De nouvelles procédures de transport ont été mises en place pour les PALS. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chute plutôt qu’au coin de la rue près de chez eux. Certains parents déplorent qu’ils aient été informés dans des délais trop brefs et craignent pour la sécurité de leurs enfants.

Dans les secteurs plus éloignés de l’École secondaire Pointe-Lévy, seule école secondaire de la région qui offre les PALS à ses élèves, les points de chute pour le transport scolaire des élèves qui traînent leur équipement sportif sont un concept bien connu. Les élèves de ces programmes montent à bord d’autobus munis de valises sous le véhicule pour ranger leurs équipements sportifs. C’est pourquoi ce genre de transport nécessite une organisation plus stricte.

Les nouveaux points de chute prévus par la CSDN se situent en moyenne à un peu plus d’un kilomètre de la demeure des élèves comparés à quelques instants de marche par le passé. Sylvain Gagnon, père de deux élèves inscrits aux PALS, croit que cette nouvelle façon de faire compromet la sécurité de ses enfants.

«On a un problème parce qu’un stationnement de dépanneur ou de pharmacie n’est pas plus sécuritaire qu’une rue résidentielle, explique-t-il. Tant que les enfants ne sont pas dans l’autobus, c’est notre responsabilité qu’ils soient en sécurité. Avant, je pouvais quasiment voir l’arrêt de ma résidence. Ce n’est pas vrai que cette année, je vais laisser mon enfant dans un stationnement de dépanneur et partir au travail l’esprit tranquille.»

À la dernière minute

«Le point majeur est qu’on l’a appris trois semaines avant la rentrée. Si on l’avait su avant, on aurait peut-être eu l’opportunité de trouver une solution», déplore M. Gagnon. Ce dernier affirme que les parents auraient pu organiser leur horaire en fonction de cette nouvelle façon de faire, s’ils l’avaient su quelques mois auparavant plutôt que le 9 août dernier par courriel.

De plus, celui qui a déjà rallié plusieurs parents à sa cause avance que les parents voudraient s’impliquer auprès de la CSDN lorsque ce genre de situation est exposé. «S’il y a des changements à faire ou des difficultés, nous aimerions participer à la discussion. On a évoqué plusieurs pistes de solutions entre nous, on le sait bien que la CSDN doit jongler avec plusieurs problématiques», assure-t-il.

Des pistes de solution

Plusieurs facteurs suscitent des inquiétudes pour les parents, selon M. Gagnon. «Si j’ai un imprévu ou simplement si je suis pris dans le trafic lors du retour et que je ne peux pas être là à l’heure, les enfants ne pourront pas rentrer seul à partir de l’endroit où ils ont été déposés et devront attendre dans un stationnement?», soulève le père de famille.

Parmi les solutions évoquées, on suggère qu’un parent responsable ou un élève responsable de cinquième secondaire supervise le groupe qui attend l’autobus et qui s’assure que personne n’est oublié. «On croit que la CSDN a de bonnes intentions, mais ils n’ont pas tenu compte de certains détails importants», justifie-t-il.

Une question de sécurité

De son côté, la CSDN explique ce court délai de communication par le casse-tête pour les services de transport provoqué par la décision du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, d’ajouter de 10 minutes par récréations. La CSDN assure qu’elle tentera d’avertir les parents plus rapidement dans le futur.

De plus, les PALS sont «victimes de leur succès».

«Cette année, les transporteurs doivent utiliser les coffres des deux côtés de l’autobus (avant, seulement les coffres du côté du trottoir étaient utilisés pour assurer la sécurité) puisque la clientèle des PALS a augmenté. C’est une question d’accroissement de la clientèle et de la sécurité routière qui ne le permet pas (d’ouvrir les coffres du côté de la rue)», explique Louise Boisvert, porte-parole de la CSDN. 

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.