La Lévisienne Amélie Gingras aide les personnes inscrites sur le site. CRÉDIT : COURTOISIE

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

C’est en voyant à la télévision la maman d’un jeune homme autiste, triste de ne pas avoir d’amoureuse fonder une agence dans son pays, qu’Émilie Gingras pense à en créer une au Québec pour les personnes confrontées à des préjugés dans leurs relations avec les autres.

Maman d’un garçon de 11 ans avec un trouble du spectre de l’autisme, elle est d’autant plus sensible à cette situation. «Mon fils, quand il était plus petit, il a fallu lui apprendre la différence entre un inconnu et une personne connue», illustre-t-elle.

Le plus difficile, c’est «entrer en relation, prendre contact», car souvent, «le lien avec l’autre est maladroit», explique la Lévisienne native et résidente de Saint-Rédempteur.

Afin de permettre à tout le monde d’être «outillé pour faire de belles rencontres», Émilie Gingras décide de monter son propre projet. «Je trouvais mon idée bonne et originale», s’exclame celle qui n’avait pas trouvé d’équivalent dans la province. L’entrepreneure démarre son plan d’affaires, prend rendez-vous avec un organisme de micro-crédit. 

Mais au printemps dernier, elle tombe par hasard sur le site Rencontre adaptée.

D’une à trois

À la lecture de la présentation, elle se rend compte que c’est exactement ce qu’elle veut faire. «Je suis un peu déçue au départ, car je me dis que quelqu’un a eu l’idée avant moi», confie-t-elle.

Sur les conseils d’une amie, elle prend contact avec les deux fondatrices de la plateforme, Darlène Lévesque et Vanessa Lévesque basées à Saint-Jean-sur-Richelieu. «J’ai écrit un beau grand courriel, dans lequel je parlais de moi», raconte Émilie Gingras. 

Dans les 24 heures suivantes, elle reçoit une réponse. «Elles trouvent mon idée de vouloir m’impliquer super intéressante. Elles aiment mon profil, ma personnalité et comment je parle de ma famille», partage-t-elle.

Une rencontre plus tard, les voilà toutes les trois prêtes à vivre l’aventure ensemble. Émilie Gingras devient la représentante pour la grande région de Québec. 

Une agence, l’accompagnement en plus

Avec Rencontre adaptée, la discrimination n’a pas sa place. La plateforme veut donner la possibilité à tout le monde, sans distinction, de faire des rencontres amicales et amoureuses ainsi que «d’assumer leur différence et de la partager avec d’autres personnes». 

Les personnes qui s’inscrivent sont accompagnées dès leurs premiers pas sur le site. Une entrevue permet de remplir le profil avec l’aide d’une agente. «On choisit une photo ensemble», précise Émilie Gingras.

Avant le premier contact entre deux membres du site, Rencontre adaptée recueille aussi l’accord de chacun. «S’ils veulent, on transmet les informations. Des fois, ces gens sont plus vulnérables, selon leur condition ou leur handicap.»

«C’est un service d’accompagnement. On ne veut pas les laisser à eux-mêmes, s’ils ont une restriction ou un manque d’estime de soi. On les soutient pour qu’ils croient en la rencontre.»

Les plus lus

Les commerçants du Vieux-Lévis se mobilisent pour Noël

À la suite de l’annonce de l’annulation du Marché de Noël du Vieux-Lévis via la page Facebook de l’événement, le 8 novembre dernier, un mouvement initié par les commerçants se trame dans le vieux quartier de la ville.

Pas de marché de Noël dans le Vieux-Lévis cette année

Sur sa page Facebook, le Marché de Noël du Vieux-Lévis a annoncé, le 8 novembre, que l'événement n'aura pas lieu en 2019.

Gilles Fontaine n’est plus

Natif de Lévis, l’éminent astrophysicien Gilles Fontaine s’est éteint le 1er novembre dernier, à l’âge de 71 ans.

Les résidences ont perdu de la valeur à Lévis

La valeur des propriétés unifamiliales et des condominiums baissera légèrement, selon le nouveau rôle triennal d’évaluation foncière qui entrera en vigueur le 1er janvier. À la Ville, on parle d’une stabilisation du marché immobilier.

«Elle aussi devait m’adopter»

Après avoir donné naissance à un petit garçon, Gwen Bobbé a perdu six bébés. Trop pour la maman. Avec son conjoint, ils décident d’adopter une petite fille. La maman et sa fille Jiali Côté publient un livre où elles racontent, aux côtés d’autres témoignages, comment elles se sont apprivoisées mutuellement.

Un Lévisien remporte le gros lot à La Poule aux oeufs d'or

Lors de l'émission du 31 octobre de La Poule aux oeufs d'or, le Lévisien Rino Roy a remporté le gros lot de 150 000 $.

La Fromagerie Bergeron procède au rappel de plusieurs produits

La Fromagerie Bergeron a procédé au rappel de plusieurs de ses produits Brins de Gouda et Le Populaire. Ces fromages vendus au Québec et en Ontario pourraient être contaminés par la bactérie Salmonella.

Les péchés capitaux donneront la frousse à Saint-Étienne

C’est sous le thème des péchés capitaux que se déroulera la 14e édition de la Maison hantée de Saint-Étienne, les 26 et 31 octobre ainsi que le 2 novembre. L’événement connaîtra un changement important cette année puisqu’il aura lieu sur un nouveau site.

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Léo Major, soldat méconnu et héroïque

Surnommé le Rambo québécois, Léo Major libéra une ville à lui seul, Zwolle aux Pays-Bas, pendant la Seconde Guerre mondiale. Le parcours hors norme de ce soldat du Régiment de la Chaudière est retracé dans un livre de l’historien Luc Lépine.