Thomas Kleiber et David V. Boivin ont créé un jardin à leur image, où fleurs et légumes se côtoient avec harmonie.

L’un vient de Suisse, l’autre est né au Québec. L’amour a réuni David V. Boivin et Thomas Kleiber, malgré la distance qui les séparait. Ensemble, ils ont décidé de s’enraciner dans la Belle province et y cultivent leur jardin.

S’installer dans un nouveau pays, «ça déracine, complètement». En décembre dernier, Thomas Kleiber arrive de la Suisse pour rejoindre son conjoint et s’installe à Lévis. 

Dans l’esprit du couple, l’idée germe alors d’un projet commun : recréer un jardin, comme celui aménagé par Thomas dans son pays d’origine. Loin de tout ce que qu’il connaît, le nouvel arrivant veut retrouver certaines de ses habitudes pour se sentir chez lui. 

À l’avant de la maison des parents de David, où ils se sont installés le temps que Thomas termine le processus d’immigration «long et laborieux avec beaucoup de paperasse», ils ont planté fleurs, légumes et fines herbes. Les rosiers côtoient les haricots et les oignons, les tournesols couronnent le persil, le basilic et la menthe. 

Une quarantaine de variétés

Beau et «mignon», voilà comment ils ont imaginé leur jardin. Productif aussi, avec une quarantaine de variétés de végétaux qui poussent dans les plates-bandes. Ils ont choisi des fleurs que les papillons et la reine des pollinisateurs adorent, aussi pour rappeler leur importance.  

«L’abeille, tout ce qu’elle veut, c’est une fleur. C’est ce qui va donner les belles tomates. C’est ce qui fait que la fleur va donner un fruit, sinon elle va mourir et puis on aura rien en bout de ligne», illustrent-ils, conscients que «ce n’est pas tout le monde qui fait le lien entre la nourriture à l’épicerie, dans l’assiette et le rôle des insectes».

Cet espace, Thomas et David l’ont conçu à la manière suisse, mais avec des plantes québécoises qui rappellent les végétaux helvètes, puisque les fleurs d’ici ressemblent, à cause du rude climat hivernal, à celles des montagnes. 

«Notre petit bonheur à nous»

«Les gens ne pensent pas à cette possibilité de mélanger les fleurs et les légumes. Ils font le jardin comme ça s’est toujours fait, remarque Thomas. C’est une chance de pouvoir se laisser inspirer par d’autres pays.» 

Dans cet éden de verdure, Thomas est en terrain connu. Il jardine comme il avait l’habitude de le faire dans son pays d’origine. Et s’enracine dans le sol québécois en même temps que son potager pousse et grandit. «C’est notre petit bonheur à nous», confient-ils.

Ce jardin leur rappelle celui où ils ont tenu une seconde cérémonie en Suisse en juillet 2016, après s’être mariés au Québec au mois de janvier de la même année. Tous deux se sont rencontrés en 2015. Quand les premiers échanges de message ont laissé place à d’interminables conversations, David et Thomas réalisent qu’il se passe quelque chose entre eux. 

David commence par rendre visite à Thomas à Zurich, puis décide d’y poursuivre ses études. «J’ai décidé que j’étais la personne qui allait faire le geste de déménager pour donner une chance à la relation, car j’étais plus flexible», raconte-t-il. Il est accepté en sciences environnementales à l’université où, il s’inscrit à la maîtrise. 

C’est finalement au Québec que le couple décide de poursuivre son idylle. Puisque David a déjà vécu un changement de pays pendant un an et demi, Thomas bénéficie de son expérience dans son processus d’adaptation, afin de réagir plus rapidement aux difficultés. Même s’il était venu en visite au Québec, pour lui, tout est nouveau. 

«C’est fatiguant d’être dans un autre pays, car tout est différent. Même les petites choses comme faire des achats, c’est plus compliqué», reconnaît-il. Lui qui a immigré croit que les efforts et l’énergie que ça demande sont sous-estimés. «On considère presque l’immigration comme un voyage, mais c’est tellement différent.» 

Pour immigrer, bien se connaître est un atout. «Certaines personnalités vont avoir un meilleur lâcher-prise, être plus flexibles, partage David. Savoir quelles habitudes et quels éléments de notre vie on veut garder qui sont essentiels. Savoir la routine qui nous rend solide. Tu découvres en te déracinant, ce qui te rendait solide avant et que tu ignorais, ou que tu prenais pour acquis». 

Les plus lus

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Plainte citoyenne concernant l’état de l’avenue Taniata

Dans une lettre adressée à Guy Dumoulin, conseiller municipal du district Saint-Jean, remise à la Ville et différents médias, un citoyen de Saint-Jean-Chrysostome a fait part de son mécontentement concernant l’état d’une partie de l’avenue Taniata.

Transport adapté : accord entre la STLévis et le ROPHRCA

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) et le Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA) ont annoncé, le 8 octobre, qu'ils ont récemment conclu un règlement à l’amiable relativement à une plainte collective de 14 clients du service de transport adapté de la STLévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 25 septembre

Voici un petit souvenir d’un excellent capitaine de bateau (1re photo). Gilles Lecompte est maintenant à la retraite et il en profite au maximum.

Fermeture temporaire de la bibliothèque Pierre-Georges-Roy

La Ville de Lévis a temporairement fermé, le 4 octobre, la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, située au 7, rue Monseigneur-Gosselin dans le Vieux-Lévis. Le tout permettra la réalisation de travaux au cours des prochains jours.

Des Lévisiens se mobilisent pour le climat

Le 27 septembre est marqué par la tenue de plusieurs manifestations à travers le monde dans le cadre de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. Lévis n’échappe pas à ce mouvement international alors que plusieurs initiatives sont en cours pour demander une lutte plus énergique contre les changements climatiques.