Nécessitant un travail constant d’équipe, l’utilisation du canon, l’arme privilégiée du 6e RAC, crée un véritable esprit de famille au sein de l’unité. CRÉDIT : COURTOISIE

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous concluons cette semaine notre exercice par une rencontre avec plusieurs réservistes qui nous partagent les expériences qu’ils ont vécues au sein du régiment.

Chaque mois, les mardis soirs et quelques fins de semaine, les membres du 6e RAC quittent famille ou proches pour vivre leur passion et exercer leur deuxième travail, être artilleur au sein de l’unité basée à Lévis, Montmagny et Val-Bélair.

Oeuvrant depuis plusieurs années au sein du 6e RAC, les quatre réservistes rencontrés par le Journal, la sergente Alexandra Lemieux, la caporale-chef Kaurie Gosselin, le bombardier Stéphane Poulin et le capitaine Alain Pagé, sont pratiquement unanimes sur les motivations qui les ont poussés à s’engager et qui les incitent à continuer à servir. Leur implication au sein de l’unité leur permet de réaliser un travail passionnant et qui les sort de leur zone de confort.

«J’ai toujours désiré faire une deuxième carrière parallèle à celle que j’ai dans le civil. Mon travail au 6e RAC me permet de sortir de mon quotidien tout en servant mon pays. C’est toujours défi par-dessus défi. Je sors littéralement du bureau grâce à la réserve», explique Alain Pagé, conseiller en orientation pour la Commission scolaire de la Côte-du-Sud dans la vie civile.

Expériences inoubliables

Grâce au cadre hors de l’ordinaire offert par leur implication au sein de la réserve, les membres du 6e RAC rencontrés par le Journal ont tous vécu des aventures que la majorité de la population ne peut vivre. 

Tir de fusil militaire, tir d’un canon en batterie, participer à la sécurité du G7 à La Malbaie l’an dernier ou au déploiement à l’étranger ne sont que quelques-unes des expériences qu’Alexandra Lemieux, Kaurie Gosselin, Stéphane Poulin et Alain Pagé ont pu vivre dans les dernières années.

«Dans le civil, je travaille dans un hôpital. Je n’ai jamais pensé que j’allais pouvoir tirer du canon pendant mes fins de semaine. Comme je suis sergente, je donne également des cours lors des périodes d’instruction. Ça me permet de développer mon leadership», partage Mme Lemieux.

En plus de ces possibilités, leur participation aux activités du 6e RAC permet à tous ses membres de joindre littéralement une deuxième famille.

«Les autres membres du régiment deviennent des amis. C’est sûr qu’on travaille fort lors des exercices, mais on a aussi du plaisir à le faire avec les gens qui sont présents. Plus particulièrement avec l’artillerie, ça nécessite un travail d’équipe constant puisqu’un canon est servi par plusieurs soldats. Ça renforce les liens», illustre Stéphane Poulin, un analyste en technologies de l’information au Groupe Technologies Desjardins dans la vie civile.

Les plus lus

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Plainte citoyenne concernant l’état de l’avenue Taniata

Dans une lettre adressée à Guy Dumoulin, conseiller municipal du district Saint-Jean, remise à la Ville et différents médias, un citoyen de Saint-Jean-Chrysostome a fait part de son mécontentement concernant l’état d’une partie de l’avenue Taniata.

Transport adapté : accord entre la STLévis et le ROPHRCA

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) et le Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA) ont annoncé, le 8 octobre, qu'ils ont récemment conclu un règlement à l’amiable relativement à une plainte collective de 14 clients du service de transport adapté de la STLévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 25 septembre

Voici un petit souvenir d’un excellent capitaine de bateau (1re photo). Gilles Lecompte est maintenant à la retraite et il en profite au maximum.

Fermeture temporaire de la bibliothèque Pierre-Georges-Roy

La Ville de Lévis a temporairement fermé, le 4 octobre, la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, située au 7, rue Monseigneur-Gosselin dans le Vieux-Lévis. Le tout permettra la réalisation de travaux au cours des prochains jours.

Des Lévisiens se mobilisent pour le climat

Le 27 septembre est marqué par la tenue de plusieurs manifestations à travers le monde dans le cadre de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. Lévis n’échappe pas à ce mouvement international alors que plusieurs initiatives sont en cours pour demander une lutte plus énergique contre les changements climatiques.