plus grand», explique Julie Ouellet, directrice des services aux élèves.

L'établissement a alors pris contact avec la Ville de Lévis afin de connaître les besoins. Le nettoyage du parc des Chutes-de-la-Chaudière est proposé. «L’étendue de terrain est tellement grande qu’ils arrivent difficilement à en faire le tour. Ils se sont dit que si 500 élèves venaient là, ça allait faire une différence», remarque-t-elle.

Arrivés en autobus le matin, les élèves ont arpenté sentiers et sous-bois dans la zone qui leur avait été attitrée en équipe de six à huit jusqu’au début de l’après-midi, avant de retourner à leur établissement scolaire en autobus.

Agir dès aujourd'hui

«On ne veut pas juste faire un monde meilleur demain, on veut le faire aujourd’hui. C’est pour ça qu’on commence maintenant», lance Félix-Antoine Gagné qui, comme ses camarades, se démarque par une conscience environnementale très développée.

À ses côtés, Léa Breton qui est en charge de l’environnement au conseil étudiant, rappelle l’urgence d’agir. Au sein de l’établissement, plusieurs mesures vertes ont d’ailleurs été mises en place, comme le tri des déchets, l’extinction des lumières ou l’organisation annuelle d’une friperie et d’une vente de plantes.

«On est la première génération à sentir les effets des changements climatiques et la dernière à pouvoir agir. La nature va toujours être là. Mais on réalise que les impacts sur la nature vont détruire les êtres humains. C’est à nous d’agir!», renchérit Mariam Palude, une autre élève de secondaire 5.

Au quotidien, l’environnement est sa priorité. Et c’est elle qui le dit. «Je mange végétalien, je ne produis quasiment pas de déchet, j’essaie de prendre le transport en commun et de fermer les lumières. On est dépendant d’un système qui produit beaucoup de déchets. Chaque jour, j’utilise des sacs et des contenants réutilisables. Si on prend notre temps, on est capable d’arriver à zéro déchet.»


Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : la situation en chiffres

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ont dévoilé, cet après-midi, les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de la COVID-19 dans la région et dans la province.