Le site qui accueillait auparavant la P’tite Ferme du Sous-Bois à Saint-Jean-Chrysostome sera l’hôte de la première édition du Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier. CRÉDIT : ÉRICK DESCHENES

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

C’est Marie-Michèle Doyon qui est derrière l’événement qui aura lieu les 14 et 15 septembre prochains sur la propriété de son père, à Saint-Jean-Chrysostome, le site de l’ancienne P’tite Ferme du Sous-Bois (1495, avenue Taniata). Une suite logique pour celle qui est également la fondatrice du Peuplier.

Ce dernier est un forum Internet où les passionnés d’autosuffisance alimentaire peuvent créer des liens entre eux tout en partageant leurs découvertes, idées, questions ou réflexions sur l’autosuffisance et la consommation responsable. Par son festival, Marie-Michèle Doyon espère donc atteindre ses objectifs dans le «monde réel» tout en faisant découvrir les bienfaits écologiques et ludiques de l’autosuffisance alimentaire.

«L’aspect écologique est important puisque l’autosuffisance alimentaire permet une réduction du transport, de l’emballage et met de l’avant des façons de produire plus durables. Toutefois, il y a aussi l’aspect de la résilience. Avec l’autosuffisance alimentaire, les gens peuvent se réapproprier les connaissances pour produire la nourriture. On parle de gros thèmes, mais l’autosuffisance alimentaire peut également être que le simple plaisir de jardiner», a expliqué Mme Doyon sur les raisons qui l’ont poussée à créer l’événement.

Pour atteindre ses objectifs, la fondatrice du Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier proposera plusieurs activités dans un cadre intimiste (entre 200 et 250 festivaliers). Conférenciers, ateliers et exposants permettront, entre autres, d’en découvrir davantage sur la permaculture, le jardinage biologique, la souveraineté alimentaire du Québec, les plantes sauvages comestibles, la garde de poules chez soi et l’hydroponie.

Une campagne de sociofinancement rassembleuse

Si le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier peut compter sur le soutien technique de la Ville de Lévis, Marie-Michèle Doyon a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche Québec.

Avec cette initiative, qui est le seul moyen d’acquérir les billets pour prendre part à
l’événement, la fondatrice du festival espère récolter 20 000 $. Une somme qui permettra à Marie-Michèle Doyon de payer les coûts de l’activité tout en renforçant le sentiment de communauté.

«Je trouvais cette option intéressante pour faire connaître le projet. Étant donné que le forum du Peuplier est à la base une
communauté, je trouvais également intéressante l’idée que le sociofinancement permette aux membres de la communauté et moi de créer ensemble ce projet, plutôt que j’aille voir une banque pour obtenir un prêt. Lors des prochaines années, j’aimerais que cette implication des gens la communauté grandisse pour que l’événement leur
ressemble», a partagé Mme Doyon.

Les personnes intéressées à participer à la campagne de sociofinancement ou qui
désirent en savoir plus sur le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier peuvent consulter le www.laruchequebec.com/projet/festival-autosuffisance-alimentaire-peuplier-6021/.

Les plus lus

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Plainte citoyenne concernant l’état de l’avenue Taniata

Dans une lettre adressée à Guy Dumoulin, conseiller municipal du district Saint-Jean, remise à la Ville et différents médias, un citoyen de Saint-Jean-Chrysostome a fait part de son mécontentement concernant l’état d’une partie de l’avenue Taniata.

Transport adapté : accord entre la STLévis et le ROPHRCA

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) et le Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA) ont annoncé, le 8 octobre, qu'ils ont récemment conclu un règlement à l’amiable relativement à une plainte collective de 14 clients du service de transport adapté de la STLévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 25 septembre

Voici un petit souvenir d’un excellent capitaine de bateau (1re photo). Gilles Lecompte est maintenant à la retraite et il en profite au maximum.

Fermeture temporaire de la bibliothèque Pierre-Georges-Roy

La Ville de Lévis a temporairement fermé, le 4 octobre, la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, située au 7, rue Monseigneur-Gosselin dans le Vieux-Lévis. Le tout permettra la réalisation de travaux au cours des prochains jours.

Des Lévisiens se mobilisent pour le climat

Le 27 septembre est marqué par la tenue de plusieurs manifestations à travers le monde dans le cadre de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. Lévis n’échappe pas à ce mouvement international alors que plusieurs initiatives sont en cours pour demander une lutte plus énergique contre les changements climatiques.