La Lévisienne Amélie Gingras aide les personnes inscrites sur le site. CRÉDIT : COURTOISIE

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

C’est en voyant à la télévision la maman d’un jeune homme autiste, triste de ne pas avoir d’amoureuse fonder une agence dans son pays, qu’Émilie Gingras pense à en créer une au Québec pour les personnes confrontées à des préjugés dans leurs relations avec les autres.

Maman d’un garçon de 11 ans avec un trouble du spectre de l’autisme, elle est d’autant plus sensible à cette situation. «Mon fils, quand il était plus petit, il a fallu lui apprendre la différence entre un inconnu et une personne connue», illustre-t-elle.

Le plus difficile, c’est «entrer en relation, prendre contact», car souvent, «le lien avec l’autre est maladroit», explique la Lévisienne native et résidente de Saint-Rédempteur.

Afin de permettre à tout le monde d’être «outillé pour faire de belles rencontres», Émilie Gingras décide de monter son propre projet. «Je trouvais mon idée bonne et originale», s’exclame celle qui n’avait pas trouvé d’équivalent dans la province. L’entrepreneure démarre son plan d’affaires, prend rendez-vous avec un organisme de micro-crédit. 

Mais au printemps dernier, elle tombe par hasard sur le site Rencontre adaptée.

D’une à trois

À la lecture de la présentation, elle se rend compte que c’est exactement ce qu’elle veut faire. «Je suis un peu déçue au départ, car je me dis que quelqu’un a eu l’idée avant moi», confie-t-elle.

Sur les conseils d’une amie, elle prend contact avec les deux fondatrices de la plateforme, Darlène Lévesque et Vanessa Lévesque basées à Saint-Jean-sur-Richelieu. «J’ai écrit un beau grand courriel, dans lequel je parlais de moi», raconte Émilie Gingras. 

Dans les 24 heures suivantes, elle reçoit une réponse. «Elles trouvent mon idée de vouloir m’impliquer super intéressante. Elles aiment mon profil, ma personnalité et comment je parle de ma famille», partage-t-elle.

Une rencontre plus tard, les voilà toutes les trois prêtes à vivre l’aventure ensemble. Émilie Gingras devient la représentante pour la grande région de Québec. 

Une agence, l’accompagnement en plus

Avec Rencontre adaptée, la discrimination n’a pas sa place. La plateforme veut donner la possibilité à tout le monde, sans distinction, de faire des rencontres amicales et amoureuses ainsi que «d’assumer leur différence et de la partager avec d’autres personnes». 

Les personnes qui s’inscrivent sont accompagnées dès leurs premiers pas sur le site. Une entrevue permet de remplir le profil avec l’aide d’une agente. «On choisit une photo ensemble», précise Émilie Gingras.

Avant le premier contact entre deux membres du site, Rencontre adaptée recueille aussi l’accord de chacun. «S’ils veulent, on transmet les informations. Des fois, ces gens sont plus vulnérables, selon leur condition ou leur handicap.»

«C’est un service d’accompagnement. On ne veut pas les laisser à eux-mêmes, s’ils ont une restriction ou un manque d’estime de soi. On les soutient pour qu’ils croient en la rencontre.»

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.