Sur la 1re photo : Daniel-Étienne Vachon, directeur du CFMVL, Jack Dupuis et Steve Jobin, enseignant au CFMVL. Sur la 2e photo : Jack Dupuis avec sa famille. CRÉDIT : MÉLANIE LABRECQUE

Jack Dupuis fait maintenant partie de l’élite mondiale de la mécanique de machinerie lourde. Le diplômé du Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de Lévis (CFMVL) est revenu couvert d’argent du 45e Mondial des métiers qui a eu lieu à Kazan, en Russie, du 22 au 27 août.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

Ils étaient 15 jeunes professionnels d’autant de pays à travailler pour la médaille d’or. Pendant trois jours, à raison de deux périodes de trois heures, Jack devait analyser, résoudre et réparer différents problèmes: électricité, système hydraulique, freinage, etc., sur différents engins. Ce n’était pas toujours évident. 

«La compétition avait bien commencé, à la deuxième épreuve j’ai eu des difficultés. C’était une inspection de machinerie. Il y avait beaucoup de points. Je pensais que ce serait facile, mais c’était le contraire: les documents étaient difficiles à lire, il y avait la langue, je n’avais pas accès à un traducteur, je me suis stressé avec le temps. Après ça, je me suis rattrapé, j’ai mis ma mauvaise expérience de côté et j’ai fini en beauté», a-t-il décrit.

«Il a bien performé», a noté Steve Jobin, l’enseignant qui l’a aidé à se préparer. Cette deuxième place constituait également le meilleur résultat de l’équipe canadienne, ce qui a valu à Jack la médaille Meilleur de la nation. Parmi les 32 Canadiens, il est le seul à avoir rapporté une médaille.

Préparation

 Jack a laissé un emploi très lucratif dans une mine d’or au Nunavut afin de se consacrer entièrement à son entraînement. De février à mai, il se rendait, dès 5h, dans les ateliers du CFMVL pour travailler et parfaire ses compétences et ses connaissances.

«Les vacances, Jack n’en a pas eu cet été. Il les a passées à l’école et j’étais avec lui. Il a fait un gros travail. […] Il ne m’a jamais dit qu’il était tanné», a expliqué Steve Jobin. La veille de son départ pour la Russie, il était encore en train de résoudre des problèmes mécaniques, a noté M. Jobin.

S’est ajoutée une préparation mentale pareille à celle des athlètes de haut niveau. «On s’entraînait à faire face à l’imprévu, rapidement», a précisé M. Jobin. «On m’a expliqué que je n’avais pas le contrôle sur le temps et la performance des autres. Ça ne doit pas être des facteurs de stress. Le souci, c’est notre performance et notre travail», a poursuivi Jack.

De plus, pendant la compétition, avant les épreuves, il avait accès aux engins qui seraient présentés. Chaque fois, il prenait le temps de mémoriser le numéro de série. «Je pouvais, par la suite, aller voir les plans, me familiariser avec le fonctionnement afin d’être en mesure de bien effectuer un diagnostic.»

Parcours de rêve

La route qui a mené le résident de Val-Alain vers Kazan a été longue. Le jeune homme a dû faire ses preuves à plusieurs reprises. En 2017, il a gagné l’or une première fois aux Olympiades canadiennes des métiers et des technologies. L’année suivante, il a répété l’exploit aux olympiades québécoises et canadiennes. Il a pris part à une compétition en Europe où il a remporté une seconde place et a finalement participé aux qualifications pour l’équipe canadienne en mai dernier.

Histoire familiale

Derrière lui, il avait les membres de sa famille qui le supportait. «Il nous rend heureux avec ce qu’il réussit. On sait qu’il aime ça, que ce n’est pas forcé. C’est en lui», a confié sa grand-mère, Jocelyne Renaud Dupuis.

Fils et petit-fils de mécanicien, c’est entouré d’outils et de véhicules qu’il a grandi. «Je suis très fier de lui. Petit, il me suivait partout. Il en a fait des heures dans le garage et le cambouis. […] On a travaillé sur plusieurs projets ensemble quand il était petit», a expliqué son père, Stéphane Dupuis.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Pollution : le RÉPAC 03-12 cible Valero

Tôt ce matin, des militants du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont installé des bannières dans des lieux «associés aux grands pollueurs de la région de Québec», dont à la raffinerie Jean-Gaulin d'Énergie Valero à Lévis.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.