Benjamin Bolduc, de Saint-Nicolas, a pris part au Youth Ambassadors Program afin de mettre sur pied des séminaires sur la finance pour les étudiants universitaires. CRÉDIT : COURTOISIE

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Dans le cadre de ce programme, Benjamin a dû élaborer un projet qui aurait des retombées auprès de sa communauté et le présenter à différents acteurs économiques influents afin d’en ressortir le meilleur. De plus, le Youth Ambassadors Program vise à développer le leadership de ses participants.

«Le sujet au centre du programme était le projet qu’on allait développer afin de répondre à un besoin dans notre communauté. Il y a eu beaucoup de rencontres et d’ateliers. Rien n’était directement en lien avec notre projet, mais j’ai pris l’initiative d’aller chercher ce dont j’avais besoin auprès des gens qui nous ont été présentés et qui travaillaient avec nous», explique l’étudiant en deuxième année au Cégep St. Lawrence à Québec.

Le groupe, qui comptait au moins un représentant par province canadienne, excepté celle du Yukon, débutait son périple en visitant Ottawa pendant quelques jours afin de faire connaissance et tisser des liens. C’est à ce moment que le Lévisien a dû présenter la première ébauche de son projet qui vise à offrir des séminaires sur la finance personnelle auprès des jeunes.

Le groupe a ensuite voyagé vers Plattsburgh dans l’État de New York. Au travers d’ateliers et de discussions, Benjamin Bolduc a pu rencontrer le directeur de la chambre de commerce, le député en poste, l’ex-députée et plusieurs représentants municipaux.

«L’opportunité de discuter avec ces gens-là m’a permis de réfléchir à mon projet et m’a apporté de nouvelles idées pour bâtir la base. C’était vraiment impressionnant. On est vraiment chanceux d’avoir eu la possibilité de discuter librement avec ces personnes influentes», partage l’étudiant.

Le programme prenait fin du côté de Washington D.C., où le groupe devait présenter l’ébauche travaillée de leur projet au président-directeur général de la fondation Fulbright Canada, Michael Hawes.

«Dr Michael Hawes est définitivement la personne la plus impressionnante que j’ai vue de ma vie. C’était incroyable. C’était hyper intimidant au début. Il nous a donné des suggestions personnalisées pour chacun de nos projets. Il nous a mis en contact avec d’autres personnes qui pourraient nous aider. D’ailleurs, un participant a été mis en contact avec un récipiendaire d’un prix Nobel!», raconte le Lévisien.

Un programme bien plus grand qu’un projet

«J’ai compris que le programme ce n’était pas de performer, mais plutôt de se développer en tant que personne. On avait beaucoup de travail à faire, mais le défi, c’était de faire attention à notre balance de vie», réfléchit Benjamin Bolduc.

Ce dernier se lancera dans la mise sur pied de son projet au courant de la session d’automne et son projet est bien plus clair maintenant qu’il est revenu de son voyage.

«Je pense qu’il manque cruellement d’éducation financière chez les jeunes. Je veux présenter une série de séminaires sur la finance personnelle. Les focus ont changé énormément au cours du programme. En ce moment, je vais dans la trame que Dr Hawes m’a conseillée, c’est-à-dire, me concentrer sur les étudiants sortants de l’université afin qu’ils comprennent les plans d’épargne», élabore celui qui aimerait offrir ces séminaires dès la session d’hiver prochaine.

Le passionné de finance entretient l’ambition d’étudier dans une prestigieuse université américaine l’année prochaine. À ses yeux, son projet lui permettra d’ajouter un aspect humain à la finance puisque malgré sa passion, il a toujours ressenti l’envie «d’aider les gens et de remettre à la communauté».

Les plus lus

Les commerçants du Vieux-Lévis se mobilisent pour Noël

À la suite de l’annonce de l’annulation du Marché de Noël du Vieux-Lévis via la page Facebook de l’événement, le 8 novembre dernier, un mouvement initié par les commerçants se trame dans le vieux quartier de la ville.

Pas de marché de Noël dans le Vieux-Lévis cette année

Sur sa page Facebook, le Marché de Noël du Vieux-Lévis a annoncé, le 8 novembre, que l'événement n'aura pas lieu en 2019.

Gilles Fontaine n’est plus

Natif de Lévis, l’éminent astrophysicien Gilles Fontaine s’est éteint le 1er novembre dernier, à l’âge de 71 ans.

Les résidences ont perdu de la valeur à Lévis

La valeur des propriétés unifamiliales et des condominiums baissera légèrement, selon le nouveau rôle triennal d’évaluation foncière qui entrera en vigueur le 1er janvier. À la Ville, on parle d’une stabilisation du marché immobilier.

«Elle aussi devait m’adopter»

Après avoir donné naissance à un petit garçon, Gwen Bobbé a perdu six bébés. Trop pour la maman. Avec son conjoint, ils décident d’adopter une petite fille. La maman et sa fille Jiali Côté publient un livre où elles racontent, aux côtés d’autres témoignages, comment elles se sont apprivoisées mutuellement.

Un Lévisien remporte le gros lot à La Poule aux oeufs d'or

Lors de l'émission du 31 octobre de La Poule aux oeufs d'or, le Lévisien Rino Roy a remporté le gros lot de 150 000 $.

La Fromagerie Bergeron procède au rappel de plusieurs produits

La Fromagerie Bergeron a procédé au rappel de plusieurs de ses produits Brins de Gouda et Le Populaire. Ces fromages vendus au Québec et en Ontario pourraient être contaminés par la bactérie Salmonella.

Les péchés capitaux donneront la frousse à Saint-Étienne

C’est sous le thème des péchés capitaux que se déroulera la 14e édition de la Maison hantée de Saint-Étienne, les 26 et 31 octobre ainsi que le 2 novembre. L’événement connaîtra un changement important cette année puisqu’il aura lieu sur un nouveau site.

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Léo Major, soldat méconnu et héroïque

Surnommé le Rambo québécois, Léo Major libéra une ville à lui seul, Zwolle aux Pays-Bas, pendant la Seconde Guerre mondiale. Le parcours hors norme de ce soldat du Régiment de la Chaudière est retracé dans un livre de l’historien Luc Lépine.