Selon l’enquête menée par Éduc’alcool, la Chaudière-Appalaches est une des régions du Québec les plus responsables quant à sa consommation d’alcool. - CRÉDIT:ERIKPETERS/AGENCEQMI

Éduc’alcool, organisme qui a pour mission de sensibiliser les Québécois à la consommation d’alcool, a dévoilé les résultats d’une enquête qu’il a réalisée pour l’année 2018 à propos des habitudes de consommation des différentes régions du Québec, le 30 juillet dernier. Parmi ces régions, Chaudière-Appalaches se classe parmi les plus responsables de la province.

Selon les résultats recueillis auprès des résidents de la région, 88 % d’entre eux ont consommé de l’alcool dans la dernière année, comparé à 85 % pour la moyenne québécoise. De plus, 58 % des répondants consomment des boissons alcoolisées au moins une fois par semaine, comparé à 56 % pour le reste de la province. 

31 % affirment avoir dépassé les limites recommandées au moins une fois par mois, comparé à 34 %. Par contre, 57 % d’entre eux auraient consommé plus de cinq consommations au moins une fois au cours de la dernière année, comparé à la moyenne de 55 % pour le Québec.

Une amélioration de taille pour les conducteurs automobile

C’est au niveau du mélange conduite et alcool que les habitants de la région de la Chaudière-Appalaches se sont démarqués. Seulement 6 % des répondants ont avoué avoir déjà conduit après avoir consommé de l’alcool au-delà de la limite permise dans la dernière année, comparé à 8 % pour l’ensemble du Québec. 

On peut faire une corrélation directe avec le nombre de barrages policiers aperçus par ceux-ci, selon Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool. 31 % des individus sondés ont vu un barrage policier au cours de la dernière année et 25 % d’entre eux affirment en avoir traversé un, comparé à 26 % et 21 % pour le reste du Québec. 

«Il y a dix ans, Chaudière-Appalaches était au dernier rang en ce qui est de chauffer avec les facultés affaiblies et les efforts déployés dans la région pour contrer ce chiffre ont été incroyablement efficaces. On voit des résultats tout à fait spectaculaires», explique M. Sacy.

Ce dernier vante les efforts que les bars font en terme de sensibilisation, la présence policière accrue et l’ouverture des résidents de la région.

Une nouvelle statistique

La légalisation du cannabis en octobre dernier a aussi permis à Éduc’alcool de rassembler des chiffres plus précis quant à la consommation d’alcool mélangée avec le cannabis. 15 % des répondants ont affirmé consommer du cannabis comparé à 18 % et 25 % d’entre eux mélangent toujours ou souvent les deux substances.

«Il n’est pas recommandé de mélanger les deux, car quand on boit et qu’on fume du cannabis, on multiplie l’effet. Il faut être très prudent», tient à rappeler le directeur général d’Éduc’alcool. 

Cette enquête est la plus vaste que l’organisme a déployée depuis sa première enquête des régions du Québec en 2015. Au minimum 350 personnes par région ont été sondées dont le tiers via le web et le reste par téléphone. Au total, ce sont 6 732 entrevues qui ont été réalisées à travers le Québec, ce sont donc les résultats les plus fiables que l’organisme a recueillis après les enquêtes de 2017 et 2015. «Cette étude nous aide à mieux cibler les messages là où ça porte. C’est des exemples comme Chaudière-Appalaches qu’on souhaite atteindre», conclut Hubert Sacy.

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

La tête de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous poursuivons cette semaine notre exercice avec un portrait de la commandante de l’unité, Chantal Bérubé.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Le cœur de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous concluons cette semaine notre exercice par une rencontre avec plusieurs réservistes qui nous partagent les expériences qu’ils ont vécues au sein du régiment.

Une terrasse pour se reprendre en main

Depuis un an et demi, des jeunes de Trajectoire-emploi travaillent, dans le cadre du projet 180°, à la réalisation d’une terrasse installée dans la cour arrière de l’édifice de l’organisme, situé sur la rue Fortier, à Lévis. Alors qu’une vingtaine d’entre eux a contribué à mener le projet à terme en le réalisant de A à Z, ils étaient tout autant à célébrer le fruit de leurs efforts avec l’inaugura...

Se supporter à travers la maladie

Depuis quatre ans, trois femmes atteintes de dégénérescence maculaire travaillent d’arrache pied pour donner vie à un comité régional de l’Association québécoise de dégénérescence maculaire (AQDM). Par cette initiative, le trio veut supporter en Chaudière-Appalaches les personnes atteintes de cette maladie qui frappe de plus en plus de Québécois.